Commentaire de infraçon
sur La vanité humaine utilise l'argent pour renverser le temps


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

infraçon infraçon 19 avril 19:41

aparté @scorpion
il y a l’être et le faire :

« je déconne, donc je suis »

aparté @barratier
« Au début était l’énergie. » Persolomus IX,29. (chercheur-balayeur au MIT, a inventé le big bang en 1862 en tombant de son escabeau).
Bref l’énergie, c’est tout et n’importe quoi.
Même de la matière apparemment inerte, demandez au gluon du trou du plutonium 238.

@Marc
la monnaie basée sur l’or implique qu’on ait acheté cet or.
Donc, la monnaie dès le départ dépend du marché de l’or, de la cupidité de ceux qui en assure l’acheminement depuis l’extraction jusqu’au stockage dans les services du Trésor (ça peut en faire du monde, avec des exploités au passage, ceux qui creusent et ceux qui portent, en général).

Elle dépend aussi bien sûr de la laine qu’on a tondue sur le dos de tous ceux qui ont permis d’acheter cet or (plus ou moins ras).
Après on peut accepter plus ou moins facilement de se faire tondre, si la monnaie va permettre de développer une industrie, des logements, etc. Par contre si c’est pour aller faire la guerre au roi de Prusse, l’acceptation sera plus facile avec un trésorier accompagné des forces de l’ordre... Ou si on intoxique allègrement à coups de « ils vont nous envahir, nous piller, violer nos femmes et nos enfants », « on va être leurs esclaves », etc

Le crédit n’est pas une mauvaise chose en soi, utilisé sobrement.
Par exemple, un ouvrier agricole qui trouve du travail (en plein champ, aucune ferme à l’horizon) à 10 km de chez lui.
Soit il va au travail à pied (6h aller-retour chaque jour) et en économisant et en vivant chichement il pourra au bout de 5 ans s’acheter un vélomoteur qui économisera ses forces tout en consommant une part de son revenu (pour l’essence et l’huile).
Soit il prend un crédit pour 5 ans que va lui concocter son voisin habillé en costume trois pièces et qui travaille dans une banque...

Si le crédit est « honnête », si le vélomoteur n’est pas prévu pour une durée de fonctionnement de 5 ans, pourquoi pas.

Par contre, s’il y a « entente » entre les gens qui distribuent des crédits et que du coup le crédit est hors de prix. Alors effectivement le crédit est moins intéressant.
Mais si les entreprises, globalement, sachant que ceux qui vont prendre des crédits seront leurs clients, acceptent de rémunérer plus largement leurs salariés, donc indirectement les banques, et eux-mêmes via leur future clientèle. Donc intégrer une partie du coût de la finance du système dans leur production. Un tel système peut se mettre en place. Et ça d’autant mieux que ceux qui sont en mesure de s’affecter un revenu sont aux manettes des entreprises ainsi que ceux dont la compétence est recherchée, sont très bien rémunérés. Et pour faire entrer tout le monde dans la danse, on est bien obligé d’ouvrir en grand le robinet de la monnaie. Et du coup, le crédit, c’est cool.

C’est la croissance... Qui est tributaire d’un équilibre précaire entre coût du système financier, coûts fixes des entreprise et écoulement (ou pas, ou peu) de la production (ou de son absence par rupture des fournisseurs ou faute de clientèle).

Equilibre précarisé de plus en plus par la fuite (via les niches fiscales et autres évasions fiscales) dans l’investissement purement financier d’une grande part des fruits de la production réelle, ainsi accaparée par une petite population qui y a ses entrées.

Equilibre précaire qui fait qu’il y a près de 10% de chômeurs, 1% de SDF, 20% sous le seuil de pauvreté, etc. Mais le gouvernement a bon espoir d’augmenter ces chiffres dans le futur.

Cependant, tant que le bourgeois de province aura à disposition un théâtre, une galerie d’art, un cinéma, une patinoire, des cours de tennis, etc et une situation assurée, les ectoplasmes de partis politiques pourront continuer à vanter la démocratie vivante du pays. Et tout le monde sera content. Enfin à part quelques excités de gilets jaunes (qui se tirent une balle dans le pied en restant dans le système), de black-blocs et autres bonnets rouges (qui roulent pour leur pomme).

Le principal n’est pas de faire comprendre qu’à plus de 60 millions, le peuple peut se prendre en charge face à quelques centaines de milliers de finement cultivés, c’est de diviser tout ce petit monde sur sa compétence propre, ses hobbies personnels, ses fantasmes intimes. Bien plus importants que les choix politiques fondamentaux pour tous (le reste étant du domaine privé ou du blabla pour chroniqueurs-journaleux et autres commentateurs indispensables des réseaux sociaux) : la nourriture, le logement, la formation, les soins, les possibilités de déplacement et les activités qui permettent ça (pour 3 jours par semaine, cf mes articles pour ceux que ça intéresse de savoir comment, un peu plus en détail).


Voir ce commentaire dans son contexte