Commentaire de infraçon
sur La vanité humaine utilise l'argent pour renverser le temps


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

infraçon infraçon 20 avril 15:31

@Jean Keim

« quand chacun évolue dans sa propre sphère, sans passerelle ou si peu vers les autres sphères. »

Bonjour Jean,

c’est bien pourquoi je proposais (dans mon premier article « La possibilité d’une société fraternelle », « Changement politique » Comment bâtir le changement 2/3) que chaque groupe (mais pourquoi pas CHACUN) « rédige » son B.A.BA en matière de position (éthique, politique, etc) ce qui pourrait servir de base de discussion entre groupes (ou entre CHACUN) et soulever les contradictions que laissent apparaître ces positions clairement définies. Et peut-être, petit à petit, amener les groupes (ou CHACUN) à évoluer vers des positions plus aptes à établir un consensus, ou au moins à ne plus soulever d’oppositions.

Car souvent, il y a une divergence derrière la signification des mots utilisés qui fait qu’il est impossible d’établir un dialogue constructif, puisque les explications (ou les demandes d’explication) sont aussitôt interprétées de travers.

C’est parfois de mauvaise foi que la divergence d’interprétation des mots est entretenue pour maintenir en place cette division. Ce qui justifie l’existence même d’un parti politique, d’une association, d’une idéologie, d’un gourou, etc.

PS : Le souhait de groupes d’expressions est émis à deux titres.
L’un pour éviter d’entendre (ou de lire) encore et encore le même énoncé.
L’autre est de permettre à des personnes qui ne sont pas à l’aise avec une expression « nécessaire et suffisante », c’est à dire pas confuse, ni bavarde ou au contraire « squelettique », de se faire aider par le groupe pour exprimer clairement et succinctement ce qu’elles ressentent.

Le problème qu’on peut rencontrer, c’est qu’un groupe soit porteur d’idées faisant consensus, mais aussi d’idées ne faisant pas consensus. Par exemple : je lis souvent sur AV des commentateurs avec qui, en majorité de leurs interventions, je ne suis pas d’accord et pourtant avec lesquels, sur une question nouvelle, je suis en parfait accord.

C’est pourquoi il ne serait pas idiot de participer à plusieurs groupes avec lesquels on partage une partie des idées.

Un autre problème est qu’il est difficile de participer à un groupe qui s’étend d’un bout à l’autre du pays. La participation sur internet règle ce problème. Il reste cependant le cas des personnes qui n’ont pas accès à internet ou qui n’en ont pas une pratique agréable. Ce qui peut être réglé en participant avec des « aides » locales(aux), à condition qu’il y en ait... ça pourrait être dans une ville voisine, à condition, encore, qu’elle ne soit pas à 50km ou plus.


Voir ce commentaire dans son contexte