Commentaire de Mélusine ou la Robe de Saphir.
sur François, Emmanuel, les autres et les grenouilles


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Bonjour. Michéa a parfaitement compris. Sa pensée est claire, limpide. 1789 : la plus grande des illusions. Dans Notre ennemi, le capital (2017), il réaffirme le lien entre l’impasse libérale (cette recherche illimitée du profit qui détruit les liens sociaux) et la gauche « sociétale » (qui défend la lutte contre les discriminations sans remettre en cause le système capitaliste d’exploitation). Il avance ainsi que le libéralisme économique de la « droite » moderne, défini selon la formule de Friedrich Hayek, comme le droit absolu « de produire, de vendre et d’acheter tout ce qui peut être produit ou vendu » ne peut « se développer de façon intégralement cohérente sans prendre tôt ou tard appui sur le libéralisme culturel de la “gauche” »15. Pour lui, la « gauche », qu’elle soit réformiste ou radicale, est l’idiote utile de l’individualisme consumériste. Il rappelle aussi que le socialisme a une généalogie radicalement opposée à la gauche ; qu’alors que le socialisme primitif affichait son scepticisme vis-à-vis du machinisme et du modernisme, la gauche républicaine vouait un culte à l’idée de progrès, et que c’est autant la droite réactionnaire que la « gauche versaillaise » qui écrasa la Commune de Paris, en 1871, avec à sa tête Adolphe Thiers16. Le royaliste Gérard Leclerc souligne : « Mais la gauche qui dédaigne ces ambitions ne fait qu’illustrer avec éclat la thèse essentielle de celui qui dénonce le décrochage définitif du progressisme par rapport à la cause socialiste, ouvrière et populaire, oubliée et abandonnée dans les placards de l’histoire »17.


Voir ce commentaire dans son contexte