Commentaire de Hervé Hum
sur La nouvelle extrême-droite française


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Hervé Hum Hervé Hum 5 juin 16:27

@quijote

tu fais les questions et les réponses tout seul, tu n’as donc besoin de personne, l’autre ne fais que perdre son temps à croire discuter avec toi.

Mais comme tu m’affuble de la qualité du « bien », je vais te faire une confidence, lorsque j’analyse la réalité, je ne pense pas en terme de bien ou de mal, mais de causalité.

 Reste que te lire écrire "Ça vous permet, vous les représentants de la cause mondialo-coco-musulmane, de penser que vous êtes des gens bien.

« , me montre surtout que tu te crois expert en manipulation de cogito, dont le principe repose tout entier sur le confusionnisme, ainsi, parler de »cause mondialo-coco-musulmane, me fait vraiment rigoler tant c’est stupide.

Le communisme est par définition mondial, puisqu’il se fonde sur la coopération comme ordre premier, directeur et place la compétition comme ordre secondaire. donc, ce que tu écris est un pléonasme, La mondialisation est communiste ou ne l’est pas, c’est même la contradiction fondamentale du capitaliste, car si son inertie le pousse à coloniser toute la terre avec les êtres qui vivent dessus, il ne peut pas aller au delà d’un monde divisé en au moins 2 blocs antagonistes, même artificiellement, qui justifie d’avoir des chefs et de s’y soumettre.

Un monde reposant sur la coopération n’a plus besoin de chefs, mais de gens responsables, individuellement et collectivement et qui se substituent dès lors à la propriété et souveraineté de la terre. Encore qu’il faille comprendre qu’on est responsable de soit uniquement vis à vis d’autrui, mais jamais vis à vis de soi même, puisque c’est là que réside la vrai souveraineté et propriété.

Maintenant, tu peux préférer vivre dans un monde en état d’urgence permanent, en menace ou état de guerre permanent, mais il faut en accepter les conséquences, car si pour le moment la France vit dans une paix relative, cela peut très vite changer et si comme moi tu n’as jamais connu la guerre, tu peux vouloir la voir de près, mais perso, je préfère pas. C’est pas une question de bien, non, c’est plutôt une question de non prédilection ou tu peux même dire de lâcheté, je préfère encore cette dernière au courage de servir de chair à canon. Pour ma part, je suis lâche avant d’être courageux.

Etc....

Cela pour te dire que ton Jung, je m’en contrefous !!!


Voir ce commentaire dans son contexte