Commentaire de Legestr glaz
sur Docteur Caumes et le choc des egos


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Legestr glaz Legestr glaz 7 juin 14:14

@JMBerniolles

Le SARS-COV1 possédait les mêmes caractéristiques que le SARS-COV2 et pénétrait dans l’organisme par la voie des récepteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine II. (ACEII)
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7106490/

Et, il se trouve, que ces récepteurs sont très fortement exprimés dans les cellules endothéliales des voies respiratoires et encore davantage chez les personnes diabétiques. 

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coronavirus-covid19-des-morts-223743

Cette épidémie de SARS-COV2 aurait pu être « soignée » efficacement en utilisant, comme lors des pneumonies, des antibiotiques de type macrolides. Il y aurait eu, certes des décès, mais en nombre très limités. Et je vous rejoins sur « l’enjeu politique » de cette affaire. C’est une violente mystification qui nous a été servie. Elle se poursuit. Il y a un « notre projet » derrière tout ceci !

Et si l’ivermectine fonctionne face aux attaques du SARS-COV2 c’est parce qu’elle évite les dangers énormes de la sur-infection. Comme le font les antibiotiques macrolides en cas de pneumonie, qu’elle soit de type « virale » ou « bactérienne ». Il se trouve que la structure du principe actif de l’ivermectine se rapproche de celle utilisée dans les antibiotiques macrolides ! Et l’on connait même le principe d’action de l’ivermectine.

Celle-ci, en effet, empêche la fermeture des canaux ioniques « chlorure » chez les invertébrés. Les mamifères, dont l’espèce humaine, ne possède pas de canaux ioniques « chlorure » sauf dans le cerveau, contrairement aux invertébrés. Il se trouve que la barrière hémato-encéphalique, fait barrage au principe actif de l’ivermectine. De ce fait, elle est inoffensive chez les mammifères (chiens chats), chez qui elle est utilisée pour tuer les parasites, mais chez l’Homme aussi pour traiter de la gale. Mais le principe d’action de l’ivermectine s’applique aussi aux « bactéries ». Et donc, des bactéries en circulation dans le sang ne peuvent pas survivre à l’action de l’ivermectine, les canaux chlorure étant exprimés dans la membrane plasmique des bactéries. L’ivermectine agit comme un véritable « antibiotique » contre les bactéries. La découverte de l’ivermectine est probablement la découverte la plus importante depuis la découverte de la pénicilline. A ce jour, les principes d’action de l’ivermectine n’ont pas encore été exploitées parce que les « autorisations » de mise sur le marché n’autorise pas sa prescription hormis le traitement parasitaire. Pourquoi cache t-on au public son action véritable salvatrice ? 

Extrait : « Le mode d’action de l’ivermectine n’est que partiellement connu. La molécule est très affine pour les canaux chlorures glutamate-dépendants (mais aussi les canaux liés aux récepteurs GABA, pour acide γ-amino-butyrique), surtout présents dans les cellules nerveuses et musculaires des invertébrés . Sa fixation engendre une augmentation de la perméabilité membranaire aux ions chlorures. La cellule s’en trouve hyper polarisée. Il s’ensuit une paralysie qui entraîne la mort du parasite. »
Le traitement de la gale a été immensément simplifié par la mise à la disposition du corps médical de ce médicament en 1999. Le Stromectol (laboratoire MSD) a pour principe actif l’ivermectine, 3 mg par comprimé. Boite de 4 comprimés, 18.12 euros/boite de 4 comprimés. Remboursement à 65%. Délivrance sur ordonnance. L’ivermectine détruit les cellules nerveuses et musculaires des invertébrés. Elle n’a pas d’action équivalente chez les mammifères.

Ainsi « on » nous balade ! Il est possible de soigner des attaques du SARS-COV2, « dès les premiers symptômes ». Mais, surtout, surtout, surtout, il ne faut pas l’ébruiter parce que cette nouvelle empêcherait le développement des « injections géniques » qui ne pourraient pas obtenir d’autorisation de mise sur le marché « conditionnelle ». Et ce serait vraiment ballot !


Voir ce commentaire dans son contexte