Commentaire de Séraphin Lampion
sur La tarte à la crème du Crédit Social chinois


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Schrek Séraphin Lampion 15 juin 14:14

@Gérard Luçon

Le flicage n’est en effet pas nouveau en France.

D’ailleurs le numéro de sécurité sociale a été institué dès son origine pour identifier de façon unique une personne dans un répertoire national et son inventeur est le contrôleur général des armées René Carmille, directeur du Service national des statistiques, qui a créé crée sous l’Occupation le Service national des statistiques (SNS), qui est devenu ’tout naturellement« l’Insee en 1946, et le numéro de code individuel qui est devenu, à la Libération, le numéro de Sécurité sociale, toujours utilisé.

L a Carte Vitale a d’ailleurs ajouté l’efficacité du numérique à la rigueur de cette structuration d’origine militaire de la société.

Ce qui est nouveau dans le « crédit social », c’est un système d’évaluation des citoyens. La valeur affichée du civisme n’est qu’un faux-nez qui dissimule mal la domination absolue du petit groupe qui tient le rênes et ne laisse plus aucune chance à ce qu’il considère comme des « moutons noirs » alors qu’il s’agit bien souvent uniquement d’individus fiers d’agir sous leur propre libre-arbitre.

Que vous le vouliez ou non, c’est bien le système chinois qui a apporté ce »perfectionnement" à une méthodologie qui n’avait déjà rien d’innocent.


Voir ce commentaire dans son contexte