Commentaire de véronique
sur La mortalité en Europe : l'urgence d'arrêter la psychose


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

véronique 16 juin 17:49

@pemile
C’est surtout la politique de santé qui a un impact sur la saturation des hôpitaux. C’est logique. Les virus ont un impact sur la santé, de même que toutes sortes de maladies. Et en fonction de ça le président de la république et le premier ministre (et en principe le parlement, mais là il est anesthésié depuis 2017), définissent une politique de santé. Et qu’on ne dise pas que l’épidémie était imprévisible, ce n’est pas la première, ni la dernière dans ce pays. Certes une épidémie assez forte, mais à un niveau qui n’est pas exceptionnel. Et tout ceci devrait nous préoccuper car si un jour on a une épidémie vraiment exceptionnelle, nous serons totalement démunis.

Pour ce qui est du confinement, compte-tenu de son énorme impact humain, social, financier, ce n’est pas une mesure à prendre sans avoir vraiment pu mesurer la gravité de la situation. Et d’autant moins que le confinement, qui ne se confond pas avec une mesure de quarantaine, n’est pas une mesure dont on a pu prouver scientifiquement l’efficacité. Et je parle bien du confinement tel qu’il nous a été imposé, avec toutes ses modalités et sanctions. En plus, à la limite, l’erreur étant humaine, je veux bien admettre que malgré tout, président de la république, premier ministre, ministres, parlement, ainsi que conseil d’état et conseil constitutionnel (ça fait quand même beaucoup de monde), aient pu décider un premier confinement, mais si l’erreur est humaine, perseverare diabolicum est.


Voir ce commentaire dans son contexte