Commentaire de Legestr glaz
sur La mortalité en Europe : l'urgence d'arrêter la psychose


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Legestr glaz Legestr glaz 17 juin 08:19

@pemile

« L’impact des contaminations sur la saturation des systèmes de santé » écrivez vous. ?
La saturation des systèmes de santé n’est pas due aux « contaminations » mais à l’arrivée massive de « malades » dans les hôpitaux pendant une courte période.

Les contaminés n’ont pas tous été hospitalisés que je sache ! 

Ce qui mériterait d’être mis en exergue dans cet article qui détaille en profondeur toute la manipulation ce sont 2 statistiques.
 La première concernant la chute de l’utilisation des antibiotiques
 La seconde concernant l’augmentation de l’utilisation du Rivotril.

Combinées ensemble ces 2 statistiques nous démontrent bien la « stratégie » employée par « nozotorités ». 

Parce que tout le monde médical sait, depuis longtemps, que ce ne sont pas les « virus » qui tuent mais les « surinfections bactériennes » consécutives à l’attaque virale. Etre « contaminé » c’est une chose, avoir des symptômes en est une autre, et recevoir des soins dès les « premiers symptômes » encore une autre. 

Le monde médical sait aussi qu’en situation de pneumonie, de symptômes de pneumonie, il est important de prescrire des antibiotiques de type macrolides aux malades pour, justement, « éviter » les surinfections bactériennes. Et cela fonctionne. Bien que les pneumonies puissent avoir soit une origine bactérienne soit une origine virale, les médecins de terrain ne s’embarrassent pas de savoir si c’est l’une ou si c’est l’autre qui a touché le malade immunodéprimé. Dans le « doute », il soigne en prescrivant un antibiotique de type macrolide. Et cela fonctionne bien très majoritairement ! En France, chaque année, la pneumonie touche entre 400.000 et 600.000 personnes et les soins apportés « dès les premiers symptômes » font qu’une proportion réduite des malades décède (environ 18.000 morts chaque année de pneumonie). 

Alors, évidemment, en conjuguant tous les mauvais principes d’intervention :
 Restez chez vous
 Prenez du doliprane
 Ne prenez pas d’antibiotique
 Utilisez le Rivotril

qui peut s’étonner que nombre de malades, présentant préalablement des comorbidités, soient passés de vie à trépas ? Pas vous pemile n’est-ce pas ?

Parce que rien ne distingue les premiers symptômes d’une pneumonie de ceux du SARS-COV2. Et vous parlez de la « saturation » des systèmes de santé pemile ? « Nozotorités » ont pris le temps de réaliser de « belles affiches » pour signifier à la population : « que faire face aux premiers signes » et « que faire si la maladie s’aggrave ».
 Dans le premier cas : restez chez vous ne consultez pas votre médecin !
 Dans le second cas : « si vous avez du mal à respirer », appelez le 15 ou le 114

Cela s’appelle : « de la bonne prévention », cela s’appelle « apporter des soins dès les premiers symptômes aux malades », n’est-ce pas pemile ? Et vous venez la bouche en coeur nous parler de la « saturation du système de santé » ?

Parce que oui, les pneumonies, quelles soient virales ou bactériennes, se soignent à l’aide d’antibiotiques de type macrolides et cela fonctionne ! Le SARS-COV2 provoque une pneumonie atypique qui se soigne.... devinez comment pemile ? Les masques tombent pemile !

https://visegradpost.com/fr/2021/03/22/flavia-grosan-pneumologue-roumaine-cest-le-protocole-covid-applique-dans-les-hopitaux-qui-tue-les-malades/

Merci grandement à l’auteur pour cet article de fond.


Voir ce commentaire dans son contexte