Commentaire de HELIOS
sur Financer la transition énergétique sans alourdir la « dette abyssale » de l'Etat, est-ce possible ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

HELIOS HELIOS 9 juillet 11:34

Il faut bien reflechir et penser avec responsabilité et... humanité !

Globalement, et a quelques exceptions pres, le systeme est loin d’être mauvais, mais il souffre de deux defauts majeurs ....

(1) l’assiette des contributions (impots, taxes droits etc..) ont des objectifs discutables (mais il est interdits d’en discuter), ont des bords flous (les textes constitutifs sont imprecis et les exceptions frequentes) et ont des irregularités (des effets de bord) injustifiables et injustifiées !

(2) les metriques (les unités de mesures et les mesures) sont au mieux inadaptées et pire volontairement dé-corrélées. Il n’y a pas non plus de suivi de la coherence avec une politique globale (contre exemple, les Verts qui ne veulent pas accorder une aide a un aero-club est pourtant un choix de coherence avec leurs objectifs), pas plus qu’une mesure d’efficacité avec l’usage de ces aides redistributives... et enfin avec le principe de fongibilité de la monnaie, rien n’est prevu pour s’assurer de la destination des aides accordées (cas particulier les allocations familiales ont une part non fongibles, en principe, que l’etat lui-même a du mal a reconnaitre).

Je ne rentrerai pas dans une liste de mesures qu’il faudrait sortir du chapeau et appliquer, mais a tous les niveaux il existe des éléments qui viennent contredire soit l’universalité de la redistribution et de l’assistance de la société que ce soit de forme égalitaire ou solidaire.

J’ai des collaborateurs qui ont ecrit des documents interressants repris soit partiellement soit integralement dans des « papiers » officiels, mais jamais aucun début de mise en oeuvre de quoi que ce soit, la classe poitique est completement paralysée, voire ligotée par des dogmes interieurs, des reglements étrangers qui nous sont imposés, et je ne parle pas de traités qui ont contournés le bon sens citoyens pour s’imposer... et la encore, il existe aussi le clientelisme et la lachetés de ceux qui devraient être là pour defendre l’interet général de la citoyenneté.

Quand à la politique, c’est un concept qui devrait etre général (normalement un élu represente tous les français, y compris ceux qui n’ont pas voté pour lui) mais qui est devenu communautaire dans une nation qui est en train d’éclater et se dirige vers une libanisation a marche forcée et qui deviendra j’ai bien peur, un espace balkanisé.


Voir ce commentaire dans son contexte