Commentaire de Séraphin Lampion
sur De la guerre d'Algérie - n° 1


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Clark Kent Séraphin Lampion 2 août 16:57

@sylvain

Le boucher Thiers avait fait ses preuves en matière d’opportunisme à trois bandes :

  • Il avait contribué aux Trois Glorieuses et joué un rôle important dans la mise en place de la monarchie de Juillet. Député, plusieurs fois ministre et deux fois président du Conseil., il se déclarait partisan d’une « monarchie constitutionnelle » dans laquelle « le roi règne, mais ne gouverne pas ».
  • Après la révolution de 1848, il s’était rallié à la République et était devenu l’une des figures du parti de l’Ordre.
  • Opposé au coup d’État du 2 décembre 1851 du futur Napoléon III, dont il aavait appuyé la candidature à la présidence de la République en 1848, il ne s’était pas rallié au Second Empire, mais avait été élu en 1863 à Paris où il était devenu un des principaux orateurs de l’opposition dite « libérale » et s’était opposé à la guerre franco-allemande de 1870.
  • Fort de cette prise de position, en février 1871, après la chute du Second Empire consécutive à la défaite de Sedan, il est devenu « chef du pouvoir exécutif de la République française », c’est-à-dire à la fois chef de l’État et du gouvernement, et a négocié le traité de paix avec Bismarck qui l’a aidé à réprimer dans le sang l’insurrection de la Commune, et c’est par la loi Rivet qu’il est devenu président de la République en 1871.
  • Il a été mis en minorité en 1873 par les monarchistes, majoritaires à l’Assemblée nationale, et il a du démissionner, mais il a en effet bien entourloupé tout le monde avec à une alliance de la droite orléaniste libérale et des républicains modérés dirigés par Gambetta qui a débouché sur la Troisième République.

Depuis 1789, la république n’a pas été un long fleuve tranquille en traversant le dix-neuvième siècle.


Voir ce commentaire dans son contexte