Commentaire de Mélusine ou la Robe de Saphir.
sur De quoi « de moins en moins » est-il le signe ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Les juifs israéliens présentés comme un Ku Klux Klan du Moyen-Orient

De fait, puisque la CSJ incite à couler la relation entre Israël et les Palestiniens dans le même moule de l’oppresseur blanc contre la victime non blanche, il n’y a rien d’étonnant à ce que l’hostilité à l’égard d’Israël soit si ancrée dans le mouvement Black Lives Matter et si souvent avalisée par les universitaires qui le soutiennent. Lors de la crise israélo-palestinienne de 2021, opposant Israël et le Hamas, des démocrates progressistes avaient vilipendé l’État juif pour ses mesures d’autodéfense. Un membre du Congrès, Jamaal Bowman, avait déclaré qu’Israël assassinait « des corps noirs et marrons », comme si le Hamas était un gigantesque George Floyd collectif.

À l’université de Princeton, une « déclaration de solidarité » rédigée par des universitaires allait même dénoncer la « suprématie juive », inepte tentative de présenter les juifs israéliens comme un Ku Klux Klan du Moyen-Orient. Black Lives Matter a pu également tweeter son soutien à la « Palestine libre », tout en qualifiant Israël de « colonisateur » et en essayant d’associer le définancement de la police américaine à des fins de soutien à Israël. Les actes antisémites ne cessent de se multiplier dans le monde, et le prétexte d’une riposte à Israël leur sert souvent de justification. L’idéologie de la CSJ ne peut que galvaniser un tel déferlement dans la mesure où elle brouille la frontière entre la haine antisémite et une légitime protestation en faveur de la justice sociale.


À LIRE AUSSI« L’antiracisme n’est plus ce qu’il était »


 Si ces tendances se confirment, de nombreux juifs américains pourraient se retrouver dans une situation similaire à celle des juifs britanniques après l’ascension de Jeremy Corbyn et de ses alliés à la tête du Parti travailliste britannique en 2015.




Voir ce commentaire dans son contexte