Commentaire de Pierre-Marie Baty
sur Le conclave de 1958, prélude du concile Vatican II


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 7 août 11:17

@Pierre-Marie Baty
Ce que je veux dire par là, c’est que ce que nous appelons le Diable est en nous, tout comme son contraire. Il ne nous tombe pas dessus comme le faucon fond sur le mulot dans un instant d’inattention. C’est nous qui le réveillons par notre paresse et notre orgueil. Et je m’inclus dans les hôtes de ce détestable parasite.


Voir ce commentaire dans son contexte