Commentaire de Hervé Hum
sur L'Occident au bord de l'effondrement ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Hervé Hum Hervé Hum 10 août 11:52

@bouffon(s) du roi

Orwell avait déjà tout expliqué, le hic, c’est d’aller expliquer aux poutinôlatres ou autres trimpôlatres, que cela vaut pour tous les dirigeants de la planète, donc, Poutine ou Trump en tête.

Le capitalisme ne peut être mondialisé sur le plan social, seulement sur le plan économique, le hic, c’est que la mondialisation économique mène fatalement à la question sociale.

Le stade ultime du capitalisme, c’est un monde divisé en deux blocs faussement opposés pour ses dirigeants, car la seule justification à la soumission volontaire d’une population quelconque c’’est l’état de guerre, or, pour faire la guerre il faut être au moins deux. Mais le but de tout dirigeant voulant dominer sa population, quelle que soit son mode de gouvernance, c’est d’abord le contrôle de sa propre population, pas celle du voisin. Et il n’y a qu’un seul moyen, la menace extérieure qui nécessite de désigner un ou des chefs de guerre.

Bref, le véritable ennemi de tout citoyen voulant vivre en paix relationnelle avec ses voisins, c’est ses propres dirigeants et tous ceux qui appellent à la souveraineté de leur pays, ne font qu’appeler à leur propre soumission envers celui ou ceux qu’ils auront désigné pour mener la guerre face à l’extérieur, car par définition, la souveraineté ne tolère pas une loi supérieure, c’est à dire, une loi ou droit international, c’est totalement antinomique et fondamentalement impossible. Le droit ne vaut que pour ceux qui y sont contraint, soumis, pas pour celui ou ceux qui disposent des moyens de s’allier à ceux qui disposent de la force suffisante pour s’y soustraire.


Voir ce commentaire dans son contexte