Commentaire de Djam
sur Eau, énergie : des arbitrages s'imposent


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Djam Djam 11 août 13:28

Tous ces problèmes graves ne sont que les symptômes, mortels à terme, du système imposé en amont depuis des décennies, c.à.d. un capitalisme intégralement financiarisé, privatisé et bâti uniquement pour sa fonction de production de profits pérennes et exponentiels...

...du moins jusqu’à notre époque qui voit ce que Marx avait clairement expliqué dans ses ouvrages denses : la butée finale de ce système sur son impuissance à maintenir ad vitam aeternam sa marge de profit par le labeur d’une armée d’esclaves qu’on a appelée commodément le « salariat ». 

Tant qu’on se contentera d’aménager le décors de la geôle dans laquelle tous les peuples sont enfermés rien ne changera et nous continuerons à foncer vers un inévitable effondrement intégral... marchés compris.

On peut stopper en quelques jours ce système d’aliénation intégrale, mais encore faudrait-il qu’une importante majorité renonce à ses petits conforts multiples générés par la modernitude débilitante.

Demandez-donc aux petits bourgeois partout présents de reconcer à leur piscine, doublon de voiture (1 pour monsieur 1 pour madame et parfois même 1 pour les lardons !), à leur CB qu’ils appliquent consciencieusement sur tous les terminaux ad hoc de la consommation massive dans les grands hangars de la malbouffe, à leur petite vacances sur des plages bondées, dans des forêts déséchées et battues par leurs milliards de randos et autres « sports » de citadins affaiblis, à leurs divertissements crétinisants, à leur nombreux produits industriels si « commodes » à l’entretien de leurs petites possessions....

Il est plus facile de renoncer et de continuer son traitement mortel que de se lever et de changer sa vision de soi et du monde.

L’occident est malade, on le sait tous et nous sommes chacun une cellule de ce grand corps malade en phase terminale...


Voir ce commentaire dans son contexte