Commentaire de Luc-Laurent Salvador
sur Au revoir France Inter, sans regret


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 20 novembre 16:44

@Clocel

On est bien d’accord. Le statut de victime est le grand quiproquo et la big manip de cette époque.


Voir ce commentaire dans son contexte