Commentaire de pingouin perplexe
sur Violences juvéniles et « pathologies de l'agir »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

pingouin perplexe (---.---.123.30) 26 juin 2006 22:12

Comme vous y allez ! D’abord, la théorie du bouc émissaire est loin de résumer l’apport anthropologique de René Girard. On peut en effet y voir la lecture d’une parabole biblique que d’autres avaient fait avant, et que d’autres feront après. Ce qui est vraiment intéressant tient en fait, à mon avis, à son intelligence des processus mimétiques, que l’on pourrait dire en d’autres termes « identificatoires ». Ce qu’il propose en fait n’est ni plus ni moins qu’une exégèse, parmi d’autres, de textes devenus si classiques que leur portée anthropologique en aura souvent été oubliée. Du coté de la psychanalyse, on peut également trouver intérêt à considérer les écrits de Marie Balmary, et de Denis Vasse, pour ne citer qu’eux.

Si vous voulez mon avis, il est erronné d’attacher la notion de « racaille » à une confession quelle qu’elle soit, et même à une absence de confession. Ce que je considère, c’est que l’auteur de cet article nous parle d’abord de problèmes psychologiques (la patho de l’agir, ce n’est pas rien), vus selon une approche intégrative comme problème psycho-sociaux et socio-économiques.


Voir ce commentaire dans son contexte