mardi 2 avril - par rosemar

Et pourtant, quelle poésie dans l’aubade !

JPEG

Pour le plaisir des mots... l'aubade !

 

On se souvient de ces vers de Georges Brassens, extraits d'une chanson intitulée Il suffit de passer le pont..

"Il suffit de trois petits bonds,
C'est tout de suit' la tarantelle,
Laisse-moi tenir ton jupon,
J'saurai ménager tes dentelles...
J'ai graissé la patte au berger
Pour lui fair' jouer une aubade.
Lors, ma mi', sans croire au danger,
Faisons mille et une gambades,
Ton pied frappe et frappe la mousse...


Si l'chardon s'y pique dedans,
Ne pleure pas, ma mi' qui souffre :
Je te l'enlève avec les dents !"

 

Le poète fait appel à un berger pour "faire jouer une aubade", afin de séduire sa belle...

De nos jours, certaines coutumes se perdent et plus personne ne donne des aubades, ces concerts en plein air, à l'aube, devant la porte d'un être cher...

Et, pourtant, quelle poésie et quelle séduction dans l'aubade ! Un bonheur de chanter, de faire de la musique, un plaisir de l'aube...

Le mot n'est-il pas rempli de charmes, avec ses consonnes labiale, dentale, ses voyelles ouvertes qui suggèrent une harmonie, une envie de s'épanouir ?

L'aubade, liée à l'aube, à la couleur blanche, "albus", en latin, nous fait voir les couleurs de l'aurore, des teintes adoucies de roses...

Des lumières légères, incertaines, des ombres subtiles, un chuchotement de clartés, un balbutiement de jour qui se lève...

On entend un air de guitare, une voix qui s'élève vers un balcon, un chant d'amour et de bonheur, dans les lumières naissantes de l'aurore.

Qui ne rêve d'écouter une aubade ?

Aubade d'un berger musicien qui joue sur sa flûte des airs langoureux, aubade d'un poète amoureux...

L'aubade nous réveille agréablement, au son d'un instrument de musique, elle nous surprend à l'aube, au point du jour : lumières et chants s'accordent dans une harmonie de sons et de teintes...

Alba ! Blancheur et douceur des teintes de l'aube !

L'aubade évoque, aussi, le temps des troubadours, ces "trouveurs" de mots qui chantaient l'amour, la fin'amor, des poètes, des musiciens d'autrefois.
 

L'aubade n'est-elle pas une forme d'hommage, de célébration ? On aimerait retrouver, de nos jours, ces poètes, tel Brassens qui magnifiait son "Hélène", ses sabots, sa simplicité....

Le temps de l'aubade semble révolu... Remettons ce mot à l'honneur ! Des aubades nouvelles sont attendues !

Le printemps, la nature qui s'éveille, les feuilles et les fleurs qui s'épanouissent, les matins qui s'apaisent de douceurs, tout incite à l'aubade et ses musiques enivrantes, tout nous appelle vers des accords de guitare éblouissants, des voix charmeuses...

Voilà qu' une aubade d'oiseaux nous berce de trilles, de friselis vaporeux et subtils !

Ce mot résonne d'éclats de musique, d'images apaisantes, de doux murmures....

Ce mot évoque tout un art de l'harmonie, de la séduction....

Se réveiller, au son d'une aubade ! Un rêve !

  

Vidéo :

 



20 réactions


  • chantecler chantecler 2 avril 16:27

    Bonjour,

    Ah , Aubade !

    https://www.aubade.fr/lingerie.html

    Un délice .


  • Raymond75 2 avril 20:23

    En effet, faire jouer une aubade pour sa belle, ou pour son beau, était une belle attention ...

    Mais de nos jours, ce sera considéré comme une perturbation, et on appellera la police, et la belle ne l’entendra pas, car elle a ses écouteurs vissés dans les oreilles  !!! Autres temps, autres mœurs.


    • rosemar rosemar 2 avril 20:50

      @Raymond75

      Eh oui, plus de poésie... d’ailleurs l’aubade est devenue une marque de sous-vêtements, et on en oublierait presque le sens originel...


    • Paul Leleu 2 avril 23:22

      @rosemar

      oui... il vaut mieux payer un rail de cocaïne à sa belle aujourd’hui.

      de toutes façons, les gens n’aiment plus la poésie... ils la haïssent même... il suffit de voir les réactions glapissantes et hystériques que sucitent vos articles même sur Agora-Vox.

      ils font croire que c’est le « niveau » de vos articles qui pose problème, alors qu’ils sont parfaitement dans la norme de ce site... ce qui les met hors d’eux, c’est l’aspect poétique de vos articles... alors, ça, ça les rend totalement maboules, et pour tout dire agressifs et haineux...

      ils préfèrent les conneries de Houellebecq qui fait rimer « tar-pé » avec « steak haché », et qui se fait publier chez Flammarion, avec les « oh » et les « ah » des pseudo-modernes... qui ne sont en fait que les petits pontifes académiques d’autrefois...

      vous êtes beaucoup plus subversive que ces butors conformistes... ils font semblant « d’être revenus de tout », alors qu’ils ne font que suivre le mode et rentrer dans des cases... justement, depuis toujours, les hommes (et les femmes) « revenus de tout » s’en remettent à la seule poésie... et notamment à la poésie courtoise et galante, belle et suave, amoureuse et bénigne... la seule chose qui reste à ceux qui ont tout perdu.


    • rosemar rosemar 2 avril 23:35

      @Paul Leleu

      Ce qui est symptomatique, c’est que les commentaires portent sur une marque de lingerie... signe des temps : la marchandisation du monde...


    • Paul Leleu 2 avril 23:41

      @rosemar

      vous savez, ce sont un peu des « puceaux »... ils sont mal à l’aise à l’évocation de « la beauté »...

      alors ils ont l’impression que ça fait « cool » et « libéré » de réagir de la sorte... ils ont l’impression que ça fait d’eux « des vieux routiers qui en ont vu d’autres »...

      enfin bon... c’est mon avis...

      mais je trouve ça très symptomatique... et en cela, ils ne sont absoluement pas originaux... toute la société est comme ça...


    • rosemar rosemar 3 avril 09:05

      @Paul Leleu

      Mais je pense que Houellebecq dénonce à sa façon cette société de marchandisation dans laquelle on vit...


  • folamour folamour 2 avril 21:47

    Mais pas du tout ...

    « Cette aubade là » nous ramène à ce que nous avons de plus « originel. »

    https://www.lingerie-carrade.fr/en/960-aubade-a-l-amour-noir

    originel comme le péché , une affaire de sens.


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 avril 23:17

    Au Mexique, où je passe souvent mes hivers, l’aubade ne s’est pas perdue. Elle est meme incontournable pour un anniversaire ou le jour de la Sainte patronne de la dame aimée...Les plus populaires reviennent plus souvent que l’hymne national... On n’est pas conscient en France que l’avenir de l’Occident est sans doute chez ces Latins Ibères qui seront, dans relativement peu de temps, plus nombreux que les Chinois sur cette planète. On devrait devenir plus copains...

    PJCA


    • Paul Leleu 2 avril 23:36

      @Pierre JC Allard

      les français (et plus génératlement) les peuples d’Europe de l’Ouest sont totalement dégénérés... ils sont beaucoup trop imbus d’eux-mêmes pour imaginer que quelque chose existe en-dehors de leur suffisance...

      certains prétendent même « rétablir la France »... on se demande bien avec quel peuple ? Avec le ramassis d’américanisés qui sont persuadés que descendre de l’Oncle Sam’ ?

      la génération du baby-boom entre dans la vieillesse, et va aller peupler les EPADH tragiques.... et puis derrière, ce sera la fin... nous allons ressembler à la fin de l’URSS, à la fin de l’empire ottoman... on va ressembler à ce qui reste de déchets et d’usure après un teknival ou une fête de la musique...

      alors, là-dedans, la poésie... ! ...une affaire de marginaux mal-vus, qui ont rompu et fait sécession avec cette France de Johnny et d’Hannouna hystérique... Et qui hurle de haine à la simple évocation de « la beauté »


  • phan 3 avril 12:29
    Une aubade est une prestation musicale donnée à l’aube ou tout au moins en matinée, en l’honneur de quelqu’un, le plus souvent devant son habitation ou, « image d’Épinal », sous sa fenêtre. Par extension, elle désigne également le genre musical joué à cette occasion.
    Quand même, il y a du monde au balcon !

  • Raymond75 3 avril 13:31

    Toutes les aubades ne sont pas romantiques ...

    https://www.youtube.com/watch?v=0700-hWqyCo


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 avril 03:44

    Pour que tout le monde sache de quoi l’on parle, voici la plus connue des « aubades »

    mexicaines : https://www.youtube.com/watch?v=a1Q6Zg8LPM4... Vous ne passerez pas une journée sans l’entendre.

    Cette version, par le plus connu de ses interprètes, date d’au moins 50 ans..

    PJCA


Réagir