mardi 29 décembre 2020 - par rosemar

Les volucelles tapageuses...

JPEG

Pour le plaisir des mots... La volucelle !

Dans un extrait des Travailleurs de la mer, Victor Hugo décrit l'île de Guernesey, sa végétation, ses herbes peuplées de toute une faune, des insectes aux noms éblouissants, et notamment, des "volucelles tapageuses"...

 

"Maintenant, faites courir là-dedans et faites voler là-dessus mille insectes, les uns hideux, les autres charmants, sous l’herbe, les longicornes, les longinases, les calandres, les fourmis occupées à traire les pucerons leurs vaches, les sauterelles baveuses, la coccinelle, bête du bon Dieu, et le taupin, bête du diable ; sur l’herbe, dans l’air, la libellule, l’ichneumon, la guêpe, les cétoines d’or, les bourdons de velours, les hémérobes de dentelle, les chrysis au ventre rouge, les volucelles tapageuses, et vous aurez quelque idée du spectacle plein de rêverie qu’en juin, à midi, la croupe de Jerbourg ou de Fermain-Bay offre à un entomologiste un peu songeur, et à un poète un peu naturaliste."

 

Le nom "volucelle "nous entraîne dans un monde aérien, mystérieux... Quel est cet insecte au nom si éblouissant ?

 

Ce mot nous fait voir des envols, des frémissements d'ailes, des danses volubiles...

 

La volucelle, mouche somptueuse déploie des ailes translucides, qui ressemblent à celles d'un papillon.

 

L'abdomen est cuivré, cerclé de noir, avec des teintes de pourpres, de xanthes, de bruns... un corset magnifique qui fait songer à un tissu soyeux de velours noir.

Publicité

 

Le bourdonnement de ces insectes envahit l'espace, les volucelles s'enivrent du parfum des fleurs et on les voit passer de fleur en fleur pour se gaver de nectar...

On les voit, sous le soleil, s'illuminer de teintes mordorées, éclats d'or sur les fleurs aux senteurs capiteuses.

On les imagine corsetées, virevoltantes, exaltées des chaleurs de l'été...

 

Le mot nous fait entendre de douces sonorités, fricative "v", sifflante "c", et nous entraîne dans un univers poétique...

Le mot nous laisse entrevoir les ailes somptueuses de cet insecte, des ailes légères, fines, d'une transparence pleine de brillances et d'éclats...

 

Les graphies du son "l" suggèrent, aussi, la forme élancée de ces ailes graciles.

 

Ce mot, aux origines anciennes, venu du latin, est issu de l'adjectif "volucer, ailé, rapide", lui-même venu du verbe "volo, voler".

 

La volucelle suscite l'admiration, par sa dénomination évocatrice, ses embruns d'ailes subtiles, son bourdonnement tapageur.

 

Publicité

Ce mot ne fait-il pas rêver ? Cette mouche revêt une parure délicate, elle nous fait entendre une musique, pleine de vivacité.

 

La finale -elle nous laisse entrevoir des envolées d'ailes somptueuses.

 

Ces mouches tapageuses, qui butinent les fleurs, suscitent l'intérêt du lecteur, car le mot "volucelle", par sa rareté, ses sonorités, emporte l'imagination...

 

Quelle poésie dans ce seul nom ! Quelle poésie dans cette expression ! L'adjectif "tapageuses" vient souligner le bourdonnement de ces insectes, d'une manière inattendue, avec une formation d'onomatopée qui nous fait entendre le tapage que font ces insectes...

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2016/04/les-volucelles-tapageuses.html

 



18 réactions


Réagir