jeudi 31 décembre 2020 - par rosemar

Quelques brumes fumaient sur les pentes des Alpes...

JPEG

"Nous étions assez près des côtes, en face d’une ville, San Remo, sans espoir de l’atteindre. D’autres villages ou petites cités, s’étalant au pied de la haute montagne grise, ressemblaient à des tas de linge blanc mis à sécher sur les plages. Quelques brumes fumaient sur les pentes des Alpes, effaçaient les vallées en rampant vers les sommets dont les crêtes dessinaient une immense ligne dentelée dans un ciel rose et lilas."
 

C'est ainsi que Guy de Maupassant évoque des paysages alpestres, entourés de brumes, dans un récit de voyage, intitulé La vie errante...
 
 
 Les brumes qui encerclent les pentes des montagnes rendent ce tableau irréel et mystérieux.

Ce mot "brume" venu du latin "bruma", "solstice d'hiver, temps froid", est curieusement issu d'une expression latine abrégée, "brevissima (dies)", le jour le plus court.

Le sens a, ensuite dérivé, et le mot désigne un brouillard léger qui se lève, souvent, les matins d'hiver.

La brume, le jour le plus court ! Etonnante étymologie !

 

Joli mot aux sonorités de labiales, de gutturale, la "brume" est donc associée à l'hiver, aux jours les plus courts de l'année.

L'hiver, la saison des brumes, du froid, des jours raccourcis nous enveloppe de ses lueurs affaiblies, de ses éclats glacés et humides.

 

Publicité

La brume peut enserrer les paysages, les couvrir d'un voile laiteux, aux nuées étonnantes : la terre se pare de nuages, rejoint le ciel, tout se confond et se mêle...

La brume rend tout incertain et flou, les paysages deviennent des ombres blanches, des fantômes de blancs.

La brume, souvent liée à l'aurore, au début du jour se lève le matin pour se dissiper, après les premières lueurs de l'aube.

 

On évoque parfois"le berceau de brumes", cette belle métaphore associée à l'aurore, utilisée par Homère....

Evoquant la naissance du jour, le poète nous montre un paysage inondé et baigné de brumes, avant que n'apparaissent les premières clartés de l'aube.

 

Le mot "brume", à la finale féminine, pleine de douceurs nous emporte vers des matins aux lueurs hésitantes, aux embruns cotonneux, vers des jardins aux contours incertains.

Les brumes rappellent les nuages, des voiles nuancés et chargés d'humidité.

Brumes, nuées, nuages, voilà des mots remplis de poésie et de charmes...

 

Les brumes nuageuses de l'hiver transforment les paysages en des mondes mystérieux et étranges.

Les berceaux de brumes évoquent des images de levers de jours aux teintes de rose-rouges, des images feutrées aux formes floues et ouatées....

 

Ce mot "brume" aux sonorités à la fois rudes et douces, traduit bien la rudesse de ces journées d'hiver si brèves et la douceur de ces vapeurs de brouillards, au petit matin...

Publicité

 

 
 Le texte de Maupassant :

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Vie_errante

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/quelques-brumes-fumaient-sur-les-pentes-des-alpes.html

 

Vidéo :

 

 Photo : Pixabay

 



18 réactions


Réagir