samedi 27 juin - par rosemar

A la chasse aux papillons... avec Brassens...

Une chanson emplie de fraîcheur, de légèreté, de tendresse : c'est tout l'art de Georges Brassens que l'on retrouve dans ce texte intitulé La chasse aux papillons...

 

Un personnage est évoqué au début de la chanson, en des termes amusants : "un bon petit diable"... Brassens se plait à décrire un personnage attrayant et sympathique, un bon vivant, qui a "la jambe légère, et l'oeil polisson..."

 

L'oeil, la bouche de ce personnage sont soulignés, évoquant une forme de sensualité...

 

Les mots utilisés pour le décrire : "la fleur de l'âge, la bouche pleine de joyeux ramages" suggèrent grâce à des images, un être qui aime la nature, un homme plein de vivacité, d'énergie, un beau parleur, et même peut-être un poète, à l'image de Georges Brassens lui-même.

 

On ne s'étonne pas, dès lors, que ce personnage parte à "chasse aux papillons..."

Ces papillons qui pourraient être une métaphore de l'amour et de ses plaisirs...

 

Le bon petit diable rencontre alors, comme dans un conte, une "Cendrillon, filant sa quenouille", image d'une jeune fille humble et simple...

 

Le coup de foudre est suggéré par l'emploi du verbe "voir" au passé simple : "il vit Cendrillon...", une vision soudaine, inattendue, comme éblouissante....

 

Et, aussitôt, le personnage passe à l'action : il invite sa belle à une "chasse aux papillons", dans un discours direct et familier : 

"Bonjour, que Dieu te ménage,


J' t'emmène à la chasse aux papillons."

La jeune fille, aussitôt séduite, se prépare et" met sa robe neuve" : le présent de narration accentue et souligne l'empressement de la belle.

On peut percevoir, là, une référence et un clin d'oeil au conte de Perrault, où Cendrillon se rend au bal, avec une jolie robe.

 

L'expression "bras d'ssus bras d'ssous'" souligne la proximité qui unit les deux personnages.

Brassens nous laisse entrevoir malicieusement une sorte de fausse ingénuité du séducteur : "Il ne savait pas que sous les ombrages,
Se cachait l'amour et son aiguillon..."

Le vocabulaire amoureux apparaît : "amour, coeurs".

La jeune fille, devant l'empressement du jeune homme, évoque en quelques mots, la curieuse chasse aux papillons à laquelle il se livre...

"J' présage
Qu' c'est pas dans les plis de mon cotillon,
Ni dans l'échancrure de mon corsage,
Qu'on va à la chasse aux papillons."

Les vêtements de Cendrillon, son cotillon, son corsage sont mis en valeur et montrent les gestes audacieux de l'amoureux.

Le rapprochement entre les deux personnages est mis en évidence par la répétition du mot "bouche".

"Sur sa bouche en feu qui criait : "Sois sage !"
Il posa sa bouche en guis’ de bâillon..."

Et l'expression suivante : "Et c'fut l'plus charmant des remu’-ménage


Qu'on ait vu d' mémoir' de papillon" suggère tout le bonheur des amants, leurs ébats, avec tendresse et délicatesse.

On les voit, ensuite, revenir au village, "un volcan dans l'âme", une belle image qui souligne le trouble amoureux, et la métamorphose qu'il produit.

Ils se promettent "d'aller des millions,
Des milliards de fois, et mêm' davantage,
Ensemble à la chasse aux papillons."

On perçoit tout l'enthousiasme des amoureux à travers ces promesses hyperboliques, un élan, un bonheur.

La dernière strophe, avec l'emploi du futur, évoque l'avenir des personnages : tant que durera leur amour, "Il f'ra bon voler dans les frais bocages,
Ils f'ront pas la chasse aux papillons."

 

Jolie conclusion pour cette chanson qui nous laisse entrevoir le bonheur des papillons qui seront épargnés par les amoureux.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/02/a-la-chasse-aux-papillons-avec-brassens.html

 

Vidéo :



78 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 juin 16:45

    Quand la télé est allumée, les papillons ont tendance à se faire avoir par tous les attrape -coups.


  • ZXSpect ZXSpect 27 juin 16:53

    La chanson de Brassens est agréablement simple et poétiquement limpide, mais Rosemar pense que le lectorat d’AgoraVox ne peut en comprendre le sens et en apprécier la forme.

    .

    Elle sort donc le scalpel et la dissection commence…

    .

    Un outrage au poète et une injure aux lecteurs d’AgoraVox.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 juin 17:00

      @ZXSpect

      vous n’aimez pas les médecins légistes ?


    • myrrhe-lit-on RexImperator 27 juin 17:05

      @ZXSpect

      même dans la dissection elle n’ as ni la main ni le cerveau agile , car elle as evidement louper le mythe de la belle au bois dormant suggérer par la quenouille maudite qui fait dormir les gens pour se concentrer sur l’ apparence évidente de la robe de cendrillon .
      https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Belle_au_bois_dormant

      Pire encore , elle atribut la paternité de ces contes a charle perault , alors que bien d’ autre auteur depuis l’ antiquité les fignoles et les adapte selon les epoque ...

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cendrillon

      Aucune reference , au conte-type , pourtant la base de l’ étude mythologique .
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Conte-type

      @tous
      on la met au coin avec un bonnet d’ anne ? 
      ou on leui fait copier dix mille fois , « je promet d’ essayer de faire un article un peut inteligent la prochaine fois ? »


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 juin 17:21

      @ZXSpect

      Ce serait marrant de décrire le visage d’Angelina Jolie comme ça :

      « Composantes essentielles de son visage, les lèvres d’Angelina ont une place tout à fait particulière en ce qui concerne ses relations avec les autres. Elles sont à la fois l’organe lui permettant l’expression de ses émotions et de ses sentiments et son principal organe de séduction grâce au sillon naso-génien, au sillon labio-mentonnier, au philtrum et à la ligne cutanéo-muqueuse.

      Mais elles ont également un rôle phonatoire essentiel très important pour une actrice, et constituent des remparts qui lui évitent les fuites salivaires et lui permettent de retenir le bol alimentaire, ce qui lui donne cette distinction dont les vulgaires sont dépourvus.

      Ses lèvres sont donc multifonctionnelles, une caractéristique due aux muscles peauciers convergeant vers l’orifice de la bouche, entourée, elle, du muscle orbiculaire. La continuité de ces muscles favorise le fonctionnement correct de ses lèvres.

      Quatre couches anatomiques forment ses lèvres, de l’intérieur vers l’extérieur :

      • la muqueuse
      • la couche sous muqueuse
      • la couche musculaire
      • la peau

      Des vaisseaux sanguins et des nerfs complètent l’ensemble.

      On distingue sa lèvre inférieure et sa lèvre supérieure. Chacune est formée de 2 parties :

      • la “lèvre blanche” ou zone cutanée
      • la lèvre “rouge ou vermillon” ou zone de muqueuse

      Ses lèvres ont une forme oblique vers l’avant ; sa lèvre supérieure et sa lèvre inférieure se réunissent au niveau des commissures labiales. Sa lèvre inférieure est de plus petite longueur que la sèvre supérieure. La ligne de jonction cutanéo-muqueuse forme « l’arc de Cupidon » qui sépare sa lèvre rouge et sa lèvre blanche de façon nette et saillante. Les deux lèvres se rejoignent à sa commissure labiale et c’est ce qui lui confère tout son charme »

      Non ?


    • arthes arthes 27 juin 17:41

      tait @Séraphin Lampion

      @ZXSpect

      vous n’aimez pas les médecins légistes ?


      La chanson et l’esprit étaient ils des cadavres ?


      Ici, sur avox, c’est désormais fait.


      RIP le papillon smiley

      Et c’est que ça boîte pas avec Rosemar, 

      Au suivant :https://youtu.be/-UzdCWHwzgk



    • ZXSpect ZXSpect 27 juin 17:56

      @Séraphin Lampion
      .
      C’est exactement ce que je ressens en lisant ce décorticage !
      .
      Lorsqu’une mélodie me plait, je ne pense pas fréquence des sons.
      .
      Lorsque j’aime un tableau, je ne le réduit pas à des codes du nuancier Pantone.
      .
      Alors que Brassens me ravit par la simplicité poétique de ses chansons ; cette analyse de texte, qui détournerait un enfant de la découverte de l’émotion poétique, me fait enrager !


    • myrrhe-lit-on RexImperator 27 juin 18:02

      @Séraphin Lampion

      Une fois disséqué/magnifié par rosemar cela donnera ceci.
      https://www.purepeople.com/article/angelina-jolie-son-sosie-zombie-victime-du-coronavirus_a384632/1


    • ZXSpect ZXSpect 27 juin 18:16

      @ZXSpect
      .
      Lorsque j’ai vu apparaitre en modération ce texte de Rosemar, j’ai espéré qu’il nous soit épargné à la publication.
      .
      Mais, Rosemar doit bénéficier d’un privilège que de nombreux auteurs non publiés doivent lui envier, car quelques heures plus tard il était validé !
      .
      Les règles d’AgoraVox sont bien obscures smiley


    • bucefal bucefal 27 juin 20:35

      @arthes
      Avez vous remarqué son acharnement à faire tourner le bouzin contre vents et marées.. ?
      Il en est arrivé à faire de la lèche au pire des pires .


    • Aimable 27 juin 22:51

      @Séraphin Lampion
      Belle formule pour Rosemar ,elle est un médecin légiste qui fait parler les mots .


    • rosemar rosemar 27 juin 23:20

      @Aimable

      Bien rattrapé ! MERCI !


  • Sozenz 27 juin 17:58

    ça ne vous serait pas venu à l esprit que le papillon soit le sexe féminin ?

    et oui tous les poètes n’ ont pas que idées platoniques


    • myrrhe-lit-on RexImperator 27 juin 18:05

      @Sozenz

      Tu lui en demande beaucoup smiley
      Elle qui s’ efforce depuis 40 ans d’ oublier les vilain z’hom macho tout plein smiley


    • eau-pression eau-pression 27 juin 18:18

      @Sozenz

      Vous ne confondez pas avec « la pêche aux moules » ? S’cusez-moi, mais le papillon c’est un noeud.


    • Sozenz 27 juin 18:59

      @eau-pression
      je suis désolée pour vous si vous n avez connu que celles qui sentaient la marée basse ...
      et que vous n ayez pas eu la curiosité d aller voir de plus près ;
      apres vu que vous connaissez que la pèche aux moules et pas la chasse aux papillons il est normal que vous vous ne vous approchiez pas...


    • eau-pression eau-pression 27 juin 20:07

      @Sozenz
      Vous me classez platonique ou « pas thon nique » ?
      Sur la colline bocageuse où j’allais souvent en vacances, il y avait un « pré au papillon ». J’y allais avec mon filet, et pour tromper l’attente il m’arrivait d’y chercher le trèfle à 4 feuilles. Souvenir que n’auront pas nos enfants, pesticides oblige.
      Les papillons surgissaient de derrière la haie, et leur vol aléatoire n’avait rien du ballet des allumeuses. Ils se lançaient souvent à deux dans un vol en spirale : rituel d’accouplement ? je n’imagine pas un combat où deux éphémères iraient abréger leur vie. Avec de bons yeux, on voyait nettement la trompe s’enfoncer dans le pistil.

      Après seulement vint le noeud marin.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 juin 20:29

      @eau-pression

      Din ch’nord c’est plus direct : In ar’venant Marquette...Raoul de Godewaersvelde . Youtube.


    • Sozenz 28 juin 13:41

      @eau-pression
      pourquoi uniquement deux options ?
      je dirais aucun des deux . mais je vais me taire . je vous ai déjà donné des indices ;
      Les papillons surgissaient de derrière la haie 

      groawwwwwwwww !


    • eau-pression eau-pression 28 juin 16:55

      @Sozenz

      Est-ce un autre indice quand l’ingénue de la chanson dit
      J’ présage
      Qu’ c’est pas dans les plis de mon cotillon,
      Ni dans l’échancrure de mon corsage,
      Qu’on va à la chasse aux papillons

      Pour mon éducation, j’y pense, je demanderai à mes cousines de la parfaire. La nuit, nous contemplions ensemble les étoiles. J’étais très jeune, pour moi les haies étaient peuplées de nids sacrés.


  • eau-pression eau-pression 27 juin 18:22

    Vous en avez piégé beaucoup avec vos hameçons, sur les quais de l’Estaque ? Perso, je me méfie de celle qui met au sigulier

    Ils ne savaient pas que sous les ombrages,
    Se cachait l’amour et son aiguillon...


  • Sozenz 27 juin 19:50

    Quand je vois le bordel qu’ il y a sur chaque article de rosemar ; j imagine comment cela devait etre dans sa classe ;

    C est marrant !


  • Voici l’instant de la cheffe de gare ♪

    Qui nous fait signe pour le départ

    Pose tes deux pieds en canard ♫

     C’est la chenille Rosemar qui redémarre ♪ 

     La chenille devient papillon

     Le cochon devient saucisson

     C’est une grande loi de la nature . smiley


  • JC_Lavau JC_Lavau 27 juin 21:27

    Le nez de Cyrano ? « Non, vraiment, il exagère ! Il va l’enlever... »

    La sottise de cette auteuse ? « Non, vraiment, elle exagère ! Elle va l’enlever en criant poisson d’avril... ». Mais cette auteuse ne l’enlève jamais.


  • JC_Lavau JC_Lavau 27 juin 23:28

    Et devant ses classes aussi elle produit des horreurs pareilles ?


  • phan 27 juin 23:32

    Le rapprochement entre les deux personnages est mis en évidence par la répétition du mot « bouche » comme l’art de décaler les sons que débite la bouche.

    Michael Douglas avec son cancer de la gorge a été causé par le papillomavirus humain : le croisement des jambes ou « Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? » .


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 28 juin 00:17

      @phan

      Et voilà...bientôt on nous dira que titiller langagièrement un clito peut provoquer des maladies graves....bon on attend les indications sur la chatte des femmes.


    • eau-pression eau-pression 28 juin 12:56

      @Aita Pea Pea

      Où allez-vous nicher « le plaisir des mots » ? Quelle honte ! Vous mériteriez celui-ci.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 28 juin 13:23

      @eau-pression

      Salut. Même pas honte...les chansons de Raoul ne sont que des bluettes a coté du répertoire de corps de garde ...c’est pas Armand qui va me contredire...lol


    • arthes arthes 28 juin 15:59

      @eau-pression

      Au fait...je profite du bordel ambiant pour te demander un truc : J’avais lu un post de toi où tu disais que « tu croyais que je faisais partie , avec Aita de la »furtif team" , au moment où tu me pompais l’air avec Donatien (t’es jaloux ?) je voulais te répondre, de manière très brève,mais comme par hasard, le post a disparu.

      Tu confirmes ?

      Sinon la réponse est : T’es flingué du cerveau avec tes trips complotistes.


    • eau-pression eau-pression 28 juin 16:48

      @arthes

      C’est pas une réponse ça. Avec un tel diagnostic, il faut m’envoyer rejoindre Shaw.

      T’as peut-être pas vu qu’il y a une autre @arthes, sur un blog bien connu ici, et pas vu non plus que pour te faire plaisir je suis allé lire ses dialogues avec le diable, et que ni l’une ni l’autre n’a signalé avoir lu ce post.

      A part ça, je passais pour te poser la question sur laquelle Rosy sèche. Perso, je mettrais au pluriel cette phrase : Il ne savait pas que sous les ombrages, ...
      Et toi ?


    • arthes arthes 28 juin 17:47

      @eau-pression

      Oh, laissons Shaw à part, se démêler dans son Horus Pourpre...Il n’y a qu’une @arthes, ici et ailleurs, quant au post où tu fais référence , j’ai pas capté sur le moment car... j’ignorais que tu avais mis ton dégoût de coté pour aller lire la où tu craignais de perdre ton âme....Bon, tu es reviendu sain et sauf smiley

      Pour ta question, je suppose que Brassens s’adresse à chacun qui comprendra comme il voudra comprendre, donc, à tout un chacun....En ce sens on peut le mettre au pluriel.
      Dans un sens plus trivial, au pluriel, ça ressemblerait à une tournante (lol)


    • eau-pression eau-pression 28 juin 17:53

      @arthes

      Une tournante ? Et si tout simplement on ne pouvait parler d’amour que si l’émotion qui les attend sera partagée ?


    • arthes arthes 28 juin 19:00

      @eau-pression

      Même si, parfois ils se rejoignent, le sexe (l’émoi sexuel) let l’amour sont deux domaines parfaitement distincts
      Je le vois, et je l’ai toujours vu et le verrai toujours ainsi.


    • eau-pression eau-pression 28 juin 19:08

      @arthes

      Ca tombe bien, moi non plus je ne sais pas faire ces deux choses à la fois


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 juin 21:12

      @arthes. Un de nous deux est infirme : toi ou moi.
      Mais bon, il est réellement difficile de rendre presque parfaites des amours imparfaites, entre personnes imparfaites.


    • arthes arthes 28 juin 22:54

      @eau-pression
      Loooooooool
      Marrant .Je réserve cela pour Dimitri....oukil est ?

      Pitit pitit, viens voir
       °Maitresse !,,
      Au pied les tarlouzes !

      Cela répond à ton questionnement, Mister Lavaud ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 juin 22:58

      @arthes. Nullement.


    • arthes arthes 28 juin 22:59

      @arthes

      J C Lavau
      Pas écorcher patronyme. 


    • myrrhe-lit-on RexImperator 28 juin 23:39

      @arthes

      Toujours la pour venir te saluer maitresse goethe , 
      même si pour ma part je prefere dante ou milton .

      des cercle les plus profond de l’ enfer/sheol au paradis perdu/aden c’ est tout un voyage smiley


    • myrrhe-lit-on RexImperator 28 juin 23:44

      @eau-pression

      Perso, je mettrais au pluriel cette phrase : Il ne savait pas que sous les ombrages, ...

      >d’ un point de vue pratique , chaque branche a un ombrage propre ,
      un arbre étant rarement constitué d’ une seules branche ,
      il semble logique de les mètres au pluriel.

      on se souviendra cependant que je suis le cancre en orthographe de se site , 
      Et que je milite pour ma part pour un un francais phonetique pour la vie de tout les jours avant de betement me coopter .Mais au moins j’ aurais argumenter smiley


    • myrrhe-lit-on RexImperator 28 juin 23:55

      @eau-pression

      Raisonement inverse , le language populaire , peut considerer que c’ est l’ arbre en entier qui fait l’ ombrage .

      Pire encore , anciennement on mettait l’ amour au pluriel , car on considérais que les amours était des anges divin envoyé par le ciel .

      l’ aiguillon , doit etre au singulier si on prend le coté paillard de brassens 
      il doit etre au plurielle si on se refere a l’ arc de cupidon , et aux autres atribut des z’ amours :)

      c’ est presque du pivot , y a de bonne dicté a faire , la bonne orthographe sera celle convenu par le prof tout puissant .


    • myrrhe-lit-on RexImperator 28 juin 23:59

      @RexImperator

      Enfin puisque le vrai prof ici c’ est Brassens , je n’ en changerais pas une lettre pas un phonème , car s’ il l’ as écrit ainsi c’ est qu’ il le concevait ainsi ...

      @rosemar Gare au gorille 


    • eau-pression eau-pression 29 juin 09:45

      @RexImperator

      la bonne orthographe sera celle convenu par le prof tout puissant

      et vu qu’elle ne sait pas quoi répondre, nous avons le droit de digresser sans s’écarter du vrai sujet, c’est à dire marre des profs.

      Un jour, il y aura des professeurs de première fois. Comment réussir sa venue au monde, ne pas rater sa première rentrée scolaire, être prête pour ses premières règles, appuyer sur le bouton avant d’entrer, mourir dignement, bien répondre à Saint-Pierre. On a aussi croisé des tricheurs, ceux qui en sont à leur millionième réincarnation.

      Les deux enfants de la campagne de Brassens ne découvrent sûrement pas le sexe, les appels croisés de l’âne et de l’ânesse qu’un sourd entendrait, le braquemard du baudet qu’un aveugle verrait, ils sont au courant depuis tout petits.

      A vous lire, y’a que JC qui se pose la question : et si un jour l’amour frappait à la porte ?

      Dans le recueil de Brassens à ma disposition, c’est au singulier. Deux interprétations possibles : soit elle savait et il ne savait pas, soit elle ne savait pas non plus mais Brassens se restreint à parler de ce qu’il connaît : ce qui se passe chez le gars.
      Je charriais Rosemar style « votre mère vous a prévenu, tous des salauds, alors amuse-toi d’eux » et la femme qui a eu cette mère a bien de peu de chances de rendre un homme heureux. Quoique elle pourra mener par le zizi tout homme qui ne voit pas plus loin que son prochain orgasme, et celui-la sera beau et con à la fois.

      Reste que Brassens a aussi chanté « la première fille ».


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 11:56

      Aussi il est traité de « sacré misogyne » par les féminazies banales et standard.


    • arthes arthes 29 juin 19:49

      @JC_Lavau

      Toutafait...Cela ne t’était pas destiné en fait, mais...Le dimanche, c’était le jour du « saigneur »,...Puis sur les tipocs de Rosemar, faut dire ...lol...C’est plus marrant que chez Caliméro Nabum !!!!
       Blonde Power !!!
      « running wild » https://youtu.be/HZNw624UAJY


    • arthes arthes 29 juin 19:52

      @RexImperator

      des cercle les plus profond de l’ enfer/sheol au paradis perdu/aden c’ est tout un voyage 

      Da, Et tu n’as pas besoin de navette spatiale inter galactique ni de multi univers smiley


  • Samson Samson 28 juin 03:15

    Si dans le même registre, « Il suffit de passer le pont » emporte peut-être pour sa connotation plus « transgressive » personnellement ma préférence, merci pour votre hommage à Brassens qui a su à son incomparable manière faire chanter notre belle langue.

    Si je vois mal comment autrement éveiller la curiosité des élèves, ou au moins des plus poètes d’entre eux-elles et les sensibiliser à la beauté du texte qu’en les y familiarisant par l’analyse de sa richesse et de sa subtilité lexicales, attention tout de même à ne pas trop les prendre si même j’ignore leur âge - pour des oies blanches et gâcher l’exercice en leur fournissant d’emblée une interprétation « clef sur porte ».

    En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


    • ZXSpect ZXSpect 28 juin 07:57

      @Samson.
      .

      « je vois mal comment autrement éveiller la curiosité des élèves, ou au moins des plus poètes d’entre eux-elles et les sensibiliser à la beauté du texte qu’en les y familiarisant par l’analyse de sa richesse et de sa subtilité lexicales, »

      .

      mais les lecteurs d’AgoraVox ne sont pas « les élèves » de Rosemar !


    • JL JL 28 juin 08:26

      @ZXSpect
       
       votre réponse à Samson pose une bonne question : au nom de quoi pourrait-on interdire à quelqu’un d’utiliser ce site comme si les lecteurs de ses articles ou commentaires étaient conformes à ses fantasmes ?
       
      D’ailleurs, ne le sont-ils pas souvent un peu ?


    • ZXSpect ZXSpect 28 juin 08:33

      @JL
      .

      « au nom de quoi pourrait-on interdire à quelqu’un d’utiliser ce site comme si les lecteurs de ses articles ou commentaires étaient conformes à ses fantasmes ? »

      .

      Interdire, certainement pas, d’ailleurs les modérateurs valident ces articles de Rosemar, mais cela n’empêche pas les réactions critiques !


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 juin 09:02

      @ZXSpect. On ne sait pas qui est l’immodérateur qui valide rosemar malgré ses scores abyssaux.


    • rosemar rosemar 28 juin 09:47

      @JL

      En effet, on peut le dire !


    • Decouz 28 juin 10:08

      @ZXSpect
      Pourtant j’ai cette impression, soit je crois lire une bonne copie bien écrite par un élève, soit un corrigé de rédaction ou dissertation.


    • Decouz 28 juin 10:09

      @Decouz
      en réponse à « mais les lecteurs d’AgoraVox ne sont pas « les élèves » de Rosemar ! »


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 juin 13:20

      @Decouz : « une bonne copie » ?
      Ubu  Eh ! La merdre n’était pas mauvaise !
      Bordure  Chacun son goût.


    • Sozenz 28 juin 14:12

      @ZXSpect

      mais les lecteurs d’AgoraVox ne sont pas « les élèves » de Rosemar !

      hihihi , ça y ressemble vachement bien pourtant .
      enfin c est le rôle que rosemar pourrait s attribuer , malgré elle ; par déformation professionnelle
      .quand on voit la structure des articles, nous sommes en droit de nous poser la question .


    • Samson Samson 28 juin 14:32

      @ZXSpect
      « mais les lecteurs d’AgoraVox ne sont pas « les élèves » de Rosemar ! »
       smiley
      Ce qui n’ôte rien au plaisir de céder à la suggestion de @Rosemar en s’offrant le loisir de savourer la poésie de Brassens. smiley


    • arthes arthes 28 juin 14:48

      @Samson
      Chacun ses goûts, mais, celle ci sur les papillons, je la trouve bien plus sexy :https://youtu.be/ciTVKm0XSqs


  • Tout comme les papillons Rosemar brasse de l’air !

    mais la brasse papillon est-elle un sport éphémère ? smiley


    • rosemar rosemar 29 juin 13:34

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Oui, réveillons-nous !
      La nature, les papillons, les arbres sont en péril...


    • Gollum Gollum 29 juin 13:59

      @rosemar

      La nature, les papillons, les arbres sont en péril...

      Et les roses aussi... Y en a marre.. smiley Bon ok je m’en vais...


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 14:02

      @rosemar. D’autant que la propagande, quand elle est hégémonique, ne peut ni se tromper, ni nous tromper...


  • finael finael 29 juin 13:27

    Comment !

    Des louanges pour une chanson où le machisme est roi : elle n’a pas fait part de son consentement, il s’agit forcément d’une agression sexuelle !!!

     smiley


  • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 29 juin 14:36

    Mon homme a sorti une carter du monde et m’a donnée une fléchette et il m’a dit :
    Lance la fléchette sur la carte et là où elle tombe je t’y emmène
    après la pandémie.

    .
    On va passer deux semaines derrière le frigo


  • JC_Lavau JC_Lavau 1er juillet 10:14

    La chasse aux papillons, c’est celle qui en parle le plus qui la fait le moins.


Réagir