jeudi 24 août 2006 - par Argoul

Bazoches en Morvan

2_bazoches_chateau Aux confins du département de l’Yonne, où il vient mourir sur la Nièvre, le village dispersé de Bazoches se niche entre Vézelay et Morvan. Le calcaire impérial de la basilique où fut prêchée la croisade est son tropisme solaire ; le granit sauvage des contreforts, l’ancien « pays perdu » des scouts, est son immémoriale crainte. Point presque central d’un hexagone idéal, pas très loin d’Alésia, Bazoches ne pouvait qu’accueillir le maître des places fortes, Vauban le maréchal, lorsque Louis le Quatorzième l’eut disgracié pour libelle fiscal égalitaire.

7_france_de_vauban4_bazoches_chateau_armes

On ne conçoit en effet une France en ses frontières, bien protégée des ennemis du dehors, qu’égale en ses prélèvements d’impôts. Scandale pour la noblesse de sang ! Son statut social ne lui faisait-il pas mission de payer de sa personne ? Eût-il fallu en plus payer de son argent ? Servir, oui, se dépouiller, non. Pour ceux qui les ont acquis, les statuts sont gravés dans le marbre et établis pour l’éternité. Croient-ils. La science militaire de Sébastien Le Prestes, seigneur de Vauban, se moquait bien des prétentions sociales. Né pauvre, il devint maréchal par son travail et non point par naissance. Il fut habile durant les 53 sièges qu’il tint. Il fit bâtir selon ses plans 33 places fortes pour établir les frontières et il en répara plus de 300. Les angles des remparts faisaient ricocher les boulets ennemis, déviant la force comme au judo. Disgracié pour crime de lèse statut en 1707, Vauban vint s’établir à Bazoches, château acquis après le siège de Maastricht emporté en 13 jours seulement.

5_bazoches_chateau_salon_rose6_bazoches_chateau_couloir

La tentation du désert existe toujours devant les blocages mentaux des groupes sociaux à statut. Si la noblesse « de sang » semble avoir disparu (encore que la revendication ethnique en fasse douter), la noblesse « de grande école » sévit à loisir et l’administration, en ses fiefs, résiste pied à pied à toute remise en cause statutaire, fût-ce pour le bien du pays. Le fossé se creuse donc à nouveau entre les protégés et les précaires, comme hier entre les nobles et les manants. Les travers de la France éternelle hérissée de forteresses aux frontières, peuplée de groupes figés en statuts, impériale de la tête et angoissée du ventre, se retrouve tout entière en ce Bazoches où nous fûmes réunis.

12_bazoches_village

Le château, l’église et les hameaux dispersés composent ce paysage de force tranquille si célèbre par ce qu’il montre des Français. Le château abrita Vauban et surtout, durant ses innombrables campagnes, la Maréchale qui le fit vivre, l’aménagea et l’agrandit de terres. L’église abrite la tombe de Vauban, profanée par les sectaires révolutionnaires, moins son coeur, transporté en 1808 aux Invalides. Les hameaux sont des fermes qui élèvent des boeufs charolais, produisent légumes et confitures.

14_bazoches_gougres_et_kir11_bazoches_glise

Le château est construit au XIIe siècle avec vue directe sur Vézelay à dix km. Il a accueilli Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion en route pour la troisième croisade. Quatre tours et un donjon entourent une cour intérieure. Acheté en 1675 par Vauban qui le transforma en garnison militaire avant de s’y retirer, le château fut le berceau de ces études et plans de forteresses qui furent les ancêtres louisquatorziens de la ligne Maginot avant d’être ceux de la Bombe. Les Français aiment à se sentir remparés. Que fait donc le gouvernement ?

16_bazoches_vauban_tombe Dès janvier 2007 commencera la litanie mémorielle du « comme c’était bien avant ». Le tricentenaire de Vauban va créer agitation culturelle et de marketing politique pour justifier tous ces statuts de fonction publique : expo pour les collèges, docu-fiction télé, pièce de théâtre subventionnée, concert de musique baroque, anniversaire de baptême (mais oui !) le 15 mai 2007 à Saint-Léger Vauban, avec messe oecuménique (PC compris ?), lâcher de ballons, concert, frites et fléchettes, colloque intello sur (tenez-vous bien !) « Vauban et son fort intérieur » (une vraie plongée dans l’inconscient français, cette fois, juste au moment des présidentielles !), randonnées équestres reliant les villes, défilés et fêtes à neuneu en prime, spectacle vivant à Bazoches et marché fermier le 14 juillet (faut garder la tête près du bonnet), soirée cinéma, enfin un autre colloque engageant l’inconscient français : « Vauban et la réforme de l’Etat », le 29 septembre à Corbigny. Y parlera-t-on des impôts ?

15_bazoches_vauban17_bazoches_glise_choeur

L’église dédiée à saint Hilaire date du XIIe siècle mais fut remaniée au XVIe à cause des sectaires huguenots qui l’ont pillée et brûlée. C’est dans la chapelle de saint Sébastien que reposent Vauban, sa femme, sa fille et sa petite-fille. Nef et chevet ont été décorés à la mode néo-gothique chère au XIXe siècle, toute de couleurs et de fioritures. Jeanne d’Arc est célébrée ici en libératrice du royaume de France, guidée par saint Michel à Domrémy, populaire après l’invasion allemande de 1870, canonisée après la Grande Guerre en 1920. Jeanne est la Transgression : femme militaire en société machiste, innocente élue de Dieu, femelle sauvage issue des marches lorraines, telle ces Germaines agressant les Romains une fois les hommes tombés. Rien de tel qu’une révolution sexuelle, spirituelle et vitale pour contrer la rigidité des statuts, sans cesse reconstitués ! La dernière fut connue en 1968 ; à quand la prochaine ?

19_bazoches_glise_clocher



5 réactions


  • Fernand Mondain (---.---.108.12) 24 août 2006 18:20

    La note d’Argoul sur la terre qui vit naître le regretté Maréchal Vauban est tout à fait remarquable (Argoul est de toute façon tout à fait remarquable). http://hrundi.blog.lemonde.fr/hrundi/2006/08/sommet_du_b_24.html
    - Que dis-tu Fernand ?
    - Rien, patron, j’vous case.
    - de quoi j’me mêle mon bon ? Allez, au boulot.
    - Pffff, patron.


  • (---.---.40.241) 24 août 2006 21:18

    J’aimerais bien habiter dans ce chateau. Vu de l’extérieur ça ferait un « chez soi » vraiment sympa !


  • Patrick Adam Patrick Adam 24 août 2006 21:59

    @ l’auteur

    J’ai rencontré il y a quelques années un journaliste du Journal du Centre de Nevers. IL m’avait assuré qu’il y avait à l’intérieur de ce chateau plus de trois cents carnets écrits par Vauban et que les descendants de cet homme exceptionnel refusaient obstinément d’assurer leur publication.

    Avez-vous des informations à ce sujet ?

    Patrick Adam


  • guerre civile fictif ? (---.---.47.54) 25 août 2006 10:15

    Byzance(Besançon), Ville d’Empire, Vauban a fortifié et défendu d’en ajouter sa pièce de la géographie(Doubs courbe double).Scénario d’une guerre civile fictif ou à tout moment possible ?« Que fait donc le gouvernement ? »(« Bazoches en Morvan », par Argoul jeudi 24 août 2006).


  • Jean Pierre Repiquet Ludion libre 30 août 2006 13:43

    Ce remarquable article donne au lecteur l’impression d’avoir lui mème visité le chateau il n’y a pas si longtemps. Vous devriez vous spécialiser dans le commentaire de voyage. Vous avez un réel talent, si si...


Réagir