mercredi 2 mai 2018 - par Emile Mourey

Celtes ou Gaulois ? Celtes et Gaulois ? Le malentendu de Bibracte. L’aveuglement des archéologues.Taisey

S'inscrivant dans la suite des ouvrages de M.Christian Goudineau, ancien professeur au Collège de France, qui avait déclaré qu'avant César, la Gaule ce n'était rien, les archéologues nuancent aujourd'hui son propos mais en imaginant, toujours au mont Beuvray, une Bibracte monumentale construite en bois avant l'arrivée des Romains. Vincent Guichard y voit des "murus gallicus" de pierres empilées, et corrigeant superbement César, Matthieu Poux affirme que sa division de la Gaule en trois parties - Acquitaine, Celtique et Gaule belge - est une invention de sa part (le nouveau visage des Gaulois, émission récente de la 5).

Décidemment, les archéologues ne s'en sortent pas à vouloir toujours corriger César ou à lui faire dire ce qu'il ne dit pas ! Si ses contemporains reconnaissent en effet que, parfois, le général romain a "arrangé" certaines de ses actions pour les présenter à son avantage, aucun n'a mis en doute les descriptions précises qu'il nous a données de la Gaule.

Dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules, César, en bon militaire qu'il est, expose une situation à ses lecteurs, celle que les Éduens lui ont expliquée quand il est arrivé chez eux, une explication qui s'accorde avec d'autres textes, comme je vais le montrer.

L'affaire est sérieuse, il faut choisir : ou bien une Gaule en bois, disparue, à l'intérêt relatif, ou bien une Bibracte proche de la Saône et une Gaule de monuments en pierre toujours existants, antérieurs à l'arrivée des Romains, et donc, riche d'histoire et de potentiel touristique. 

Qui étaient les Celtes, qui étaient les Gaulois ?

Au Ier siècle avant J.C., s'inspirant d'auteurs antérieurs, Diodore de Sicile écrit dans sa Bibliothèque historique, tome I, V, XXIV, que dans les temps antiques régnait sur la Celtique un roi dont la fille refusait tous les prétendants. Héraclès passant par là au cours de sa course errante, s'y arrêta et fonda Alésia. Admirant sa valeur et sa haute taille, la fille du roi s'abandonna à lui. De leur union naquit un fils qui prit le nom de Galatès. Ce dernier donna le nom de Galates à tous les peuples qui se placèrent sous son autorité. Ensuite, ce nom s'étendit à toute la Galatie (la Celtique). En I,V,XIX, il précise qu'un grand nombre d'indigènes vinrent s'y établir, et comme ils étaient plus nombreux que les autres habitants, il arriva que toute la population adopta les moeurs des Barbares. Cette ville est, jusqu'à nos jours, en honneur parmi les Celtes qui la regardent comme le foyer et la métropole de toute la Celtique.

Il est bien évident que cet Héraclès n'est pas un personnage ordinaire mais le nom d'une colonie "herculéenne" qui "épousa" la population indigène qui se trouvait là. De là à penser que les colons sont les Celtes et les barbares, les Gaulois, cela paraît logique. Comme cela se fit plus tard pour les Francs, les descendants des Celtes se sont très probablement perpétués dans la classe dominante, celle des chevaliers armés et à cheval dont parle César, les Gaulois étant le peuple ordinaire, tout au moins dans un premier temps, au temps des grands princes celtes. Lorsque Litavic et ses frères d'armes entraînèrent à leur suite 10 000 fantassins du pagus chalonnais, c'est cette image de la Gaule qu'il aurait fallu montrer dans le documentaire de la 5 et non une foule disparate et mélangée.

La logique militaire veut également que l'Alésia dont parle Diodore ne soit pas une Alise-Saint-Reine excentrée, mais une Alésia centrale, au carrefour des voies de l'étain.

La ville de Chalon-sur-Saône n'ayant été fondée qu'au III ème siècle, j'ai proposé d'identifier cette Alésia centrale à l'actuelle petite ville de Taisey qui se dresse sur la hauteur voisine, position idéale sur le plan miltaire.

Au VI ème siècle avant J.C., Hécatée de Millet, historien et géographe grec, évoquant notre région "barbare", ne cite que trois villes : Narbonne, Marseille qu'il situe en Ligurie et, au-delà de Marseille, Nuerax, habitée par les Celtes. Il s'agit de la première mention connue des Celtes. En désignant la ville de Nuerax par rapport à Marseille, Hécatée de Millet établit manifestement entre les deux localités un lien géographique, mieux, un lien de communication qui les rapproche. En revanche, en précisant que Nuerax se trouve "au-delà" de Marseille, il pense, de toute évidence à une distance géographique qui les éloigne l'une de l'autre. En outre, il faut noter que s'il considère les habitants de Marseille comme étant des Grecs, il donne aux habitants de Nuerax le nom jusque-là jamais cité de "Celtes". 

 L'identification de Nuerax à la ville de Noreia, en Autriche orientale, ne répond pas à la première condition. En revanche, les deux conditions sont remplies si nous plaçons Nuerax à l'extrémité du grand couloir de circulation qu'est la vallée du Rhône prolongée par celle de la Saône, jusqu'à l'endroit où ce fleuve n'était plus navigable, c'est-à-dire dans la région de Chalon-sur-Saône... à Taisey, position idéale sur le plan militaire qui témoigne, en outre, par la présence d'une ancienne forteresse.

Avant d'être supplantés par les Grecs, les navires phéniciens ont sillonné nos mers et, quoi qu'on dise, nos fleuves. Si le Massaliote Pythéas s'est donné la peine de parcourir, vers le IV ème siècle, les côtes atlantiques jusqu'à la mer du Nord, cela signifie qu'il pouvait remonter sans difficulté le cours du Rhône, et celui de la Saône. Et on ne voit pas pourquoi les Phéniciens ne l'auraient pas fait, eux aussi.

Sachant, d'une part, que la présence des Phéniciens sur le littoral méditerranéen est attestée, et par les textes, et par l'archéologie, bien avant l'arrivée des Grecs - Carthage étant fondée, si l'on se fie aux annales de Tyr, en l'an 814 avant J.C. , sachant d'autre part que les Phocéens grecs ne les ont supplantés, à Marseille, qu'au VI ème siècle avant notre ère, on ne peut éluder pour Nuerax la probabilité d'une naissance "phénicienne", autrement dit cananéenne, les deux termes étant synonymes.

Il y a dans le mot "Nuerax", deux syllabes "Nue" et "Ax". Or "Nue" est une abréviation attestée, en particulier dans la carte de Peutinger en ce qui concerne des noms de villes, qui signifie "nouveau". C'est ainsi que Noviodunum - le nouvel oppidum - s'est transformé, à l'usage, en Nuedionum. On en déduit aussitôt qu'Ax est une abréviation de arx, la forteresse. Nuerax serait donc, pour les Phéniciens/Cananéens fondateurs, la nouvelle forteresse.

Au Vème siècle avant J.C., Hérodote semble écrire ceci (les traductions divergent en raison de l'obscurité du passage) : Au-delà des colonnes d'Hercule (donc, en abordant la Gaule par la côte atlantique après avoir franchi le détroit de Gibraltar), on trouve les Kinèsioi, qui sont, à l'Occident, le dernier peuple d'Europe. Tout de suite après eux (donc à l'est) se trouvent les Celtes... Le Danube prend sa source au pays des Celtes, près de la ville de Pyrènè, puis traverse toute l'Europe qu'il coupe en deux.

La vision qu'Hérodote a de notre territoire est réductrice et superficielle. Il ne voit que deux peuples, les Kinèsioi à l'ouest - mot très proche de la Kinneret cananéenne (?) - et les Celtes à l'est. L'expression "ville de Pyréné" est litigieuse. Au lieu de "ville de Pyréné", il faut lire "monts Rhippées", autrement dit "près des Alpes et du Jura".

Ce texte d'Hérodote ne dit pas que les Celtes étaient les habitants d'un pays qui s'étendait des Pyrénées aux sources du Danube, comme certains historiens le pensent. Il nous dit seulement qu'ils étaient les habitants d'une cité qui se trouvait sur un itinéraire qui menait aux sources du Danube. Cette cité, c'est Cabillodunum/Taisey. Ce texte nous apprend, en outre, qu'à l'ouest, se trouvait une autre cité dont les habitants ne se disaient pas Celtes. Cette autre cité, c'est Gergovie que je situe sur la hauteur du Crest.

Au Vème siècle également, le poète Pindare évoque ces montagnes neigeuses du Nord d'où descend Borée, le vent du nord (il ne s'agit évidemment pas de l'Antarctique, mais des Alpes et du Jura). Il les appelle "monts Rhippées", confirmation de ce que j'ai écrit plus haut. Il ajoute que l'Istros (le Danube) y prend sa source chez les Hyperboréens et que le fleuve leur appartient comme le Nil appartient aux Ethiopiens. Il donne à ce peuple un passé millénaire. "Hyperboréen", mot poétique pour désigner les Celtes de Nuerax/Alésia/Taisey !

Au IVème siècle avant J.C., Ephore considère ces Celtes comme l'une des quatre plus puissantes peuplades du monde barbare (barbare = étranger au monde grec). Ephore veut-il parler des Celtes, habitants de la cité de Nuerax/Alésia/Taisey, ou de l'ensemble des habitants sur lesquels la cité exerçait alors sa domination ?

Au IIIème siècle avant J.C., Polybe écrit qu'une grande partie du cours du Rhône suit une vallée profonde au nord de laquelle vivent les Celtes ardyens. La vallée profonde dont parle Polybe ne peut s'appliquer qu'au cours supérieur du Rhône. Il n'y a pas de doute ; Polybe nous désigne bien les habitants de Nuerax/Alésia/Taisey mais il est possible qu'il nous désigne aussi les habitants sur lesquels la cité exerçait sa domination, au nord du cours supérieur du Rhône : habitants des Dombes, de la Bresse, de la vallée de la Saône, du Mâconnais et du Chalonnais.

Au Ier siècle avant J.C., Denys D'Halicarnasse écrit qu'Héraclès, au cours de sa course errante, se serait uni à l'atlantide Astéropè. Deux fils seraient nés de cette union, Ibéros (les Ibères d'Espagne) et Keltos (les Celtes de la Gaule). Cette atlantide Astéropè, c'est Gergovie sur la hauteur du Crest, cité arverne dont l'autorité s'est étendue, d'après Strabon, des Pyrénées jusqu'au Rhin.

Au Ier siècle avant J.C., Tite-Live, historien romain, évoque les vagues successives des grandes invasions celtes qui déferlèrent sur l'Italie et dans la vallée du Danube. Les peuples qu'il cite sont issus du centre de la Gaule. Je les fait partir de l'oppidum de Taisey où je situe le peuple biturige avec son roi Ambicat, chef tout-puissant de la Celtique. Accompagnant les Bituriges, il y avait les Arvernes dont la capitale était Gergovie, sur la hauteur du Crest, avec leurs voisins Carnutes. Il y avait les Eduens dont la capitale était alors Bibracte, au Mont-Saint-Vincent, avec leurs voisins, Ambarres du Revermont et Aulerques de Brancion et de Blanot. Il y avait les Lingons dont la capitale était le Mont-Lassois. Il y avait enfin les Senons dont la capitale se trouvait à Château-Landon. Cela ne représente qu'un territoire "celte", modeste par rapport à ce qu'il sera plus tard. 

Ce témoignage est riche d'enseignements. Il nous révèle, à l'évidence, que le pays de Nuerax a été la plate-forme - phénicienne au départ - à partir de laquelle l'expansion coloniale celte s'est faite, soit par essaimage naturel de colonies, soit par expéditions guerrières. Ainsi s'expliquent les très riches vestiges archéologiques que les armées gauloises conquérantes ont semés sur leur passage, en Italie et en Centre-Europe. Ainsi s'explique "le monde devenu celte".

Au Ier siècle avant J.C., avant la conquête de César, le savant grec Posidonios nous a brossé le plus beau tableau dont on puisse rêver des Espagnes et de la Gaule indépendante de son temps. Malheureusement, ses histoires ne nous sont parvenues que très partiellement. Nous ne pouvons redécouvrir celles qui intéressent notre région qu'au travers des textes de Strabon qui, parfois, les réactualise mais pas toujours. Strabon, ou plutôt Posidonios, ne daigne citer du pays éduen que deux localités : une cité, Cabillodunum (Taisey) et une forteresse, Bibracte (le Mont-Saint-Vincent). Il situe le pays éduen entre la Saône et la Dheune, ce qui exclut le mont Beuvray du pays éduen. Ainsi défini, ce pays éduen correspond à ce que sera plus tard le comté de Chalon. Il correspond aussi, très probablement, à ce que fut le premier pagus "celte" de notre pays, à savoir : une région cultivée autour de Taisey et une forteresse/refuge au Mont-Saint-Vincent. Ce pagus, à vocation initiale principalement agricole, exportait son précieux grain par le port de Marseille, vers la Grèce. C'est ce système qui devrait dorénavant guider les archéologues dans leurs recherches.

Au Ier siècle après J.C., Pline écrit que l'étamage des métaux était une invention gauloise et que l'application à chaud de l'argent sur les harnais des chevaux et sur les attelages des chars de parade fut réalisée, pour la première fois, à Alésia. Il fallait évidemment comprendre que l'alésia en question n'était pas Alise-Sainte-Reine, mais Nuerax/Alésia/Taisey. Pline ajoute que cette invention fut la gloire des Bituriges. Cette information va dans mon hypothèse qui voit les Bituriges à Taisey, avant les Eduens.

En 52 avant J.C. les Commentaires de César nous confirment l'emplacement des grandes capitales celtes, Bibracte à Mont-Saint-Vincent, Gergovie au Crest, Cabillodunum à Taisey, et éclairent, non seulement les textes de Strabon, mais tous les témoignages antérieurs. Contrairement à tout ce qu'on a dit, la Gaule était une mosaïque de cités parmi les plus florissantes du monde antique. 

D'après César, cette Gaule celte, la Celtique, s'étendait de la Garonne au sud, à la Seine et à la Marne au nord. Par contre, Strabon et Posidonios auraient tendance à intégrer la Gaule belge dans le monde celte. 

Faut-il prendre à la lettre de telles limites territoriales ? Je ne sais pas ! Contemporain de César, Parthénios de Nicée prétend que Keltos était fils d'Héracklès et de Keltinè, fille de Brétannos, roi de Bretagne, ce qui étend le monde celte à toute la Grande-Bretagne. Enfin, les recherches archéologiques et historiques ont montré l'étendue, à travers toute l'Europe, de la culture des Celtes... des colonnes d'Hercule à la Volga. Cependant,...

... ENTRE DEUX THÈSES, IL FAUT CHOISIR. 

Pour la thèse officielle, les Celtes ne sont pas, à l'origine, les habitants d'une cité ou d'une ville, mais les habitants d'une région relativement vaste, située dans l'ouest de l'Europe centrale, de la Bourgogne à l'Autriche en passant par le haut Danube. C'est dans cette région que serait née, d'une façon plus ou moins clairsemée, une civilisation dite celtique. Les foyers de cette civilisation se retrouveraient sur le terrain, là où les vestiges archéologiques sont les plus conséquents, à Hallstatt pour le premier âge du fer, à La Tène pour le second. De même, c'est l'étendue des plateaux fortifiés, appelés oppidum par les archéologues, et leur répartition qui indiqueraient les centres les plus celtisés, ainsi que les tombes, en particulier celles des princes, petits rois locaux.

Pour moi, les Celtes sont, à l'origine, les habitants de Nuerax, alias Taisey, cité fondée par des colons venus de Tyr. Cette cité est devenue, au VIème siècle, l'une des plus puissantes peuplades du monde barbare, probablement grâce à toute une population des bords de Saône et de la région Bourgogne sur laquelle elle a étendu progressivement son autorité. On a là l'image d'une vaste opération de conquête, depuis Nuerax/Cabillodunum/Taisey, principalement en direction du cours supérieur du Danube, fleuve stratégique conduisant au vieux monde. Cette opération de conquête est menée par des troupes de combattants accompagnés de leur famille, bivouaquant ou cantonnant sur des "oppidum-camps" et encadrés par des chefs, à la fois princes et héros, qui se font enterrer avec leurs riches ornements guerriers. Dans cette opération de longue haleine, il était important de disposer au plus près de mines de fer et de sel, les premières pour le renouvellement de l'armement, les secondes pour constituer des réserves de nourriture, ce qui explique les grandes exploitations dont on a retrouvé la trace.

Pour moi, il ne fait pas de doute : l'origine des Celtes, c'est à Cabillodunum/Taisey, à Bibracte/Mont-Saint-Vincent et à Gergovie/Le Crest qu'il faut la situer. C'est d'ailleurs ce que confirme l'excellent historien romain Ammien Marcellin. S'inspirant des écrits du Grec Timagène du Ier siècle avant J.C., il dit que le mot celte venait des premiers rois de notre pays qui portèrent ce nom.

En se revêtant du nom de Celtillos, le père de Vercingétorix savait parfaitement qu'il se remettait dans la lignée de ses lointains ancêtres.

Gallia comata !

Ta lance perce les cuirasses les plus dures tandis que celle de tes adversaires s'émousse sur ton casque d'airain. Sur ton bouclier frappé aux deux blasons, j'ai vu surgir le lion de Bibracte et la Gorgone de Gergovie. 

 

Char d'apparat décoré d'ivoire, musée metropolitan de New York, travail arverne dans le style du cratère de Vix.

Emile Mourey, 1er mai 2018



63 réactions


  • Bonjour Monsieur Mourey. J’ai personnellement une autre perception de l’origine de Celtes qui lentement se précise dans mon roman. Lire : Mélusine et le Chevalier au Cygne chez IMAGO. pour les personnes qui aiment faire des triangulations, je situerais les Celtes entre la légendaire cité d’YS, les Arvernes, la Catalogne, Tournai, Bouillon en Belgique, avec un détours par l’Allemagne et surtout la Bavière, le Danube et l’Autriche. Mais aussi : LE MALI. 


    • Méduse Méduse 2 mai 2018 12:36

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Ah ouais, Sirius et donc les extraterrestres. Mollo quand même, je ne suis pas sûr que mr Mourey puisse supporter de semblables révélations.


    • @Méduse


      Simplement ma lecture de Breton (ARCANE 17), de Renard Pâle de Marcel Griaule. Rassurez-vous, je n’ai JAMAIS rencontré d’ET.. Par contre, en 2010 j’ai assisté à un phénomène céleste inhabituel en 2010. Tout le monde me parlait de lanternes thaïlandaises. Pour moi, c’est impossible. Le phénomène c’est passé dans le ciel de Buxelles en aout. Sept boules ou points lumineux (pris en photos, mais flou) qui se suivaient à intervalles réguliers, c’était très très haut et l’espace entre les points, identiques. J’ai tout de suite pensé à Tintin et les sept boules de cristal.

    • Méduse Méduse 2 mai 2018 12:50

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Une histoire belge, je n’en attendais pas moins de vous.

      https://lesbrindherbes.org/2016/05/04/culture-mystere-dogons/


    • @Méduse


      autre histoire belge. Dogons peut aussi s’écrire (ouh ! je sens que Rosemar ne va pas apprécier : NO DOG ou ENCORE : NO GOD). Et encore plus insolite. Le cycle des Dogons est de 50 ans (mai 68 ans et nous sommes : l’année du chien (DOG). Et ma lune astrales est conjointe à Sirius (11-12 degré du signe du cancer).

    • Méduse Méduse 2 mai 2018 14:24

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Vous ne semblez pas en avoir entendu parler mais il y a une controverse au sujet des Dogons et de leur supposée connaissance de Sirius.

      http://www.astrosurf.com/luxorion/dogons-astronomie.htm

      A tire personnel, je suis partagé, naturellement. D’autant plus en ayant eu récemment connaissance de ça.

      Bien sûr, vous pouvez user à loisir de ce dernier lien pour étayer vos thèses.


    • @Méduse
      Trop de synchronicités me mettent sur la voie de Sirius. Dont une personne que j’ai contactée récemment pour l’édition d’un livre sur La Forge et qui me dit avoir déménagé dans un immeuble qui a le même numéro que moi et en plus qui m’a raconté son voyage au MAli... Trop long à expliquer. Lire Jung sur la synchronicite, mais aussi le dernier livre de Catherine Alexandre, une presqu’amie. Extrait de nos échanges (le livre est sur Amazon). Extrait de notre échanges :Voici mon dernier « bébé », mon livre... Enfin paru.

      Avec l’une de mes toiles en couverture, qui s’appelle (de manière prémonitoire...) « la traversée ».
      Il ne s’agit ni d’un roman, ni d’une biographie. 
      Je présente ici, sous forme de séquences, des évènements étranges et insolites que j’ai vécus, dont certains ont véritablement bouleversé ma vie. ( NDE, Synchronicités, rêves prémonitoires etc...). Le livre : Les couleurs de l’invisible. http://www.catherinealexandre.com/


    • Méduse Méduse 2 mai 2018 14:56

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Les Dogons sont un peuple de cultivateurs et de forgerons.

      Vous citez là des propos de CA sans faire usage des guillemets ce qui peut prêter à confusion.

      Je vais être clair : je ne nie pas l’existence de synchronicités, bien au contraire, mais je crois que vous délirez totalement en imaginant qu’il y ait un lien entre votre destin individuel et celui du monde. de même vous vous fourvoyez en imaginant que vos petites affaires pourraient être d’une quelconque utilité et d’un quelconque interêt pour un tiers. Il n’y a pas d’esprit au dehors qui vous parle, madame, mais un esprit au dedans qui s’adonne au tri de la réalité brut. Pour des affaires qui le concerne lui.


    • @Méduse


      Oui, je sais, quand certaines choses on semblent incroyables on vous dit que vous délirez. Même si vous aves les preuves en photos. C’était déjà le cas au temps de Copernic. Le principal étant que je sais parfaitement que je ne délire pas. Et que vous êtes tout à fait capable par vous même de décider en toute bonne conscience de passer outre mes commentaires.  Sachant que je suis très proche de Macron,.... Suivez votre chemin et moi le miens. Bonne suite,...

    • Méduse Méduse 2 mai 2018 15:11

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Faut arrêter de vous cramponner à votre ego et écouter l’autre car j’ai dit exactement que vos histoires de synchronicités étaient banales et que vous égariez en leur prêtant un sens que je crois incorrect.
      Comme je vous l’ai dit, ce que vous appelez synchronicité vient de quelque chose en vous et le but est de vous mettre sur un chemin, de vous diriger, de vous orienter. Ceci fait, le truc redevient mutique.


    • @Méduse

      vous vous projetez. Simplement je mets des cailloux sur le sites afin que ceux qui sont perdus trouvent leur chemin en ne s’accrochant pas aux illusions de la société. Demandez-vous pourquoi Bernard Dugué m’a censurée quand j’ai parlé d’un certain livre,.....Apprenez à être Divergente et à vous détacher de ce que l’on raconte dans les journaux et trouver votre propre route. 

    • @Méduse


      Nous pouvons tout être élus. Suffit simplement d’un peu de courage. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=195022.html

    • Gollum Gollum 2 mai 2018 15:19

      @Méduse

      je crois que vous délirez totalement en imaginant qu’il y ait un lien entre votre destin individuel et celui du monde. de même vous vous fourvoyez en imaginant que vos petites affaires pourraient être d’une quelconque utilité et d’un quelconque interêt pour un tiers. 

      J’ai déjà essayé de la faire retourner dans le réel. Peine perdue. La fée préfère ses fantasmes mirobolants, la plaçant au centre de l’Univers, plutôt qu’un réel plus prosaïque et qui l’obligerait à un courage (j’en conviens il en faudrait une bonne dose) dont elle est incapable. Bref, c’est une âme à la dérive (Neptune..)..

      Ses synchronicités n’en sont jamais d’ailleurs, juste des coïncidences même pas significatives.. D’ailleurs elle n’en distille jamais les significations profondes : il n’y en a pas.

      M’enfin autant pisser dans un violon. smiley

    • Gollum Gollum 2 mai 2018 15:22

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Demandez-vous pourquoi Bernard Dugué m’a censurée 

      La réponse me semble évidente.. smiley

      Ce qui m’épate, en revanche, c’est l’extrême tolérance des auteurs à votre égard...

    • Méduse Méduse 2 mai 2018 15:22

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Plutôt que vouloir être la domina de tous, vous pourriez oeuvrer pour que chacun devienne son propre maître. Un monde lumineux me semble difficilement concevable sans le préalable de la bienveillance. Je crois que l’illusionnement passé, ça sera reparti pour la m^me et sempiternelle tournante.


    • @Gollum


      Gollum, soit vous êtes rationaliste et vous ne croyez pas dans l’astrologie qui est par essence la mise en pratique de la synchronicité. Soit vous vous taisez sur un sujet que vous ne connaissez pas. 

    • @Gollum


      Vous vous êtes défini vous même comme pervers narcissique. Dont acte. Contrairement ce que vous pensez, de nombreux auteurs apprécient mes commentaires et je ne révèle rien qui n’existe pas sur google. J’ai lu tout David Icke, c’est très intéressant,...Mais contrairement à lui, si j’ai bien vu les yeux d’une personne tourner dans ses orbites. Je n’ai jamais rencontré de reptiliens. Là s’arrête mon lien entre moi et ses sympathiques délires qui alimentent romanciers et historiens. Autrement, que le monde serait bien ennuyeux,.....et Monsieur Mourey condamné à ne lire que Voice ou Closer. La vraie vie.

    • Gollum Gollum 2 mai 2018 15:49

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      Vous vous êtes défini vous même comme pervers narcissique.

      C’était de l’humour très chère.. smiley Sinon il y a longtemps que j’aurai balancé vos coordonnées ici même.. Ce que je ne fais pas.

       J’ai lu tout David Icke, c’est très intéressant,...

      David Icke, du lourd, du très lourd... smiley smiley

    • @Gollum


      Donc, vous l’avez lu aussi ; smiley).

    • @Gollum


      Vous en avez pourtant certaines caractéristiques que ne renieraient PH. VERGNES. Tendance au chantage (je pourrrais balancer vos coordonnées,...ce qui est interdit), vous maniez assez bien le paradoxe, et vous avez un plaisir certain à me dénigrer,....

    • Gollum Gollum 2 mai 2018 15:55

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      Et on reconnait là la délirante qui déduit d’une phrase des choses fausses.. Non je ne l’ai pas lu. Je m’en voudrai d’enrichir un tartuffe de ce genre qui vit de l’imbécillité monstrueuse de ses contemporains... Un pauvre type vraiment. Il y a suffisamment de sites qui relaient sa « pensée » pour se faire une idée. Et franchement c’est pas brillant. Que vous aimiez ce genre de branquignolle ne m’étonne guère.

    • Méduse Méduse 2 mai 2018 15:59

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Google n’est pas la vérité ! Plutôt que répercuter des histoires googlesques, pourquoi ne pas nous relater ça : ’j’ai bien vu les yeux d’une personne tourner dans ses orbites’...


    • Gollum Gollum 2 mai 2018 16:01

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      Ce n’est pas du chantage. Je ne vous demande rien à ce que je sache. 

      D’autre part comme déjà expliqué vous l’avez bien cherché. C’est vous, et vous seule, qui avez fourni les petits cailloux (vous aimez ça les petits cailloux pour qu’on vous retrouve ?) permettant de remonter le fil (d’Ariane)...

      Donc ne venez pas vous plaindre d’autant que je suppute fort que cela soit plus ou moins volontaire au moins sur le plan inconscient... (j’en suis même assez convaincu)

      Quant à Vergnes s’il m’avait détecté PN il se serait fait une joie de me le faire savoir... 

    • @Gollum


      je vous rétorquerais, que vous interprétez puisque je n’ai dit nulle part que j’« aimais » David Icke. Seulement, toutes personnes qui a réellement une démarches scientifiques doit s’intéresser à trier le bon grain de l’ivraie et pour cela il faut au moins lire les délires (ou pas, personne n’a jamais réussi à démontrer l’inexistance de Dieu) des personnes qui s’imagninent que les « reptiliens » dirigent le monde. Certaines de ses thèses ne sont pas à rejeter,...C’est comme cela que les soeurs Tatin on decouvert la fameuse tarte. Simplement par une erreur dans la manipulations. Vous êtes sûrement du signe de la vierge ou associé,... Pas de synastrie entre nous. 

    • @Méduse

      Cela vous intéresse. Oui, effectivement, cela ma sidérée. Il n’y avait plus que la blanc de ses yeux, cela a duré deux secondes. Je n’ai pas aimé. Le reste relève de ma vie privée. Mais la personne en question était effectivement un authentique pervers narcissique, incapable d’émotion et d’empathie. 

    • Gollum Gollum 2 mai 2018 16:09

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Mais bien sûr, je vais perdre mon temps à essayer de trier le bon grain de l’ivraie dans l’œuvre délirante de David Icke...  smiley

      C’est en effet très « scientifique » comme façon de faire.. smiley

      Vous êtes sûrement du signe de la vierge ou associé

      ça ne sert à rien ce genre d’affirmations pour essayer de me soutirer des infos de ce type. Je ne vous donnerai rien. D’autant qu’en plus vous en feriez n’importe quoi...

    • @Gollum


      comme Vergnes m’a laissé sous-entendre que mon mental allait parfaitement bien, il doit y avoir un lézard quelque part,... smiley)

    • Gollum Gollum 2 mai 2018 16:15

      @Mélusine ou la Robe de Saphir & Méduse


      Âmes sensibles s’abstenir smiley


    • @Gollum


      J’ai bien pire. Mon compagnon (ascendant scorpion en a une série dans ses archives,....)

    • Méduse Méduse 2 mai 2018 16:29

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir & Gollum

      Ce que je trouve vertigineux, c’est que nous sommes d’une génération ayant connu le livre. imaginons le contenu d’une cervelle de nouvelle génération, ayant exclusivement tiré le lait depuis le net.

      J’ai acquis la conviction que dans les civilisations où l’écrit n’existe pas, les aires cérébrales sont différentes des nôtres* et que c’est en particulier la raison pour laquelle ils ’voient’ le merveilleux, ont des visions, croient celui qui a des visions, etc. Et je crois qu’avec la digitalisation, c’est ce qui va se passer à long terme chez les générations qui viennent.

      *à l’image d’un instrument de musique accordé différemment.


    • Méduse Méduse 2 mai 2018 16:30

      @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Je croyais que votre compagnon ne trippait qu’avec les pics de femmes en cheveux. c’est pas un peu zarb, là


    • Gollum Gollum 2 mai 2018 16:43

      @Méduse

      imaginons le contenu d’une cervelle de nouvelle génération, ayant exclusivement tiré le lait depuis le net.

      C’est déjà le cas. D’où des nouvelles « stars ». David Icke ou encore Le libre penseur dit LLP, célèbre dentiste de la « dissidence »... Et les commentateurs du net prennent ces branquignolles pour des pointures... C’est dramatique. Il suffit de voir les livres du dentiste obèse LLP cumuler les 5 * en note de par l’effet de distorsion du web... 

      On hallucine. 

      La possibilité de poster des vidéos avec une facilité déconcertante fait que le nombre de « gourous » de la « dissidence » explose. La grande majorité est très mauvaise bien évidemment. Mais ils sont pris pour des pointures par des gens, déboussolés, qui n’ont aucune capacité de comparaison...

      les aires cérébrales sont différentes des nôtres

      Cela me semble bien évident. Même les chinois avec leur écriture bien spéciale doivent sentir différemment. Les anciens égyptiens avec leurs hiéroglyphes encore plus..

      Et je crois qu’avec la digitalisation, c’est ce qui va se passer à long terme chez les générations qui viennent.

      Là j’ai bien peur qu’ils n’arrivent pas au niveau des civilisations antiques. Mais ils vont prendre leurs « synchronicités », leurs « analyses » du réel pour argent comptant. D’où développement de psychopathologies de masse nouvelles : délires à connotation paranoïdes, etc...

      La baisse de niveau devient, de toute façon, vertigineuse.

      Bon je vous laisse. J’ai à faire.

    • velosolex velosolex 2 mai 2018 21:46

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Notre bon monsieur Mourey veut tout faire passer par son fief !

      A l’écouter, tout ce qu’il y a de notable est passé par Bibracte, centre des terres émergées, à la fois Babylone et Rome de l’antiquité. 
      Vous faites un axe de l’ile de pâques à la pyramide de Khéops, vous remontez une perpendiculaire des colonnes d’hercules, et paf ! En plein pile poil sur Bibactre....Bring back to me....
      . En réalité on ne sait pas grand chose des celtes, une appellation non contrôlée, un espèce de fourre tout et dans lequel on jette tout ce qu’on ne connait pas. Tout ce qu’on sait, c’est qu’ils viennent de l’est. On peut tout de même faire quelques points communs culturels qui font identification ainsi qu’artistiques. Les armes et les bijoux par exemple. Pour le reste, la Bretagne est la dernière région de France, et une des dernières d’Europe avec le petit de Galles, l’ile de Man, et la cornouilles, à parler encore une langue celtique, bien plus vieille que ce patois français dans lequel je suis bien obligé de m’exprimer. 
      Un trésor qu’il faudrait tout de même conserver, au lieu d’essayer d’enterrer les dernières braises. A quoi bon s’extasier devant de vieilles pierres, et se demander qui les a foulées, si l’on est pas à même de voir briller la culture vivante. Faut il que les choses soient mortes pour qu’on en repère enfin la valeur ?

    • @velosolex
      Merci Vélosolex. personnellement je n’ouvre que des pistes de réflexion et n’affirme jamais rien. Juste des hypothèses qui alimentent la réflexion.


  • et au Centres de toutes ces Régions, nous retrouvons le LUXEMBOURG. https://fr.wikipedia.org/wiki/Sigismond_de_Luxembourg lié à Jehanne d’ARC.


  • Arthur S Clark Kent 2 mai 2018 13:28

    Celtes ou Gaulois ?


    La réponse est dans ce livre remarquable et ignoré des Français parce qu’écrit par un Anglais :


  • http://uniteterreciel.canalblog.com/archives/2016/05/15/33813171.html. Mélusine, Athéna, le Maât (femme d’Hermès Trismégiste), Perséphone, la vierge noire, sont clairemnt liées au mythe de la femme celte. Les celtes sont liés à l’âge du fer et les Dogons sont surtout réputés comme forgerons et tisserands. Maintenant, à vous de me contredire....


  • Emile Mourey Emile Mourey 2 mai 2018 14:41

    Correction : Si le Massaliote Pythéas s’est donné la peine de parcourir, vers le IV ème siècle...( IVème siècle avant J.C.)




  • Puisque Catherine Alexandre raconte ses synchronicités dans un livre, je me permets de relater le minne. J’ai rencontré mon compagnon un 1er mai à midi. https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Noces_Chymiques_de_Christian_Rosenkreutz. Pour ceux qui ont lu ARCANE 17 de Breton et un peu DAVID ICKE. Contrairement à lui, je n’ai jamais rencontré de reptiliens. Pour le reste, j’ai les preuves photographiques.


  • Comme Bernard Dugué m’a censurée. J’aurais juste ajouté comme commentaire que ceux qui ont un destin (les divergents) sont simplement les Oedipiens. Qui ont dépassé l’Oédipe parce qu’il savaient répondre à la question du Sphynx (ou la Méduse,...). Qui voit au-delà des illusions,....


  • Les reptiliens existent bien. Ce sont les pervers narcissiques au sang froid. David Icke en a fait des petis bonshommes verts (le dollars) qui auraient pour mission d’évacuer le surplus de la planète. Sela sa théorie : descendant de Caïn. Les adamiques de l’Arche de Noé eux descendraient d’Abel. C’est assez simple en fait. Etant empathique, heureuse de me savoir adamique ;


  • JBL1960 JBL1960 2 mai 2018 18:29

    @ l’auteur = Puis-je me permettre de vous rappeler (mais peut-être connaissez-vous déjà ?)

    Le Pr. Jean-Paul Demoule ; On a retrouvé l’histoire de France
    Société Celte, société Gauloise : Société contre l’État, analyse de « Le Défi celtique » d’Alain Guillerm
    Marylène Patou-Mathis, qui est spécialiste de Néanderthal.


    • @JBL1960


      Merci, ce qui va dans le sens de ma démarche et de celle de nombreux historiens et chercheurs. Il y aurait bien (sans l’affirmer), une filiation caïnique et une adamique (descendante d’Abel). Les Celtes seraient de descendance adamique. Le meilleur antidote à la violence est le langage et l’échange verbal. Hermès-Trismégiste associé aux Celtes et encore plus anciennement au Dogons, fut à l’origine du langage et sa femme et Maât (Mélusine ou la femme Celte, Athéna chez les grecs, Proserpine). D’un psychopathe ont dit qu’il passe à l’acte parce qu’au lieu de verbaliser ses pulsions, il les abréagit sans passer par la pensée et la parole. Abel était un éleveur et Caïn un agriculteur dans le sens où il « violait » la terre. Mais bon, les hommes paraît-il viennent de mars et César a conquit la Gaule après avoir rêvé qu’il couchait (ou « violait ») sa mère. Les Celtes commes Thoth vivaient en harmonie avec les saisons, les étoiles, la natures. Et s’ils forgeaient des armes, c’étaient pour se défendre. Eternelle dialectique entre maîtrise et domination.

  • cathy cathy 3 mai 2018 13:52

    Tyr rassemblait une multitude de nations de type babylonien (grecs, éthiopiens cananéens, juifs, philistins, sidoniens..) Cela ne colle pas avec les gaulois qui n’appréciaient pas une politique impériale. De plus Tyr a totalement été dévastée en peu de temps pas les assyriens.

    Son port est aujourd’hui sous les eaux :

    • Emile Mourey Emile Mourey 3 mai 2018 14:21

      @cathy


      Bis repetita : ... Carthage étant fondée, si l’on se fie aux annales de Tyr, en l’an 814 avant J.C. , sachant d’autre part que les Phocéens grecs ne les ont supplantés, à Marseille, qu’au VI ème siècle avant notre ère, on ne peut éluder pour Nuerax la probabilité d’une naissance « phénicienne », autrement dit cananéenne, les deux termes étant synonymes.

      ... avant la destruction de Tyr, bien évidemment.

      Bis repetita... Pour moi, les Celtes sont, à l’origine, les habitants de Nuerax, alias Taisey, cité fondée par des colons venus de Tyr. Cette cité CELTE, pour moi, NUERAX ( cf Hécatée de Millet) est devenue, au IVème siècle, l’une des plus puissantes peuplades du monde barbare (cf EPHORE),

      Je n’ai pas dit que les Celtes étaient des habitants de Tyr. J’ai dit qu’ils venaient de Tyr parce que c’était le port par lequel venaient les migrants à cette époque. D’ailleurs, je parle de Phéniciens et de Cananéens.

    • cathy cathy 3 mai 2018 15:02

      @Emile Mourey
      Des celtes noirs ? Aïe


    • @cathy

      Raison pour laquelle il existe de nombreuses Vierges Noires, dont celle de Rennes-le-Château

    • Emile Mourey Emile Mourey 3 mai 2018 16:44

      @cathy


      Les Phéniciens qui se sont installés sur la côte méditerranéenne, en Espagne et ailleurs, n’étaient pas noirs. 

  • Emile Mourey Emile Mourey 3 mai 2018 14:26

    @cathy


    Je fais remonter la tour de Taisey au Xème siècle avant J.C, au temps des voies de l’étain. Je suis logique avec moi-même.

  • Antenor Antenor 3 mai 2018 17:59

    La Grèce était divisée en quatre « ethnies » : Ioniens, Doriens, Achéens et Eoliens. A mon sens, la division des Gaulois (= Galli en latin = Galates en grec) entre Aquitains, Celtes et Belges est du même acabit.

    Parmi les Gaulois, les Celtes sont entrés les premiers dans l’Histoire parce qu’ils étaient sans doute majoritaires dans l’ensemble. Pour pousser encore plus loin le parallèle avec la Grèce, les plus vieux textes parlent d’Achéens et non d’Hellènes. Les Aquitains étaient probablement plutôt bascophones et les Belges germanophones mais ils appartenaient avec les Celtes à la pyramide politique gauloise. Il y avait peut-être aussi des Gaulois ligures et ibères.

    Je ne pense pas qu’on puisse réduire l’origine des Gaulois à une cité particulière. Nous ne sommes pas dans le cas d’un empire du genre de Rome ou de Babylone mais dans le cadre d’une associations de cités se reconnaissant entre elles comme appartenant à un même ensemble. Les grandes routes du cuivre et de l’étain ont effectivement dû jouer un grand rôle dans la constitution de cet ensemble et il fort possible que l’Alésia fondée par Héraklès soit Chalon-sur-Saône. Au détail près, qu’il s’agit plutôt d’une refondation. A l’époque d’Héraklès, ces grandes routes étaient déjà en place depuis des siècles.


    • Emile Mourey Emile Mourey 3 mai 2018 19:22

      @Antenor


      Votre commentaire n’est pas en contradiction avec ce que j’écris. Je suis bien d’accord qu’on ne peut pas réduire l’origine des Celtes en Gaule celtique à une cité particulière. Il est bien évident qu’il faut y voir des confédérations de cités, comme, d’ailleurs, cela existait en Grèce avec ses ligues. En revanche, en ce qui concerne Héraclès, il y a hésitation, car il semble bien que les Grecs aient repris des légendes antérieures remontant à un Héraclès phénicien, nommé Melqart. Je ne suis pas le seul à le penser. Autrement dit, la source du texte de Diodore serait bien « tyrien », à condition de voir dans le dit Héraclès un fondateur phénicien, ce qui serait logique, vu les chapiteaux cananéens qui ornent le temple de Mont-Saint-Vincent. où nous situons, vous et moi, la capitale éduenne de Bibracte. Logique également car, comme je l’ai écrit, si les Phéniciens ont sillonné, les premiers, les mers, avant les Grecs, jusqu’à fonder des colonies sur les côtes et jusqu’en Espagne, il serait impensable qu’ils n’aient pas remonté jusqu’ à la cuvette de Chalon-sur-Saône, qui leur offrait tous les avantages d’implantation : rivière poissonneuse et calme, terrain cultivable étendu, riche en blé, carrefour d’itinéraires naturels (ce que n’avait pas Lyon).

  • Emile Mourey Emile Mourey 3 mai 2018 20:11

    @ Antenor


    D’ailleurs, même le nom Alésia ne nous donne pas une origine grecque mais phénicienne lorsque Chypre était aux mains des Phéniciens... Alashiya, l’île de Chypre, alias Alasiya, alias Alasia.

    • Antenor Antenor 4 mai 2018 18:58

      @ Emile

      "D’ailleurs, même le nom Alésia ne nous donne pas une origine grecque mais phénicienne lorsque Chypre était aux mains des Phéniciens... Alashiya, l’île de Chypre, alias Alasiya, alias Alasia.« 

      Oui, c’est pour cela que je parle de re-fondation d’Alésia en ce qui concerne Héraklès. Chypre, c’était l’île du Cuivre, ces marins cherchaient donc avant tout l’étain abondant en extrême Occident.

      La fondation des premières Alésia est à attribuer aux »Gorgones« , colonies-filles du port chypriote de Cition (le monstre marin Céto de la mythologie grecque) à une époque très ancienne aux alentours de -2000. Les Gorgones étaient contemporaines de la génération des dieux olympiens. Logiquement, ces premières Alésia ont été bâties sur le rivage méditerranéen avant d’essaimer vers l’intérieur des terres.

      Quelques siècles plus tard vers -1500, Persée symbolise une première tentative avortée des Mycéniens de s’implanter en Gaule. Apparemment, ils n’ont réussi à s’emparer que de quelques otages de l’aristocratie symbolisées par la tête de Méduse. Persée avait en réalité tout d’un pirate.

      Encore quelques temps plus tard, vers -1300, Héraklès représente une seconde razzia mycénienne (et troyenne ?) avec un impact plus fort puisqu’il tue Géryon, descendant de Méduse. Il refonde une Alésia.

      Ensuite se produit vers -1200 la Guerre de Troie et le phénomène que les Egyptiens ont appelé »les Peuples de la Mer« qui déstabilise durablement le commerce en Méditerranée. Il est possible qu’il y ait eu une rupture de contact entre l’Orient et l’Occident à ce moment-là.

      Les Tyriens n’arrivent que vers -1000 au début de l’âge du fer. Je ne pense pas qu’ils aient pu mener une puissante colonisation à l’intérieur des terres. Carthage n’est fondée que vers -800 et ses colonies se sont limitées au littoral.

      Les Grecs recommencent à prendre pied en Italie vers -750 et Marseille est fondée vers -600.

      Je pense que vous accordez trop d’importance aux Tyriens de -1000 ; ils ont eu de l’influence mais ils étaient loin d’être les seuls. Par contre, il faut noter qu’Héraklès est né à Thèbes et que cette ville a été fondée par le Tyrien Cadmos. De ce point de vue, on peut dire qu’il avait une part phénicienne. Les »mythes" sont des résumés d’histoires très complexes.


    • Emile Mourey Emile Mourey 4 mai 2018 19:39

      @Antenor


      En fait, vous êtes dans la même logique que moi mais vous allez beaucoup plus loin. Vu l’incrédulité et l’aveuglement de nos adversaires, je suis obligé de rester dans la limite que me permettent les textes, ceux que je cite dans mon article.

      Ce que je veux démontrer, et ce serait déjà une grande avancée, c’est que nous avons dans nos vieux monuments dits romans, une richesse inestimable et donc un potentiel touristique très important, à condition, bien évidemment, de revoir toutes les interprétations débiles faites jusque-là.
      Simple exemple, les chapiteaux de Mont-Saint-Vincent et de Gourdon sont fabuleux et nous parlent plus que n’importe quel livre qui aurait été écrit par nos ancêtres. Il est tout de même assez incroyable que les responsables culturels et médiatiques aient sous les yeux un messie Cléopas faisant l’offrande d’un prépuce et d’un clitoris sans que cela les interpelle.

      J’en déduis que notre société intellectuelle est actuellement en pleine déliquescence ainsi que nos responsables politiques.

    • Antenor Antenor 5 mai 2018 15:34

      @ Emile

      J’essaie d’appliquer la même rigueur à l’analyse des mythes grecs que celle que vous pratiquez avec l’Ancien Testament. Les Gorgones à peu près contemporaines d’Abraham, Persée de Jacob ou Héraklès de Samson ; tout cela paraît plutôt cohérent. Et cela donne une image du monde antique un peu plus vivante que la simple addition d’austères rapport archéologiques.

      Je ne peux que vous encouragez à lire cet article qui traite des origines de Carthage et combine avec bonheur résultats de fouilles et textes anciens :

      https://www.persee.fr/doc/cchyp_0761-8271_2002_num_32_1_1406


    • Emile Mourey Emile Mourey 5 mai 2018 18:25

      @Antenor

      OK, un jour de pluie.

  • Emile Mourey Emile Mourey 8 mai 2018 14:03

    @ Antenor


    Au vu pauvres vestiges archéologiques sans expression religieuse vraiment marquée, statuettes etc, cet article me confirmerait plutôt que Chypre ne fut qu’un lieu de passage, un comptoir de transit pour les Phéniciens/Cananéens, bien que le mot « Alisiia », Alésia etc, plaide pour une origine chypriote.
    Je persiste dans mon hypothèse d’une émigration cananéenne en Gaule depuis la riche région du lac de Galilée et de la vallée luxuriante du Jourdain. Je fais un lien avec les chapiteaux dits « romans » qui pourraient évoquer le souvenir de ce paradis perdu suite aux conquêtes égyptiennes puis de Josué.


  • Emile Mourey Emile Mourey 8 mai 2018 21:08

    @ Antenor


    Ce serait intéressant de comparer les « Beit-Yerach Pottery » aux poteries arvernes rouge et noir. Je cite : La ville de l’Âge du Bronze Précoce (de Kinneret) a également produit des céramiques fines, qui ont un glaçage rouge-noir spécial, connu sous le nom de Beit-Yerach Pottery. 

    • Antenor Antenor 9 mai 2018 21:14

      @ Emile

      Les plus vieux vestiges de Carthage indiquent tout de même que l’essentiel de la population fondatrice était plutôt originaire de Chypre que de Tyr elle-même. Même si une partie de Chypre était à cette époque une colonie tyrienne. Ce qui m’intéresse, c’est que Chypre semble avoir été le passage obligé vers l’Occident pour les Cananéens. C’est manifestement sur cette île qu’ont été établis puis gardés en mémoire les itinéraires vers l’Ouest.

      Les chapiteaux de Mont-Saint-Vincent peuvent évoquer beaucoup d’endroits en Méditerranée. On pourrait tout aussi bien les attribuer à Constance Chlore en souvenir de ses lointaines expéditions du côté de Palmyre. Les chapiteaux aux quatre lions pouvant symboliser la tétrarchie. Il y a deux mille ans d’écart entre les céramiques dites de Beth-Yerach et les productions arvernes. Il ne faut pas se laisser enfermer dans notre perception essentiellement judéo-grecque.


    • Emile Mourey Emile Mourey 10 mai 2018 11:43

      @Antenor


      Je suis bien d’accord avec votre premier paragraphe mais pas avec le second. En effet, ma ligne directrice étant de savoir très exactement ce qui s’est passé sur les sites où je localise Gergovie, Bibracte et Taisey, je n’ai aucune raison de bifurquer sans raison ou de renoncer à aller plus avant. Or, force est de constater que je me heurte à une opposition butée et absurde qui persiste dans ses errements alors que les fouilles archéologiques que je demande d’exécuter sur le site de Taisey pourraient nous éclairer. L’illustration récente la plus évidente de ces errements sont les deux exemples que j’ai stigmatisés au début de mon article : la reconstitution bancale d’un murus gallicus et la correction du texte de César.

      Opposition des archéologues, opposition des linguistes tout aussi absurde. Je cherche un spécialiste du grec ancien qui pourrait me traduire très exactement le texte d’Hérodote dont j’ai trouvé une traduction sur un site : Au-delà des colonnes d’Hercule (donc, en abordant la Gaule par la côte atlantique après avoir franchi le détroit de Gibraltar), on trouve les Kinèsioi, qui sont, à l’Occident, le dernier peuple d’Europe. Tout de suite après eux (donc à l’est) se trouvent les Celtes... Le Danube prend sa source au pays des Celtes, près de la ville de Pyrènè, puis traverse toute l’Europe qu’il coupe en deux. 

      Il me semble évident, dès lors que j’ai identifié la ville des Celtes à Nuerax/Taisey, que l’autre et dernier peuple qui se trouve à l’ouest de l’Europe, ne peut être que Gergovie, c’est-à-dire les Kinésioi. Or, ne connaissant pas le grec, je ne trouve dans les traductions automatiques que de l’inconsistant, ou alors, le nom d’une chanson qui pourrait avoir un rapport avec la Kinneret cananéenne. Pire, en relisant le texte grec sur le site Remacle, si je retrouve bien le mot « Keltos », je ne retrouve pas Kinésoi. J’ai même l’impression que les traducteurs modifient le mot grec d’origine pour le faire correspondre aux Cérétes d’Espagne, ce qui est absurde, car en revenant de là, l’auteur ne dirait pas que tout de suite après, on arrive à la ville des Celtes de Nuerax/Taisey.

      J’ai relu les commentaires à mon article du 13/2/2010, les origines phéniciennes de notre histoire nationale. C’est vraiment décourageant. Nos adversaires cherchent plus à nous dénigrer qu’à essayer de participer à notre travail de recherche.

      Il est vrai que j"ai fait des erreurs... en identifiant d’abord Nuerax à Bibracte, ce qui n’est pas possible car Diodore ne verrait pas une foule d’indigènes venir s’y installer, ce qui, à Taisey, s’explique. De même, le fait que je n’ai pas vu tout de suite que le tympan du temple/église de Mont-Saint-Vincent avait été remplacé au temps de Constance-Chlore. De même, dans le cul de four, si le chrisme date de Constantin, si ce qui subsiste de la fresque en arrière-plan pourrait évoquer la vision d’Ezéchiel, il est clair, pour moi, que les chapiteaux aux lions ne peuvent s’expliquer que dans le contexte de guerriers/colons cananéens qui viennent de s’installer en y construisant un monument dans le style de celui de Salomon tel que j’en ai retrouvé l’apparence.

      Le pays de Canaan était une région fertile, et donc convoitée. Les explications d’émigration des classes nobles dépossédées que les historiens cherchent aujourd’hui à expliquer pour la fondation de Carthage (les Carthaginois se disaient descendants des Cananéens) devraient s’appliquer également pour Bibracte, Nuerax et Gergovie. 

    • Antenor Antenor 13 mai 2018 13:31

      @ Emile

      Le problème est qu’un monument comme celui de Mont-Saint-Vincent ne correspond pas à ce que nous connaissons des temples phéniciens. La technique d’assemblage au mortier de chaux de pierres peu taillées et de petite dimension ne semble apparaitre dans le monde méditerranéen qu’aux alentours du IIIème siècle avant notre ère.

      Voyez le temple d’Echmoun à Sidon pour comparaison : il est beaucoup plus proche d’un temple égyptien ou grec que d’une église romane.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Temple_d%27Echmoun

      Celui de Tyr :

      http://www.agendaculturel.com/News_Le_premier_temple_phenicien_complet_du_L iban_decouvert_par_l_equipe_du_musee_de_l_AUB

      Nous sommes là dans de l’appareillage quasi « cyclopéen » qui rappelle les plus vieux murs de Mont-Saint-Vincent mais est éloigné de l’architecture de « l’église ».

      En Gaule, les premières constructions religieuses au mortier de chaux sont des fanum du type du « Temple de Janus » à Autun. Je pense que vous avez raison de faire remonter l’utilisation de cette technique en Gaule et en particulier pour les remparts à avant la conquête romaine ; cependant il ne me semble pas possible de faire remonter les plus vieilles « églises romanes » avant le IIIème siècle après J-C.

      Des edifices comme ceux du Crest et du Mont-Saint-Vincent ont à mon avis été bâtis dans l’intervalle séparant les réformes de Dioclétien et la christianisation de l’Empire. Ils apportent une nouvelle architecture tout en conservant des thèmes païens. Les premiers bâtiment chrétiens conserveront cette architecture mais modifieront naturellement l’objet des chapiteaux. La chouette de Mont-Saint-Vincent, symbole d’Athènes, pourrait bien être la signature d’Eumène. Si la tête de la Gorgone est sans doute une récupération par les Grecs d’un symbole phénicien ; je n’ai trouvé aucun indice allant dans ce sens pour la chouette. Au contraire, les monnaies de Tyr n’arborent une chouette qu’à partir de la domination séleucide.


    • Emile Mourey Emile Mourey 13 mai 2018 15:05

      @Antenor


      Je commence par la fin.

      Question chapiteaux de Mont-Saint-Vincent. Justement, ce ne peut pas être une chouette qui est un oiseau, les ailes repliées, plutôt petit et qui n’impressionne pas. Comparée au lion, roi de la terre, ce ne peut être que le hibou grand duc, roi de la nuit. C’est une erreur que j’ai corrigée... Chapiteau aux hiboux grands ducs rappelant le bas-relief votif sumérien des prêtres Dudu du musée du Louvre.

      À partir de Dioclétien, voyez la cathédrale d’Autun, Saulieu, Vézelay ; le bestiaire et le judéo-druidisme survivent mais pour promouvoir un empereur sauveur. Voyez la carte de Peutinger qui témoignent, au temps de Julien, de l’existence de temples plus anciens de cités gauloises, notamment d’avant Dioclétien. Tout cela a un sens et on ne peut pas aller contre.

      La seule question sur laquelle je me suis vraiment interrogée, c’est « lequel a été construit le premier, de la tour de Taisey ou du temple de Mont-Saint-Vincent » ?

      Ce ne peut être que la tour de Taisey, plus exactement « ’la tour de Dieu, devant, l’enceinte fortifiée, derrière, pour les élus ». S’il n’en avait pas été ainsi, c’est un temple du type « église Mt-St-Vincent/temple de Salomon » qui aurait été construit à Chalon/Taisey. Tout cela va dans le sens d’une évolution/révolutions : l’édifice symbole, notamment religieux, se perpétue ou se voit remplacé.

      Ce qui reste de l’oppidum ovale monumental de Mont-Saint-Vincent témoigne pour l’époque troyenne de la guerre de Troie (suite à l’exil des Troyens, notamment Énée). Le temple, construit un peu plus loin à l’image de celui de Salomon (construit par des Cananéens pour un Salomon qui n’était certainement ni hébreu, ni juif), témoigne pour une occupation de l’époque cananéenne (expansion et exil des Cananéens suite, notamment, aux guerres de Josué). Le temple /cathédrale de Chalon témoigne pour une colonisation juive, suite à l’émigration des 5000 juifs dont parle Flavius Josèphe.

      Pour moi, tout cela est d’une logique implacable. C’est une « non concordance dans les témoignages des époques » entre l’Orient et l’Occident qui serait absurde.

  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 mai 2018 13:43

    Concernant les Celtes, j’en saurai un peu plus après avoir lu : 

    La vérité sur Jeanne d’Arc : ses ennemis, ses auxiliaires, sa mission, (Éd.1895) 
    Bessonnet-Favre, C. Jeanne d’ARC étant l’incarnation de la FEMME CELTE. Née à Domrémy,...

Réagir