samedi 20 avril 2019 - par rosemar

Dès que le printemps est là...

Le printemps associé à l'amour, voilà un thème éternel : le printemps fait naître des passions inoubliables et parfois inaltérables.

C'est ce motif que l'on retrouve dans une chanson de Hugues Auffray : le constat initial, "Les filles sont jolies dès que le printemps est là" s'oppose aux "serments oubliés" et perdus, dès que le printemps s'est envolé... Le contraste est saississant entre l'idée de beauté et une impression d'abandon et d'oubli... L'amoureux éconduit a, malgré tout, l'espoir de retrouver un réconfort, avec le renouveau.

On perçoit une attente associée à la saison des amours, attente d'une "fille en organdi", image d'élégance, de jeunesse... Le cadre champêtre, "une prairie" contribue à une impression de liberté, de bonheur espéré.

Le "chemin", les "soirées qui se font chaudes" évoquent, aussi, bien cette saison de renouveau...

L'attente est vaine, mais les souvenirs sont tenaces : souvenir du regard de la jeune fille, souvenir des adieux.... L'image hante le coeur de l'amoureux qui ne peut s'en détacher, comme le suggère le préfixe "re" qui marque un retour perpétuel dans de nombreux mots : "revient, je repense, je revois, je crois la retrouver." 

Le printemps fait ressurgir des espérances, et le rêve s'évanouit avec sa disparition : le printemps reste, ainsi, uni à l'idée d'un amour qui n'en finit pas.

Publicité

Le texte nous fait voir la douleur d'aimer dans le dernier couplet : on perçoit une envie de mourir... L'amour est, alors, lié à la "brûlure, la "douleur" et la "blessure", des mots très forts qui soulignent le désespoir, la tristesse de la séparation...

Le poème est bâti sur une progression : d'abord, le printemps fait naître des images joyeuses de "jolies filles" puis, l'amoureux en vient à ressentir un désir de mort.

Le refrain insiste sur l'idée du temps qui passe, mais qui ne referme pas le chagrin et les blessures... Le mot "temps" répété suggère bien la succession des saisons qui défilent, mais qui ne parviennent pas à faire oublier l'amour perdu.

La mélodie légère souligne le bonheur qu'apporte le printemps mais par les retours lancinants, elle met en évidence les tourments de l'amoureux.

Avec simplicité, harmonie, cette chanson nous fait ressentir toute la douceur et l'insouciance du printemps mais, aussi, les souffrances causées, parfois, par le sentiment amoureux...

Tout en nuances, le texte nous rend sensibles la délicatesse du printemps ainsi que les difficultés d'aimer.

 

Publicité

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-des-que-le-printemps-est-la-123438354.html

 

Vidéo :



24 réactions


  • rogal 20 avril 2019 11:34

    Le pédantisme gâche les plus jolies choses.


    • rosemar rosemar 20 avril 2019 12:11

      @rogal

      Aucun pédantisme dans cet article mais le plaisir de réécouter une chanson et de mieux en saisir les paroles...


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 12:18

      @rosemar


      Le printemps, les fleurs, les petits zozios, l’Amour, c’est tout beau tout ça !

      pendant cet temps depuis le début de l’annnée dans la police , on déplore 28 cas de suicides, et le 18/04, c’était une capitaine de police de 48 ans, mère de deux fillettes, s’est suicidée dans son bureau à Montpellier son arme de service. :source.)


      Quand ceux et qui sont chargés de défendre, de porter secours aux citoyens se donnent la mort, c’est que le pays va vraiment très très mal !


      . mais visiblement ceci m’interpelle absolument pas la modération du site, ben oui, j’ai proposé en modération ( 3 fois ) cet article :( il est encore en modé aujourd’hui )

      Police:28 suicides depuis le début de l’année.hier une mère de 2 enfants, Agoravox RAS,mais j’ai un article en attente de modération : 15/04


      Alors je m’interroge sérieusement sur la ou les raisons de ce refus, ce dernier est-il trop explosif, trop subversif ?


      @+ P@py


    • rosemar rosemar 20 avril 2019 12:37

      @Gilbert Spagnolo dit P@py

      C’est certain : des suicides inquiétants et il faut en parler... 


    • rosemar rosemar 20 avril 2019 12:44

      @Gilbert Spagnolo dit P@py

      Mais l’article est à + 1 seulement : il faudrait peut-être le synthétiser ? Mais face aux gilets jaunes, les forces de l’ordre n’ont pas la cote...


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 12:47

      @rosemar

      Merci pour ta réponse, et cette dernière m’est amplement suffisante.

      @+ P@py


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 13:04

      @rosemar

      pourtant aux derniers sondages ( 08/04/19 ) Sondage BFMTV - Les trois quarts des Français ont une bonne image de la police :source.

      ...Alors comme dans le  sketch de Fernand Raynaud, : « y a comme un défaut » .


       il faudrait peut-être le synthétiser


      Ben, c’est un peu ma marotte, je suis assez bavard, .. puis abondance de biens ne nuit pas !


      @+ P@py


    • Fergus Fergus 20 avril 2019 13:23

      Salut, P@py

      Je n’avais pas vu ton article en modération. Il est vrai que j’y suis passé furtivement avant-hier. 
      Je viens d’y poster ce commentaire à ton intention :

      « Oui à ce coup de gueule (sans l’interpellation initiale) car il existe incontestablement un vrai problème dans la police.
      Au prix peut-être d’une remise en forme de quelques interpellations. Par exemple »
      Qu’ils aillent se faire foutre« n’est pas forcément la meilleure formulation. Certes, elle exprime un rejet à la hauteur de la colère ressentie, mais sans proposition alternative sur le mode de management ou la dictature de la politique du chiffre. »

      Cela dit, je ne vois pas d’inconvénient personnel à ce que ce texte (sans le préambule) soit publié en l’état.


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 14:30

      @Fergus

      Merci pour ton soutien ( et pour les autres à venir ! )


      Je suis un « testard » de chez « testard » comme Agoravox ne peux pas l’imaginer,.( récemment à la téloche, j’ai revu l’enquête corse avec Clavier et Réno ) à un moment on demande à Clavier la raison de son choix pour l’emblème ( un bulldog ) de son agence de détective privé ,.. et Clavier réponds , « je ne lâche jamais » !! .


      et en moment je suis en train de collecter les différentes adresses mails des syndicats de police, et lundi, je les contacte !

      .. donc affaire à suivre !


      @+P@py



    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 14:42

      @Fergus

      STP, pourquoi sans le préambule ?


      Es-c ceci qui chagrine :


      Alors que ce problème prend une ampleur très très inquiétante, sur ce sujet par deux fois, ( le 15 et le 17 ), j’ai présenté à la modération cet article...,mais héla pour l’instant nada, niet, macache.Alors je m’interroge sérieusement sur la ou les raisons de ce refus, ce dernier est-il trop explosif, ou trop subversif ?

      ..mais si la modération juge que mon article n’est ni trop explosif, ni trop subversif , alors pas de problème , c’est OK pour sa suppression.


      @+P@py




    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 15:07

      @Fergus

      J’ai suivi ton judicieux conseil ( j’avais eu la main assez lourde, ben oui, parfois la colère est très mauvaise conseillère ! ) et j’ai supprimé ce préambule !


      Merci.


      @+ P@py

      P.S.


      Je viens de renvoyer mon article en modération


    • L'enfoiré L’enfoiré 20 avril 2019 15:30

      @rosemar bonjour,
       « ... mieux saisir les paroles »...
      Oui, mais alors il faut les ajouter et il y a toujours ce site qui permet un karaoké....


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 16:49

      @arthes

      Sucer, ..sucer, ben, parfois pour la santé c’est très bon:Ici, ,.. ou par contre très mauvais:Ici.


      @+P@py


    • Fergus Fergus 20 avril 2019 17:14

      @ Gilbert Spagnolo dit P@py

      « Je viens de renvoyer mon article en modération »

      Relu et approuvé. 


    • Fergus Fergus 20 avril 2019 18:47

      Bonsoir, arthes

      Désolé, mais vous racontez n’importe quoi ! Personnellement, je vote en modération pour des articles rédigés par des personnes qui ne sont pas du tout de ma sensibilité politique ou qui ont des idées très éloignées des miennes au plan sociétal ou en matière de spiritualité. Je suis persuadé que la plupart des modérateurs agissent de même ! 


    • rosemar rosemar 20 avril 2019 18:50

      @Fergus

      Et il est encore et toujours à + 1...


    • rosemar rosemar 20 avril 2019 18:52

      @Fergus

      Ceci dit, le SUJET de l’article, c’est le printemps... et surtout une chanson qui évoque le printemps !


    • Xenozoid 20 avril 2019 18:53

      @rosemar

      tu as oubliée l’heure d’hiver


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 20:51

      @arthes

      Je viens de m’apercevoir que les deux liens ne fonctionnent pas, alors bon :Ici, et mauvais :Ici,

      @+ P@py


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 20 avril 2019 20:56

      @rosemar

      Rosemar, tu sais hélas qu’une hirondelle ne fait pas le printemps


      @+ P@py




    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 21 avril 2019 10:57

      @rosemar

      Rosemar,... pour l’instant le « point Golwwing » n’a pas encore été atteint !


      @ + P@py



    • rosemar rosemar 22 avril 2019 12:23

      @arthes

      Merci pour l’effort...


  • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 22 avril 2019 18:14

    @Rosemar

     Hugo Frais  smiley est probablement le compositeur de la musique de cette chanson mais la paternité du texte reviendrait au parolier Jacques Plante * ( qui en écrit bien d’autres ) étant très prolifique a travaillé avec les grands noms de la chanson Française ( voir sa fiche wikiki ) ... très impressionnant !

     * aucun lien avec Robert Plant le chanteur de LedZep smiley


  • bob de lyon 23 avril 2019 10:58

    La beauté éphémère, l’inaccessible amour, la fuite du temps, la nostalgie puis la mélancolie, le suicide enfin… le Romantisme donc. 

    Pauvre Werther, ah Madame de Staël inconsolée...


Réagir