samedi 15 février - par CHALOT

Le Consentement

 

« Le Consentement »

livre écrit par Vanessa Springora

éditions Grasset

206 pages

Janvier 2020

 

 

J'ai beaucoup réfléchi en lisant ce livre …

Au début j'ai pensé aux amours d'une certaine professeure relativement âgée avec son élève qui forment un couple célèbre, mais peu à peu, toute comparaison s'est estompée, les histoires sont différentes.

L'auteure ne raconte pas l'amour entre une adolescente de 14 ans avec un quinquagénaire quelque peu « jouisseur » mais l'emprise exercée par un vrai prédateur sexuel sur une fillette pubère.

La jeunesse de Vanessa, l'éducation reçue, le divorce de ses parents et l'attitude de sa mère et son laisser-faire contribuent à installer un « terreau ».

Cette situation explique la fragilité de cette gamine mais n'explique, ni n'excuse la conduite de cet écrivain célèbre.

Monsieur G était coutumier du geste : il prenait et jetait des adolescentes conquises et « consentantes » et allait jusqu'à raconter ses aventures dans des écrits publics.

Non content de briser des « fillettes », il allait à Manille pour trouver des proies masculines, des gamins de 11 ans pour en faire ses jouets sexuels.

Revenons à cette relation expliquée et racontée par la victime elle-même :

« En réalité, à l'échelle de l'existence de G., je savais maintenant que ce désir pour moi était infiniment redondant et d'une triste banalité, qu'il relevait de la névrose, d'une forme d'addiction incontrôlable. »

L'auteure qui a dû se reconstruire difficilement, raconte plus de 30 ans après les faits, les circonstances qui ont permis cette rencontre.

Elle s'interroge sur les raisons qui l'ont fait tomber dans les filets de ce personnage adulé par ses pairs.

Comment ses proches, sa mère et son père informé ont-ils pu tolérer et laisser faire un abus sexuel, même si ce qualificatif n'est pas retenu par tout le monde ?

Il faudra longtemps à Vanessa pour qu'enfin, des années plus tard, elle trouve enfin auprès d'un homme aimé «  ce moment de découverte et de plaisir partagé, d'égal à égal ».

La justice va entrer en danse, maintenant, très longtemps après cette quasi-destruction d'une fillette.

Pourquoi à l'époque il y eut ce silence coupable ?

 

Jean-François Chalot



14 réactions


  • rugueux 15 février 11:02

    Chalot je vous préfère dans le registre expulsion, vous ^y êtes bien meilleur même si je ne partage pas vos idées....

    Comment pouvez-vous écrire de telles inepties....je vous cite : "L’auteure qui a dû se reconstruire difficilement, raconte plus de 30 ans après les faits, les circonstances qui ont permis cette rencontre..."

     

    La Springora elle a le consentement à géométrie variable...en mai 1995, 7 ans après les faits, elle passait sur france culture dans une émission de Jacqueline de Roux consacrée à GM où elle disait le bonheur d’avoir connu cet homme merveilleux, lumineux avec qui elle avait passé des moments inoubliables qui l’avait baisée comme un dieu grec....40 ans après elle s’est dit qu’un peu de buzz et de pub sur le dos de « cet homme lumineux » mettrait un peu de beurre dans les épinards...

    Et puis elle ne parle pas de sa mère qui l’a poussée dans les bras de GM ou pour le moins n’y a rien trouver à redire...Et cerise sur le gâteau, parce que moi je l’ai lu aussi ce bouquin, elle se fait retailler l’hymen car elle était vierge et en dépit de son désir ardent GM n’arrivait pas à la pénétrer.....

    Sacré emprise en effet !

    GM a du la sauter à l’insu de son plein gré, cette cruche c’est le Richard Virenque du féminisme !

    Et comme vous le souligner sa mère elle était où sa mère ?

    Cette greluche est une imposture féministe de la pire espèce et tout ce que le pays compte de bienpensance rance lui a emboîté le pas....Elle elle encaisse les droits d’auteur


    • V_Parlier V_Parlier 15 février 21:32

      @rugueux
      Vous m’en apprenez de bonnes, dites donc ! Les parents quasiment maquereaux, la « libérée » libertine qui se transforme soudain en victime quand ça devient la mode... Je ne vais pas pleurer pour le gars non plus avec les ennuis qui l’attendent, mais ce milieu bobo-people est vraiment à gerber. Et il faut les pleurer à longueur de journée alors que les « madame lambda » qui ont le malheur de croiser une bande de cassos en rut le soir ne bénéficient pas d’une telle sollicitude médiatique.


  • rogal 15 février 11:49

    Les dénonciations tardives, telle que celle a laquelle s’est livrée Vanessa Springora, auraient encore plus de poids dans la lutte contre la pédocriminalité, si les autrices reversaient leurs ’’droits d’auteur’’ à des associations.


  • uleskiserge uleskiserge 15 février 17:26

    Le meilleur du féminisme, vous l’avez là sous vos yeux, dans la libération de la parole des femmes qui côtoient quotidiennement des hommes dans le cadre de leurs activités (hommes de pouvoir symbolique ou réel) car, dans le cas contraire, rien ne changera si les femmes continuent de se taire pour ne pas mettre en danger leur carrière (politique, journalisme, cinéma et mannequinat entre autres milieux sociaux-professionnels concernés) car rien ne modifiera le comportement de ces prédateurs adeptes du harcèlement et de l’agression sexuels s’ils ont la certitude que la victime se taira : en effet, pour chaque femme qui cède, pour chaque femme qui se tait, ce sont des dizaines d’autres qu’elle condamne au harcèlement et à l’agression ; comme on peut le voir, la balle est dans le camp des femmes, non des hommes.


    Et ce féminisme-là, capable d’expliquer ça aux femmes, c’est le féminisme dont on a besoin aujourd’hui ; un féminisme aux fins de responsabiliser chacune d’entre elles face à ce fléau sans doute tout aussi important que la pédophilie des réseaux « mondains » dont la dénonciation peine à trouver des relais dans les médias.

     

    ---------------------


  • V_Parlier V_Parlier 15 février 22:57

    La mise en exergue de cette affaire m’apparait de plus en plus comme une manipulation perverse en deux phases :

    1 Prétendre dénoncer enfin la pédophilie non seulement tolérée et même présentée comme un exploit.

    2 Laisser les gens s’apercevoir que l’affaire qu’on a mise en avant est finalement une histoire glauque tant par son ambiguité que par la répartition des culpabilités (parents, etc...). De même, les affaires similaires ébruitées par la presse ont finalement le même point commun => Tous les coupables connus finissent par apparaitre finalement plus innocents.

    Résultat : Banalisation de de genre de pratique dans les esprits => Dans 10 ans des lois pro-pédophiles.


  • uleskiserge uleskiserge 16 février 10:50

    C’est toute la hiérarchie des fédérations sportives qu’il faut démissionner car enfin, pourquoi le viol n’est pas dénoncé sur l’heure par l’enfant ou l’ado abusé par son entraineur ou tout autre personne membre du club sportif concerné ? Parce que cette athlète-élève sait que ces chances de carrière seront alors nulles ; pensez donc : tout ce travail pour rien, des heures, des mois, des années de sacrifice ! ........

     

    On peut légitimement accuser la hiérarchie des fédérations de ne pas avoir créé les conditions d’une dénonciation d’actes d’agressions sexuelles en toute confiance pour la victime qui n’aurait alors pas eu à craindre sa mise au placard à titre de sanction car cette dernière aurait comme « sali » la réputation de son club en dénonçant publiquement le crime qu’est le viol.

     

    Quant à ceci : Teddy Riner, Nathalie Péchalat, Sarah Ourahmoune et 51 autres sportifs veulent "briser le mur du silence"…

     

     

    Devront-ils être poursuivis pour s’être tus eux aussi alors qu’ils savaient ce qui se passait car tous ont privilégié leur carrière manifestement ?....

     


  • jymb 16 février 14:02

    Une question à l’auteur de l’article, qui se doit d’être équilibré et objectif dans ses jugements, bien sûr après avoir mené un travail d’investigation sérieux...

    Au minimum donc (ultra minimum) , je suppose que vous avez d’abord lu « La Prunelle de mes Yeux » de Matzneff qui raconte son histoire avec VS, puis comparé les écrits, le déroulement, recherché convergences et divergences, vraisemblances et invraisemblances ? voire recherché des témoins pour recouper les dires ? 

    Non ? 

    Vous êtes à moitié pardonné car les journaleux autoproclamés, les résistants de la 25 ème heure et les chevaliers blancs de pacotille ont tous fait de même

    Dommage, vous rejoignez cette charrette d’insignifiance glapissante


  • alanhorus alanhorus 17 février 10:59

    https://www.youtube.com/watch?v=gt8lW_2-4v4

    Pédophilie #02 - Les pédophiles sont-ils des pervers ? - LES MINISODES

    https://www.youtube.com/watch?v=4YVSV_P8CRw

    Pédophilie,Inceste,Violence sexuelle -Anne Laure Buffet sur Fréquence Evasion


Réagir