mercredi 12 février - par CHALOT

LIVNA

« Livna »

roman d'Hervé Giliénine

Editions prem - édit

299 pages

septembre 2019

 

 

Le 15 juin 1940, en pleine débâcle, un tout jeune homme découvre une petite fille, victime d'un bombardement.

L'homme qui l'avait secouru est mort, elle est apeurée.

Dans toute la région du Loiret, c'est la même situation qu'ailleurs, du moins près de Paris, les nazis avancent, bombardent les convois et les civils.

Cette petite fille appelée Livna va être présentée à Sidonie, fermière en son état, veuve de guerre et mère dévorée par le chagrin à la suite de la mort de son fils unique.

Toute l'histoire est racontée par Adolf ( ?), le chat de la patronne qui, avec son ami le chien Bénito, va accompagner Livna.

Ne vous inquiétez pas ! Tous les animaux de la ferme ont un nom très original....Il n'est pas facile de s'appeler Adolf, il vaut mieux peut être avoir pour nom Fernand comme le vieux canasson.

Sidonie va s'attacher très vite à cette petite fille juive qui ne souhaite que retrouver ses parents et sa sœur.

Inlassablement, elle va protéger la petite fille et lui éviter des contacts avec le village.

L'auteur, avec un talent de narrateur hors pair nous raconte la guerre, l'occupation, les exactions, le comportement couard de nombreuses personnes, l'antisémitisme mais aussi le courage des justes et la résistance.

L'évolution de l'état d'esprit des français est bien analysé et décrit avec réalisme :

 

« Beaucoup ont perdu la foi dans le vieux maréchal et accordent peu d'intérêt à ces politiciens, ces ministres de comédie qui gravitent autour de lui. Ils ont peur de leur voisin, ils ont peur de leurs enfants comme ils ont peur pour leurs enfants. »

 

Ce n'est pas un roman policier, à proprement dit, mais on n'en est pas loin.

Le lecteur s'inquiète, le danger rôde avec les nazis qui cherchent les juifs pour les déporter, les collaborateurs lâches car même si Sidoine veille, que peut elle faire seule ?... même avec l'aide de ses deux amis à quatre pattes.

 

Livna va connaître beaucoup d'aventures, la peur mais aussi la protection incroyable que lui apportent Adolf et Bénito....

Cette petite touche originale, touchante et totalement imaginée apporte à ce roman de la fraîcheur et de l'humour, ce qui permet de faire passer le stress.

 

Dominique Desgouges qui signe là son quatrième roman sous ce pseudonyme réussit à nous faire vivre cette période noire, dramatique mais aussi héroïque de notre histoire.

 

Jean-François Chalot




Réagir