mardi 17 avril 2018 - par Nagy

2500 gendarmes contre 100 Zadistes et pendant ce temps une infirmière de nuit gère 36 patients



1 réactions


  • Doume65 18 avril 2018 15:30

    Le plus fou, c’est qu’on apprend que des négociations ont été engagées aujourd’hui entre la préfète et les zadistes. Pourquoi ne pas avoir pensé à ces négos AVANT de balancer du gaz (façon Bachar...) partout dans la zone ?


Réagir