samedi 14 janvier 2012 - par Peachy Carnehan

Pas de triple A, pas de second mandat !

Le président du pouvoir d'achat des riches se souviendra de ce vendredi 13 comme celui de la perte de sa précieuse note, et, peut-être, comme la date fatidique qui aura marqué la fin de ses espoirs de réélection. Pas de triple A, pas de second mandat !

Il y a des jours, comme ça, où il vaudrait mieux rester au lit avec Carla.

L'agence de notation Standard & Poor's a dégradé vendredi la note souveraine française avec perspective négative. La France perd ainsi le triple A qu'elle détenait depuis 1975 et sur lequel Sarkozy comptait pour se présenter sans rire à l'élection présidentielle comme « le prédident protecteur » de la Mère Patrie et des humbles travailleurs - qui se lèvent tôt - écrasés par le fardeau de la crise.

« Si on perd le triple A, je suis mort », disait Sarko il y a quelques semaines car « c'est là-dessus que je ferai la différence avec Hollande ! » Amen, car le président du pouvoir d'achat des riches se souviendra de ce vendredi 13 janvier 2012 comme celui de la perte de sa précieuse note, et, peut-être, comme étant la date fatidique qui aura marqué la fin de ses derniers espoirs de réélection.

Pas de triple A, pas de second mandat !



8 réactions


Réagir