jeudi 11 octobre - par C’est Nabum

Le radio réveil

Du compte heure

Il fut une époque lointaine où j’avais sur ma table de chevet un gros réveil muni de deux clochettes tonitruantes pour être certain de me réveiller. C’était un temps dont nos enfants ignorent tout. Combien seront-ils encore à savoir lire l’heure sur un cadran ? On peut se le demander tant l’apprentissage de ce savoir-faire devient de plus en plus délicat dans les écoles d’autant que l’affichage numérique a gagné la partie.

C’est d’ailleurs par le truchement du radio-réveil que ces lettres lumineuses sont venues s'immiscer dans notre quotidien. Inventé dans les années 1940, cet objet a tardé à s’imposer dans nos maisons avant que de se faire progressivement, l'incontournable compagnon de notre sommeil. Il éclaire de sa présence indiscrète nos nuits et nos insomnies, impose son décompte des minutes interminables à passer à chercher vainement le sommeil.

Curieusement il a insinué de bien étranges pensées dans mon cerveau que d’aucuns estiment à juste titre quelque peu dérangé. C’est ainsi que bien vite, je me suis mis à espérer un signe de cet instrument, un clin d’œil un peu coquin pour me laisser espérer un peu d’amour. En me couchant à « 22 : 22 » je n’avais de cesse de croire que l’instrument me poussait à me lancer dans une sarabande des corps avec celle qui partage ma couche sans que jamais je lui avoue ce que je prenais pour un message subliminal.

C’est lors de la rédaction conjointe d’un roman avec ma collègue d’écriture, au hasard d’un chapitre un peu coquin, qu’elle sortit de son chapeau la même évocation chronologique. Ainsi je n’étais pas seul à guetter chaque soir un petit signe du destin pour compter fleurette. Il est des idées tordues qui sont plus supportables quand on les partage (les idées seulement, rassurez-vous). Je n’étais pas le seul aliéné par le radio-réveil.

Les êtres raisonnables me demanderont pourquoi « 22 : 22 ». J’avoue que la question est quelque peu intime, me forçant alors à avouer une préférence pour une position plutôt qu’une autre. Je ne veux pas entrer dans l’aveu indélicat. Sachez cependant qu’en mécréant indécrottable, je me refuse à jouer les missionnaires. Je ne vous en dirai pas plus. L’heure n’est pas venue de tout vous dévoiler !

C’est ainsi que fort de cette perversion, je me suis mis à regarder le cadran d’une autre manière. J’attendais des heures qui me fournissent des pistes de pratiques scabreuses, extrapolations purement virtuelles, rassurez-vous ! « 12 : 34 » eut alors été l’heure idéale pour une partie carrée, pardonnez-moi cette pensée, si elle n’était pas aussi mal commode dans la vie quotidienne. « 02 : 32 » devenant le phantasme d’une aventure à trois.

J’en étais là de ces étranges supputations quand des petits soucis d’homme vieillissant me firent découvrir l’obligation de me lever la nuit. Une fois encore l’affichage numérique vint troubler ce qui n’aurait dû être qu’un banal désagrément transitoire. Les heures nocturnes à 3 chiffres me poussèrent curieusement sur le chemin du calcul, ne cherchez surtout pas à en comprendre la justification.

Je me mis à décomposer le nombre qui était affiché. « 03 :24 » en multiples de 2 et de 3. Mentalement je divisais et dans la minute arrivais au résultat : 2x2x3x3x3x3. Souvent pourtant le décompte était bien plus complexe et me mettait en difficulté. « 03 : 30 » donnant 2x3x5x11 de quoi se mettre le cerveau en ébullition. Dans les deux sens, je ne pouvais me lever car j’attendais pour cela que l’écran affiche un nombre premier ou bien ceux que je me mis à qualifier de seconds.

Je pouvais donc me lever à « 01 : 27 » par exemple ou bien encore à « 02 : 51 ». Plus j’avançais vers le petit matin moins les possibles étaient nombreux. C’est alors que dans mon esprit malade surgirent les nombres seconds, me donnant eux aussi le feu vert pour me vider ma vessie. Ceux là étaient le facteur de deux premiers : « 01 : 41 » pour 11x13, « 03 : 21 » pour 3x107. Vous vous amuserez à votre tour à établir la liste des heures qui s’offrent à moi pour me lever durant la nuit.

Vous savez donc quelles sont mes cogitations nocturnes à moins que soudain, en plein calcul, l’idée d’un texte, d’une chanson ou bien d’un conte ne vienne briser cette mécanique implacable. Il me faut alors oublier séance tenante, l’envie pressante pour construire mentalement un scénario quand il s’agit d’un conte tandis que la chanson provoque l’obligation de me lever. Des nuits infernales en somme pour un pauvre bougre qui n’est au final qu’un insupportable compte heure.

J’espère que vous fermerez les yeux sur cette coupable confidence. Le plus simple étant naturellement que je me couche à « 22 : 22 » pour passer une nuit sereine à la condition naturellement de n’être pas seul à cet instant décisif. Que cela reste entre nous, je compte sur vous !

Confidentiellement vôtre.



46 réactions


  • 12 ;12. Voilà C.N. qui nous avoue sa névrose obsessionnelle. Mais nous étions déjà au courant (hum, le mot est mal choisi,...). Courage Nabum. Mais vos billets quotidien sont au RDV. 


  • Les synchronicités sont réelles et ont été analysées. Pour Jung elles ont un sens. Soit de nous remettre devant un problème ou un blocage psychologiques irrésolu (karma). Soit dans le cas positif, de nous ouvrir une porte vers une amélioration de notre vie. Mais certainement pas de se prendre la tête dans des problèmes de cul, générant l’inverse de de qui est souhaité (ou plutôt craint). Cela me rappelle mes ancêtres qui faisaient deux « avés » avant de procréer,...



    Dit autrement : la névrose obsessionnelle est une prison. Alors que la synchronicité a pour objectif de nous ouvrir à l’autre et à la création.


  • Alavavite Alavavite 11 octobre 12:51
    question à l’auteur..
    .
    Qu’est-ce qui vous plait dans ce texte ?
    Qu’est-ce qui vous pousse à en souhaiter la publication... ?
    ...
    Ne venez pas nous parler de notre haine ou de notre je ne sais quoi...
    Qu’y trouvez vous de particulièrement original ou de bien écrit ?
    .
    Et pour cette unique fois ne bottez pas en touche.

  • nono le simplet nono le simplet 11 octobre 13:13
    loooooooool
    me levant la nuit entre 2h et 3h et pendant une bonne heure, la plupart du temps et ce, depuis des années, je vais bien sûr au plus pressé mais je bois un café et je baguenaude sur mon ordi avant de me recoucher ...
    j’avoue n’avoir jamais analysé les chiffres dans leur intégralité ... moins de 2.— je me rendors ou je me lève dans le noir pour satisfaire les raisons de mon réveil ... plus de 3.—, je sais pas, c’est si rare ...
    je me demande comment ça va se passer cette nuit après la lecture de ton texte ... une chose est sûre, je penserai à toi smiley)

  • juluch juluch 11 octobre 13:21

    lol !!


    On sait tous de vous à présent...quand je verrai 22H22 je saurai que le bonimenteur est à ce moment là aux abonnés absents !  smiley



  • Il y a toujours une certaine logique dans les billets de Nabum. Comme le train-rébus de notre enfance. Hier, il était question de secret, de secréter, de sécrétions. dit autrement : va-t-il enfin lâcher le morceau ? (le corbeau et le renard). Nabum joue de l’effeuillage et du strip-tease en tenant en haleine. comme la maman qui attend que son enfant fasse enfin le trésor tant attendu sur le pot. Et alors, et alors. https://www.youtube.com/watch?v=WDTIjOWKG-4 Zorro est arrivé,...


  • Heureusement, les hystrioniques sont moins coincées du cul et parlent à sa place,....


    • Sergio Sergio 11 octobre 14:00

      @Sergio


      Plus de tueries ni d’hommes que l’on fusille, si lon pouvait arrêter les aiguilles ...

    • Sergio Sergio 11 octobre 14:19

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      Chaque génération a ses références, mais tout le monde parle du temps de son point d’observation et peut être au delà, de votre point de vue ... 

      Je ne vous envoie par le raccourci d’ « Avec le temps » d’un certain Léo ... c’est inutile

    • @Sergio


      Je pense que vous êtes récent sur Agora. Car nombreux sont ceux qui connaissent mes synchronicités. J’ai même vécu avec un juif-polonais (12 ans) né au même moment que mourait Hitler. Et j’ai une centaine de dates comme celles-là dans ma vie,...C’est une des raisons de ma présence sur Agora. Pour en démontrer l’existence. Mais chez Nabum cela ressemble plus à un coupage de cheveux en quatre sans possibilité d’épanouissement (lire Jung sur le sujet).

    • Yanleroc Yanleroc 11 octobre 14:42

      @Mélusine ou la Robe de Saphir, vous venez donc sur Avox pour vous épanouir...

      Je m’ épanouis
      tu t’ épanouis
      elle s’ épanouit.....

    • @Yanleroc

      Sur le Billet de Rosemar d’hier, j’ai exprimé ce que je pensais du bonheur et du malheur. Agora est une mine de renseignements. Chacun entend ce qu’il veut par épanouissement. Perso, c’est quand j’enrichis mes connaissance sur l’humain. la civilisation, le monde et la manière de l’améliorer (quand c’est possible, ou au moins atténuer la catastrophe annoncée). que je m’épanouis. Rien à voir avec le billet de Nabum qui ne s’adresse qu’à sa propre névrose. Notez, c’est intéressant. un peu comme quand on a pas d’idée avant de dessiner ou peindre. on fait un tour sur soi-même, on s’arrête sur un objet et on imagine quelque chose autour. C’est ce que je fais avec les billets de Nabum. Je brode à partir de ses extravagances,.... Parfois cela donne des choses intéressantes (surtout pour mon bouquin).

    • Yanleroc Yanleroc 11 octobre 15:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir. magnifique, continuez de vous épanouir si ça vous rajeunit..

      moi je lis pas mal de choses qui me font vieillir ..moralement parlant, s’entend...quoique..ça motive aussi !
      «  Je brode à partir de ses extravagances,... » vous êtes également une grande brodeuse, Macron n’ aurait qu’ à bien se tenir..
      Un bouquiiinn ?..

    • @Yanleroc


      Je suis juste un peu gênée par ce qui est le fond de ma pensée et tente dans mon livre (contrairement à celui de Nabum que j’ai lu et dans lequel j’ai retrouvé de nombreuses synchronicités qu’il est le seul à connaître) d’offrir un autre TESTAMENT au futur,....LA LIBRE.
      Paul Schrader : « On a tout foutu en l’air. C’est notre cadeau aux générations futures... »

    • JC_Lavau JC_Lavau 12 octobre 00:33

      @Mélusine ou la Robe de Saphir. Et elle prétend rien moins que de ne pas être folle...


  • Mr DOUDOU meslier 11 octobre 14:00

    Mes amis , il faudrait diviser la journée en 30 heures de 48 mn pour avoir plus de temps libre ! Que pensez-vous de cela ?


  • 2222, me rapellerait plutôt quelques pratiques catharistes. 


  • Le Coming Out Day ou Journée du coming out a lieu tous les ans le 11 octobre en Amérique du Nord ainsi que dans certains pays d’Europe. À cette occasion, gays, lesbiennes et personnes « queers » sont appelés à se montrer publiquement.


  • Tiens, mon commentaire était le 22ème ;


  • Mon livre sera plutôt un CONTE à rebours,.... du sien,....


  • Hérésie d’ORLEANS : Noêl (22 ????) 1022.


  • C’est trop d"honneur Vador. Mieux vaut mille fois être détesté qu’ignoré. Nabum en sait quelque chose puisqu’il a le plaisir de répéter partout que le bûcher l’attend à Orléans en 2022.


  • Inscrit uniquement pour me descendre. Vous n’auriez pas quelques accointance avec le KKK. ? 


  • Les femmes de certains devraient me remercier. Grâce à moi, elles ne seront pas rouées de coup ce soir. et moi, c’est couscous. Allez les mecs, tapez dur cette fois. 


  • bébert 11 octobre 20:02

    L’auteur étant devenu un vieux beauf , nous fait part de ses fantasmes tardifs , alors que son horloge biologique est à 6H30 , et la Mélu qui se pâme et s’autoflagelle , pauvre petite chose insignifiante. Vous m’en faites un beau de duo , tous les deux .


  • BM 12 octobre 12:03
    Pan ! dans le mille...

    Expérience vécue et très très étonnante.

    Des réveils avec un nombre récurent affiché sur le réveil.

    J’ai pensé un moment à mon horloge interne parfaitement réglée qui me faisait me réveiller au même moment toutes les nuits...

    Pas suffisant comme explication, car des évènements très ponctuels et aléatoires m’imposaient souvent ce même nombre dans la vie courante et de plus, pour les réveils nocturnes, je me réveillais aussi avec des minutes de mon nombre mais à des heures différentes.

    Je me suis alors demandé si ce nombre, qui avait une signification claire pour moi, n’aiguisait pas mon attention et ma sensibilité et donc éveillait mon « conscient » sur la présence de ce nombre, ignorant les autres affichages.
    En effet notre façon de voir les choses est assez complexe et, à notre insu, nous balayons en permanence notre environnement, l’inconscient réveillant notre partie consciente quand le sujet représente un intérêt prédéfini.

    Et bien, ce n’est pas suffisant encore car des faits isolés et ponctuels m’imposaient encore ce nombre.

    Difficile de faire une étude statistique ; enfin, je n’ai pas trouvé le moyen face aux situations tellement grandes et différentes.

    Pour le réveil, c’était facile de voir combien chaque chiffre peut apparaître sur l’écran et je voyais rapidement que le chiffre des heures ne pouvait jamais être 3,4,5...9, de même les dizaines de minutes étaient limitées à 1,2,3,4,5.
    Mon nombre avait beaucoup plus de chances d’ apparaître dans ces conditions là.

    Cela n’explique pas le grand nombre de situations « hors réveil » ou ce nombre m’apparaissait.

    La valeur 3h14 m’est aussi apparue et aussi la 22h22 , mais bien moins souvent.

    Une visite chez Google m’a montré que ce phénomène n’était pas rare et souvent décrit .

    Je n’ai plus ces réveils et ces « sensibilisations » depuis pas mal de temps, je ne peux plus analyser les conditions de ce phénomène et chercher une raison.

    Bizarre non ?


    • @BM

      je ne vois que l’inconscient collectif auquel certains sont plus sensibles que d’autres. Les nombres clés : 11-22-33. Pourquoi le 11 et le sept m’ont-ils toujours accompagnés partout ???? 

Réagir