lundi 5 avril - par Sylvain Rakotoarison

Momies : la nouvelle malédiction des pharaons ?

« J’ai découvert que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. » (Blaise Pascal, posthume, 1670).

Ce n’était pourtant pas un poisson d’avril, ce n’était pas non plus une manifestation de Pâques malgré la date parce que c’était en terre musulmane, quoiqu’on puisse imaginer là un avatar innovant de la Résurrection, mais cela a eu de quoi surprendre.

Effectivement, le samedi 3 avril 2021 a eu lieu dans la soirée au Caire, à 18 heures (heure de Paris), pendant une quarantaine de minutes, un très étrange convoi funéraire : vingt-deux pharaons, dont quatre reines (les autres étaient des hommes), ont paradé en grandes pompes dans la capitale égyptienne pour rejoindre leur dernière demeure. Ou plutôt, leur nouvelle demeure car depuis deux siècles, ces malheureuses personnalités ont été ballottées au gré des ego et des impératifs culturels et politiques.

Ce sinistre défilé, car il s’agit bien d’un sinistre défilé, puisqu’il s’agit d’un transfert de cadavres, des momies découvertes dans la Vallée des Rois, près de Louxor (à la rive gauche du Nil), avait l’objectif de déménager une salle de l’ancien Musée du Caire, place Tahrir, dans le Musée national de la civilisation égyptienne (NMEC), situé près des pyramides, prés aussi du nouveau Grand Musée égyptien (GEM), au Plateau de Gizeh (il doit ouvrir au public au milieu du mois d’avril 2021). Parmi les monarques en déplacement, on peut citer les plus connus du grand public, c’est-à-dire le pharaon Ramsès II et la reine Hatshepsout.

À titre personnel, je trouve assez odieuse cette idée de vouloir exposer des momies, idée qui date d’il y a plus d’un siècle et demi et qui vaut de mettre à la vue du public des cadavres asséchés qui mériteraient de bénéficier du même respect, tout pharaons qu’ils fussent, que n’importe qui. C’est un truc à vouloir se faire incinérer.

Cette parade d’un fort mauvais goût (les vingt-deux chars étaient décorés selon ce qu’on pourrait imaginer de "l’époque") a été organisée par l’égyptologue égocentré Zahi Hawass, fort sympathique au demeurant, mais dont les connaisseurs savent qu’il a assuré la préemption de toute découverte archéologique sur sol égyptien à ses propres fins "commerciales".

_yartiEgypte2021A03

Celui qui fut nommé très éphémèrement Ministre des Antiquités égyptiennes dans le gouvernement égyptien quelques jours avant la fin de l’ère moubarakienne et quelques jours après le début de la Révolution égyptienne (il y a dix ans) avait été le très influent patron du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes de 2002 à 2011. Cette noble institution fondée par l’égyptologue français Mariette en 1858, a été dissoute en 2011 et remplacée par un ministère. Il est difficile de trouver des documentaires télévisés sur les découvertes archéologiques égyptiennes récentes sans y voir incrustée l’image de Zahi Hawass qui en a fait une affaire personnelle. On soutiendra cependant son combat pour préserver le patrimoine égyptien voire rapatrier certains monuments qui ont quitté l’Égypte depuis deux siècles (du moins, ceux qui ne furent pas offerts par le peuple égyptien mais plutôt "empruntés" par des archéologues cleptomanes).

S’il faut saluer le fait que ces vingt-deux momies seront accueillies dans un meilleur environnement technique (contrôle de l’humidité, de température, etc.) destiné à leur meilleure conservation, avoir fait de leur transfert une opération de communication politique à visée nationaliste (événement diffusé en direct à la télévision) n’est pas forcément le résultat d’une très bonne inspiration.

À cette occasion, Zahi Hawass a déclaré à l’AFP : « Les momies seront présentées pour la première fois d’une belle façon, à des fins éducatives. Pas pour le sensationnalisme. ». Et pourtant, exposer des cadavres restera avant tout du sensationnalisme. Au contraire de la précédente exposition, chaque momie sera exposée à côté de son sarcophage d’origine, de sa biographie et, le cas échéant, des scanners qui auraient été réalisés dans le passé. Dans l’ancien musée, ces momies avaient été placées sans aucune information les concernant. Mais cette sobriété était-elle vraiment plus du sensationnalisme que la nouvelle exposition ? La nouvelle présentation donnerait plutôt l’idée qu’un corps reste seulement une "chose", objet d’étude, et pas un "résidu" d’humain qui mériterait le respect, aussi ancien soit-il.

Les vingt-deux momies ne sont donc pas transférées au GEM mais au NMEC, car le GEM, qui reprendra toutes les collections de l’ancien Musée du Caire, est surtout consacré au (jeune) pharaon Toutankhamon, très célèbre, que l’archéologue britannique Howard Carter a découvert le 4 novembre 1922 dans son tombeau d’origine, jamais encore violé. Pendant les travaux, une partie des trésors de sa tombe a été exposée à l’étranger, en particulier à la Grande Halle de la Villette à Paris il y a deux ans (j’ai eu la chance d’y aller), exposition itinérante mondiale qui a été bousculée par la crise sanitaire en 2020. Pas question de mettre les vingt-deux momies au GEM, selon Zahi Hawass : « Le GEM a le roi Toutankhamon, la star. Si vous ne mettez pas de momies au NMEC, personne ne va y aller ! ». L’explication a l’avantage d’être franche et directe.

Publicité

_yartiEgypte2021A02

Mais mauvaise inspiration que ce défilé en grandes pompes, car cette cérémonie qui avait la volonté de redorer (c’est le cas de le dire) le blason du tourisme égyptien, particulièrement en berne depuis dix ans, ne va peut-être pas améliorer l’image du pays. En effet, de nombreuses catastrophes sont survenues peu avant ce défilé mégalomaniaque, et ont conduit beaucoup d’Égyptiens à y voir une nouvelle version de la fameuse malédiction des pharaons.

Bien sûr, c’est de la superstition (je n’y ai jamais cru et je n’y crois pas plus aujourd’hui, corrélation n’a jamais été causalité), mais qu’on regarde cette accumulation de malheurs dont a été victime l’Égypte cette semaine.

D’abord, il y a eu du 23 au 29 mars 2021 ce fameux blocage du Canal de Suez par un paquebot qui a fait attendre des centaines de navires au point de provoquer un mini-choc pétrolier (et un choc complotiste sur Hillary Clinton !). Cet incident, qui a été heureusement entièrement résorbé ce week-end, a cependant donné de grandes frayeurs internationales.

Mais il est des catastrophes plus coûteuses en vies humaines. En effet, le 26 mars 2021 a eu lieu un accident ferroviaire de grande ampleur (une collision frontale entre deux trains sur une voie unique) à 350 kilomètres au sud du Caire qui a coûté la vie à 32 voyageurs. Le 27 mars 2021 au matin, un immeuble résidentiel de dix étages, à l’est du Caire, dans un quartier populaire, s’est effondré (probablement en raison de sa vétusté) et a tué au moins 25 personnes. Le même jour, 28 mars 2021, un incendie a ravagé des boutiques désaffectées près de la gare de Zagazig, à 80 kilomètres au nord du Caire, heureusement sans faire de victimes.

Toutes ces catastrophes ont contribué à renforcer l’idée d’une malédiction des pharaons, mais il faut se rappeler que, à l’origine, il s’agissait de la malédiction "du" pharaon, à savoir de Toutankhamon, qui aurait tué tous ceux qui ont approché son tombeau. Mais pourquoi en voudrait-il à ses sujets 3 347 ans après sa mort prématurée ? À cette veille de Pâques 2021, Toutankhamon devait au contraire être content : il ne sera pas dérangé par ses prédécesseurs et ses successeurs, puisqu’ils habitent désormais dans une annexe de son prestigieux nouveau palais !… Le voilà confirmé comme le véritable maître d’Égypte !…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (03 avril 2021)
http://www.rakotoarison.eu



Pour aller plus loin :
Momies : la nouvelle malédiction des pharaons ?
Publicité

Toutankhamon.
Le buste de la reine Néfertiti.
Mort du Raïs.
Anouar El-Sadate.
Sœur Emmanuelle : respecter et aimer.
Les Accords de Camp David.
Et Moubarak, que devient-il ?
Sissi imperator.
Gamal Abdel Nasser.
Abdel Fattah Al-Sissi et Mohamed Morsi.
Marine Le Pen en Égypte.
Les révolutions arabes de 2011.
Entre vert moutarde et vert croissant.
Et si l’on écoutait Michel Rocard ?
Moubarak démissionne.
L’obélisque de la Concorde.
Transition égyptienne : entre colère et raison.
L’Égypte, fin janvier 2011.
Une autre victime au Caire le 22 février 2009.

_yartiEgypte2021A04
 



30 réactions


  • Laconique Laconique 5 avril 12:09

    « Ce sinistre défilé, car il s’agit bien d’un sinistre défilé, puisqu’il s’agit d’un transfert de cadavres. »

     « À titre personnel, je trouve assez odieuse cette idée de vouloir exposer des momies. »

    « Cette parade d’un fort mauvais goût. »

    Jesus man ! Voilà un aveu éhonté de suprémacisme culturel. Cela me surprend de votre part. Qu’est-ce qu’il vous arrive ? 


  • Attila Attila 5 avril 13:03

    Ils ont oublié la 23 ième, le pharaon Rakoto Premier. Faut dire que sa momie est dans un tel état de décomposition qu’il avait été mis à part.

    .


  • phan 5 avril 13:07

    Article toujours con comme un balai :

    « ...un très étrange convoi funéraire : vingt-deux pharaons, dont quatre reines (les autres étaient des hommes),... »

    D’abord la notion de pharaon n’existe que dans la Bible, les Egyptiens font ce qu’ils veulent chez eux, comme les Malgaches fêtent chaque année le Famadihana ou retournement des morts : Des grands festins de trois jours, voire plus, sont organisés en leur faveur.
    Comme au Mexique, la Fête des Morts ou Día de Muertos est une fête nationale qui existe et subsiste depuis plus de 3000 ans.
    Ca va être dur pour Rakoto de faire une nécro pour 22 Egyptiens célèbres, lui qui aime faire du Photoshop sur les célébrités sauf pour Jésus sur la croix, honore les héros qui sont rapatriés et enterrés aux Invalides, le transfert au Panthéon des grands personnages ayant marqué l’Histoire de France.


  • karim 6 avril 08:33

     Comment expliquer que Dieu nous ait informé que le corps de pharaon serait exposé à notre vue, et cela, 1400 ans avant la découverte des momies d’Egypte.

     

    « Et Nous fîmes traverser la mer aux enfants d’Israël. Pharaon et ses armées les poursuivirent avec acharnement et inimitié. Puis quand la noyade l’eut atteint, il dit : « je crois qu’il n’y a d’autre divinité que Celui en qui ont cru les enfants d’Israël et je suis du nombre des soumis ». (90) (Allah dit) : Maintenant ? Alors qu’auparavant tu as désobéi et que tu as été du nombre des corrupteurs. (91) « Nous allons aujourd’hui épargner ton corps, afin que tu devienne un signe pour tes successeurs. Cependant, beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à nos signes. » (Coran :Jonas : 91).

     

    La visite des ces momies devraient réveiller des réflexions salutaires pour les Hommes, malheureusement ,« beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à nos signes. » 


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 15:48

      @karim
      « beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à nos signes. » 
      Exact. Tout le monde s’en fout. Il n’y a que quelques contemporains et beaucoup de suivants qui n’ont rien compris, qui réhabilitent.


  • zygzornifle zygzornifle 6 avril 09:08

    Nous vivons la malédiction du « phare a cons Tout en Macron » depuis 3 ans et en 2022 cela risque de continuer pour 4 ans encorde plus .....


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 15:42

      @zygzornifle,
       Désolé, mais chez vous, tout se retourne sur la vision de Macron.
       C’est une maladie marconienne, ou je me trompe ? smiley 
       Abdel Fattah al-Sissi va très mal l’accepter...
        


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 17:33

      Putain de Réflexions du Miroir, cela s’appelle la « macronite aigue ».
      Les remèdes sont très spécifiques : une cure de voyages, une fois que les voyages pourront se faire en Egypte en se promenant en bateau sur le Nil.
      On récupère très vite de ses spasmes... 
      Malheureusement, avec les restrictions de dix kilomètres cela devrait augmenter les spasmes.
       smiley


  • ETTORE ETTORE 6 avril 11:22

    Mais quelle malédiction, Rakoto ?

    Des barques solaires, voyageant de...NUIT, sans aucun souffle de khamsin, aucune n’as crevé un ...pneu !

    Puis c’est culturel, la fête de Pâques célèbre la sortie d’Egypte, des Juifs....

    Alors, disons que ces pharaons, momifiés dans l’histoire, semblent se lancer à leur poursuite.

    Par contre je n’y ai pas vu la merveilleuse Elisabeth ?

    Peut être que my Tailor, n’est plus rich... ?

    Allez, Rakoto, remettez vos bandelettes, refermez votre sarcoPAGE.

    Vous avez le wifi dedans, non ? Bon, ben, alors ? L’éternité vous paraîtras bien courte !

    Râââââ^ ! Quel bonheur !


  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 14:35

    Bonjour Sylvain,

     J’ai vu par deux fois, en 97 et 99, ces momies une fois à Louxor, une fois au Musée du Caire.

     Elles ne m’ont pas laissé un souvenir mémorable et existantiel.

     Je reprendrai votre billet dans mon prochain qui ne parlera pas de cette période de l’histoire mais d’une autre qui se termine en queue de boudin philosophique avec une renommée d’un homme posthume.

     Comme quoi, tout n’est que cycle concentrique dans ce monde ou dans celui de l’au-delà. smiley


  • Pour un Dieu qui était sensé être et rester caché Amon est l’une des principales divinités du panthéon égyptien, dieu de Thèbes. Son nom Imen, « le Caché » ou « l’Inconnaissable », traduit l’impossibilité de connaître sa « vraie » forme, car il se révèle sous de nombreux aspects. Il est Imen achâ renou, « Amon aux noms multiples ».

    Vers -1350. Akhénaton défie les prêtres d’Amon
    Dimitri Laboury

    Hors-série N° 12 - Novembre - décembre 2010


    Imposant le culte exclusif du dieu solaire Aton, Akhénaton initia une réforme religieuse majeure… Quels étaient ses objectifs  ?

    Au regard de l’époque contemporaine, le pharaon Amenhotep IV, qui changea son nom en Akhénaton, passe pour le fondateur du premier monothéisme de l’histoire de l’humanité. C’est en effet à ce titre qu’il est célébré et médiatisé depuis le début du XXe siècle par de nombreux intellectuels, tels Sigmund Freud, Philip Glass, Agatha Christie, Thomas Mann, Naguib Mahfouz, Albert Jacquard, et bien d’autres. Ainsi érigé en héros de notre culture moderne, le royal zélateur du dieu Aton s’est vu attribuer la paternité de presque tous les grands mouvements idéologiques de notre temps, et, en particulier, bien sûr, celle des religions du Livre. Ce phénomène, que l’on n’a pas hésité à qualifier d’«  hallucination culturelle (1)  », relève avant tout, on l’aura compris, d’une projection de nos valeurs occidentales et contemporaines sur un personnage qui vécut voici près de trente-cinq siècles.

    Mais en dépit de ces innombrables réinterprétations modernes, Akhénaton est, à la différence de nombre d’autres fondateurs de religion, un personnage de l’histoire et non de la mémoire, pour reprendre l’heureuse expression de Jan Assmann (2). En effet, contrairement à ce que l’on observe pour Moïse, Jésus ou Mohammed, notre seule et unique source de connaissance de sa véritable histoire n’est pas ce que la mémoire collective a voulu en retenir – d’autant qu’il fut jeté dans les oubliettes de l’histoire officielle par ses successeurs –, mais bien les documents contemporains de son existence, qui nous permettent d’aborder les intentions authentiques de ce réformateur religieux.

    Une autre particularité de la nouvelle religion prônée par Akhénaton est qu’elle émane d’un roi, à la tête d’un véritable empire  : celui de l’Égypte au sommet de sa puissance. Il avait donc – déjà – le pouvoir et les moyens de ses ambitions. En outre, la dimension politique de sa réforme est inévitable et ne saurait être négligée.

     



    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 15:34

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       Ce samedi, excellent documentaire sur France5, sur la période qui a suivi Pepi II et qui a mis fin de l’Ancien empire par une période sombre.


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 16:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       J’ai plusieurs livres qui relatent l’histoire d’Egypte.
       A une certaine époque, je pouvais me rappeler des noms de pharaons avec leurs spécialités ou spécifications.
       Akhénaton a été un pharaon assez spécial, Physiquement, si l’on rappelle de sa statue au Musée du Louvre avec de l’embonpoint. 
       Sa mort est assez mystérieuse dans la nécropole d’Amarna.  
       Sa tombe fouillée par Carter en 1892 pour le compte de l’Egyptian Exploration Society ensuite par le Service des Antiquités égyptiennes.. 
       Les restes du sarcophage externe du roi ainsi que de son coffre à canopes et de nombreux fragments d’ouchebtis au nom du roi ont été retrouvés.


  • L’équilibre cosmique

    Dans l’ancienne Égypte, la distinction – si moderne et occidentale – entre pouvoir politique et religion n’a jamais eu aucun sens. La culture pharaonique naquit d’ailleurs, au sortir de la préhistoire (durant la seconde moitié du ive millénaire avant notre ère), de l’émergence conjointe de sa royauté et de sa religion. L’une et l’autre sont parfaitement indissociables. Elles structurent la vision égyptienne du monde. Toute religion constitue un système explicatif du monde qui – comme tous les autres systèmes explicatifs du monde (y compris la science elle-même) – fait intervenir des forces qui s’exercent sur le réel et avec lesquelles il est possible d’interagir pour infléchir le cours naturel des événements. Pour les anciens Égyptiens, la relation avec ces forces surnaturelles – c’est-à-dire, dans le cas présent, avec les dieux – nécessite des capacités particulières  ; elle est l’apanage du souverain, qui accomplit une fonction divine sur Terre et garantit ainsi l’équilibre cosmique, auquel concourent dieux et hommes. La relation au divin est donc fondamentalement monopolisée par Pharaon, seul intermédiaire autorisé entre la collectivité humaine et le monde de l’au-delà. Et ce même si, dans la pratique, le roi doit se faire aider par des délégués – tels les prêtres – qui permettent d’assurer le culte et l’interface avec les divinités chaque jour à travers toute l’Égypte.

    Ce système, qui puise ses racines dans la préhistoire de la civilisation pharaonique, va connaître quelques modifications significatives à partir du milieu du iie millénaire avant notre ère, avec l’avènement du Nouvel Empire (de - 1550 à - 1080). Pour la première fois de son histoire, suite à diverses occupations étrangères, l’Égypte fonde un véritable empire, qui s’étend de la quatrième cataracte du Nil, en Nubie, à l’actuelle frontière syro-turque. Fort de cette suprématie, l’Égyptien en vient à penser son rapport au monde différemment et cherche désormais à contrôler sa destinée, à titre collectif, mais aussi à titre individuel. Apparaît alors une nouvelle forme de religiosité populaire, qui se manifeste par le développement sans précédent de moyens d’interaction personnelle avec le divin et les forces de l’au-delà (magie, oracles publics…), permettant au fidèle de faire appel à une ou plusieurs divinités secourables, selon ses besoins ou ses souhaits.


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 15:38

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Avènement du Nouvel Empire (de - 1550 à - 1080), avec la reconquête des deux parties d’Égypte par Menthouotep. 


    • @Réflexions du Miroir
       merci. Pour le moment j’étudie surtout ce qui s’est passé à l’AN 4000 avant Jésus...Christ. Notre époque actuelle étant considérée comme le quatrième âge (ou plutôt ère de l’humanité. OR, ARGENT, BRONZE et FER...Chaque ère étant de 2160 ans. Donc  4000 devait être l’ère du Taureau. TAU ou croix de ANKH. La plus ancienne connue est l’ère du Lion entre 11000 et 8000 ans avant J.C. L’ère du Lion marque l’arrêt de la dernière glaciation, qui entraîne un réchauffement climatique. De ce fait, elle subit le Déluge. Elle coïncide avec le Mésolithique, dont la fin traduit le passage d’une société nomade de chasseurs-cueilleurs à une économie sédentaire d’agriculteurs-éleveurs. Au Proche-Orient, l’âge de la « pierre polie » ou Néolithique, qui succède au Mésolithique, débute vers 9000 av. J.-C. ere de la royauté et de l’aristocratie (liée à la tribu de Juda). Suit l’ère du cancer. Sédentarité


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 16:10

      Je précise : Menthouotep II qui fit la réunification des Deux-Terres alors que les petits chefs, les gouverneurs de provinces, appelés monarques, renforçaient à le leur propre gloire.et qu’ils ont été obligés de l’avoir légitimé roi à Menphis en témoignage de leur allégeance et que le vizir Amenemhat Ier ait eu à le faire après des luttes intérieures. Il a été assassiné dans son sommeil lors de la conjuration du Harem.
      Pour remercier ses soldats, Menthouotep les a enterrés sous son temple   


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 16:19

      ... à Deir el-Bahari, dont il ne subsite quasiment rien, sinon quelques moreaux de colonnes.
      Sa statue assis a été trouvée dans un tombeau d’Osiris avec le visage et le corp peints en noir noir, couleur du dieu des morts mais avec un manteau blanc de fête-sed et la barbe divine et la couronne rouge de Basse-Egypte ;
      Une preuve de plus que tout est symbole.... 


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 16:26

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

       Bien d’accord. On trouvera certainement beaucoup de choses sous le sable du désert qui conservent très bien, bien avant les pyramides. Les mastabas ne sont qu’une étape.
       
       L’égyptologie est une de mes passions depuis mes voyages sur place.
       La sédentarité, l’ère du cancer.
       Si vous ne le remarquez pas, on est en passe de la retrouver confinée.

       Ere de l’humanité, en effet. Mais de quelle humanité doit-on parler ?


  • En 1939, Sigmund Freud s’intéresse au pharaon dans L’homme Moïse et la religion monothéiste2, mais même ses disciples préfèrent classer dans le genre romanesque ou ésotérique3,4 cet ouvrage à la rédaction duquel il travailla longtemps (débuté vers 1910 et publié à sa mort). Dans cet ouvrage, Freud soutient que le culte d’Aton serait à l’origine du judaïsme qui lui emprunterait beaucoup de ses concepts et qui aurait vu le jour dans la population juive d’Égypte moins d’un siècle plus tard, ce qui est chronologiquement incohérent. À la suite de Freud, on a longtemps voulu y puiser l’origine du monothéisme biblique, ce qui est contesté par les historiens actuels5 : le monothéisme juif n’apparaît que huit siècles plus tard et ne revêt sa forme exclusive actuelle qu’au cours du vie siècle6, au retour du peuple juif de l’exil à Babylone7 La croix de AtOn était la Croix ansée et TAU. AMON FILS D’ATON....


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 15:54

      @Mélusine ou la Robe de Saphir

      Le culte d’Aton n’a pas fait long feu.
      Son fils Touankhaton a été remis au pas par les prêtres qui se retrouvaient sans emploi avec son père.

      Bien plus fort que Freud, précurseur de la psychanalyse, Qui est-ce ?


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 avril 15:59

    Après le sujet est le nouveau grand musée... Un bien ou un mal , c’est dans l’air du temps ces grandes concentrations , voir le Louvres Lens .



  • Le Taureau : LE VEAU D’OR : aux allentours de -4000 avant Jésus Christ. On passe un cap : celui de la préhistoiretpour ren

    piritualité[modifier | modife]


    taureau céleste
     en Mésopotamie ;Cette période voit apparaître le culte du taureau :

    Alors que Moïse reçoit les tables de la loi sur le Mont Sinaï, les Hébreux façonnent et adorent un veau d’or. Ce culte traduit un retour sacrilège au paganisme égyptien.

    À cette époque émerge aussi le culte d’une déesse-mère de la fécondité : IshtarIsisVénus.





    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 6 avril 16:48

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

       La trinité chrétienne trouve une origine dans la déification égyptienne par le mythe d’Osiris, Isis et Horus que WIki relate très bien avec son ennemi Seth étant en quelque sorte le diable. Toujours la même idéologie du « bien et du mal » pour garder une authenticité sur la force obligatoire que le(s) dieu(x) terrestres ou non ont sur les hommes avec la mort comme punition divine..

      Le mythe d’Osiris est le récit religieux le plus élaboré et influent de la mythologie des Anciens Égyptiens. Il relate l’assassinat d’Osiris ainsi que ses conséquences politiques. Fils aîné de Geb et de Nout, Osiris règne sur le pays avec Isis, sa sœur et son épouse. Inventeur de l’agriculture et de la religion, son règne est bienfaisant et civilisateur. Sa vie prend tragiquement fin quand il meurt assassiné sous les coups de Seth, son frère cadet. Le meurtrier usurpe le trône et pendant ce temps, Isis restaure le corps démembré de son mari en le momifiant. Le martyre d’Osiris lui vaut de gagner le monde de l’Au-delà dont il devient le souverain et le garant suprême des lois de la Maât. Dans son nouveau royaume, son autorité s’appuie sur une armée de démons capable de gagner le monde terrestre et d’infliger des épidémies mortelles.

      La suite du récit se concentre sur le personnage d’Horus, né de l’union posthume d’Isis avec Osiris. Le jeune dieu est d’abord un enfant vulnérable protégé par sa mère. Par la suite, adolescent, il est le rival de Seth pour le trône. Le conflit, souvent très violent, se termine par le triomphe d’Horus. En rétablissant l’ordre dynastique après le règne injuste de Seth, l’intronisation d’Horus parachève le processus de la résurrection d’Osiris. Le mythe, avec son symbolisme complexe, justifie les conceptions égyptiennes de la royauté et de la succession. Il permet aussi d’appréhender le conflit entre l’ordre et le désordre, entre la vie et la mort.


  • Bélier lle fer : période de guerres : .

    L’ère du Bélier voir émerger l’âge du ferg vers 1100 av. J.-C. dans le monde méditerranéen. Elle marque une période sanglante.

    Des envahisseurs indo-européens, les Hittites, déferlent de l’Asie vers le Proche-Orient, la Méditerranée et l’Occident. Des guerres opposent les cités grecques et entraînent la destruction de TroieNabuchodonosor II et Alexandre le Grand conquièrent des empires. Une nouvelle division sépare la Haute et la Basse-ÉgypteRome combat les Étrusques, les Samnites, la Gaule et Carthage.


  • Les Poissons sont un signe d’eau et un signe mutable.

    Ils sont régis par Jupiter, garant de la cohésion sociale, et par Neptune, principe de mysticisme. Fermant le zodiaque, ils annoncent la fin des temps. Soucieux de charité, ils aspirent à l’amour universel et s’ouvrent sur l’infini. En mauvaise part, leur idéalisme et leur refus des limites entraînent confusion et dissolution.



    .

  • L’ère des Poissons est empreinte de foi collective, religieuse comme politique. Les Poissons sont un signe double. Placés l’un en haut et l’autre en bas, ils nagent en sens inverse mais un fil les relie. Cette association d’aspirations contradictoires traduit une multiplicité d’idéologies. Elle comporte aussi un risque de confusion, voire d’inversion des valeursh liée au fondamentalisme.

    Marquée par la révolution industrielle, la fin de l’ère des Poissons connaît une inquiétante pollution de l’environnement qui menace jusqu’à leur élément naturel, l’eau des fonds marins.

    Spiritualité[modifier | modifier le code]

    Pour la plupart des auteurs, l’ère des Poissons commence à l’avènement du Christianisme. Les Poissons sont un signe double. Cette dualité se traduit par l’instauration d’Églises schismatiquesorthodoxe puis protestante.

    L’ère des Poissons voit aussi apparaître et se répandre l’Islam.

    Quelle que soit la croyance, la prépondérance du dogme et le prosélytis

    Marquée par la révolution industrielle, la fin de l’ère des Poissons connaît une inquiétante pollution de l’environnement qui menace jusqu’à leur élément naturel, l’eau des fonds marins.


Réagir