mardi 2 juin - par Mervis Nocteau

L’Argent, la monnaie, le blé, l’or, le flouze - in Friedrich Jünger, la Perfection de la technique

 

Friedrich G. Jünger, la Perfection de la technique, p.237-238 : « Les débuts du système monétaire sont obscurs car une suite d'événements rend leur compréhension difficile. On ne peut pas même donner à l'argent une valeur générale car celle-ci repose, à ses débuts, sur son isolement du reste de la circulation. Nous avons pour habitude de considérer d'abord les fonctions de l'argent et de comprendre ses tâches fonctionnelles. Mais si nous réfléchissons à son origine, nous revenons à des représentations contraires aux actuelles. Nous rencontrons un argent qui n'est pas une devise et n'a pas besoin de couverture, ne change pas de cours ni ne circule, ne change même pas de main ; un argent servant de refuge et de trésor immobile, et un propriétaire de trésor soucieux de l'accroître. »

Exactement comme les dragons merveilleux.

« Gerloff (1), qui dans son livre la Naissance de l'argent et les débuts du système monétaire fait un sort à cet "argent-refuge", le définit comme "la première étape de l'évolution monétaire" où l'argent est davantage une fortune qu'une monnaie, et où son usage se voit donc réservé à des circonstances particulières et exceptionnelles. C'est de l'argent somptuaire, pour l'ostentation, le spectacle. »

Et c'est bien parce que l'oncle Picsou de nos BD en est toujours là, qu'il nous est sympathique, contrairement à son ennemi juré Gripsou.

« [Mais] on peut douter que cet argent soit "le plus ancien, le plus originel", et que les phénomènes observés observés chez certaines tribus polynésiennes suffisent à éclairer les débuts du système monétaire. Toutes sortes de traces laissent penser que l'argent thésaurisé est issu d'un argent sacré encore plus ancien, né de la fréquentation et du commerce avec les dieux et les morts, avant de devenir argent-refuge. Quoiqu'il en soit, on ne peut faire dériver l'argent de l'économie d'échange car il est "plus ancien que l'économie d'échange". Gerloff montre aussi la transformation de l'argent-refuge en moyen d'échange et de commerce, argent de barres et en pièces de monnaie. [Mais] il existe de nombreux témoignages de l'origine sacrée de l'argent. En des temps très anciens, nous le rencontrons déjà lié aux secteurs des temples, où les prêtres sont les gardiens de l'argent et des dépôts. Dans l'état actuel des connaissances, le temple tient le premier le rôle de banque, et les prêtres celui des banquiers. On rappellera à cette occasion l'abondance des offrances de grande valeur qui s'amoncelaient dans les temples, notamment les trépieds grecs, ces ustensiles domestiques qui faisaient également office de prix répompensant les lutteurs victorieux, de cadeaux d'honneur et d'objets de culte. Le mythe, qui traite en abondance de vol, d'offrance et de trépied, nous enseigne que ce dernier est un signe de domination, en écho au pouvoir. Le combat le plus acharné pour le gain d'un trépied vit Apollon et Héraclès s'affronter. »

Publicité

Ce qui semble avoir été le cas dans le druidisme européen. En cas de suicide d'honneur rituel par un(e) chef(fe), les druides distribuaient des richesses à son clan (2). On remarquera aussi, l'association symbolique de l'or à la conscience, l'élévation spirituelle, et donc à la royauté et la souveraineté.

« Nous observons ici une chaîne de dissociations permettant d'éclairer les transformations du concept d'argent, ainsi que du nôtre, controversé et changeant. Pour que l'argent deviennent ce qu'il est, on doit se le représenter dissocié de quelque chose, devenant ainsi un tiers élément. Il doit se distinguer pour pour pouvoir être considéré comme une abstraction. »

Ce qui n'était donc pas le cas anciennement, ou moins, et diversement selon les aires.

 

A lire aussi :

Friedrich G. Jünger contre l'industrialisme ;

La technique comme perfection (et emprise) selon Friedrich Georg Jünger.

 

Publicité

_______________

(1) Wilhelm Gerloff, Die Enstehung des Geldes und die Anfänge des Geldwesens, 1940
(2) Jeau-Louis Brunaux, les Religions gauloises, 1996

 




 


12 réactions


  • Comme je l’ai exprimé dans mes précédents commentaires sur le sujet de l’emprise sur l’humain de la technique, il s’agit bien d’une régression, me-version ou père-version. La reproduction à l’identique ou la création originale (authentique). Pourquoi, parce que l’humain aura toujours un conflit à régler avec ses ancêtres. Je ne descend que de moi-même comme les poupées russes qui s’emboîtent l’une dans l’autre. Gérard Mendel : la révolte contre le père. Les uraniens du signe du verseau. Liberté, égalité, fraternité et la mort de Louis XVi en prime opposé au signe en face : Le soleil du lion (le père, l’or-igine ou treize or, le serpentaire). Les Lgbt ne sont-ils pas des uraniens ????. Pourquoi cette révolte ,cette haine de la différence, de l’original ? Parce qu’il s’agit d’une blessure narcissique infligée par le père aux fils qui se sont ligués contre lui. Mieux vaut éradiquer que se confronter, rivaliser en compétence. On est cons, mais égaux,...


  • Après 1789, mai 68 augurait d’une période plus authentique (opposée à la consommation) : retour à l’artisanat, aux belles matières, époques assez riches sur le plan musical et qui ensuite s’est fourvoyée dans le transhumanisme, la technologie à outrance, société du code-barre de la PMA, GPA,...Pourquoi ? Parce que l’humain n’était pas à la hauteur de ses rêves. Plutôt éradiquer que se confronter. Deleuze, Foucault des sophistes qui ont pris la relève. Nous voyons aujourd’hui le résultat.... Heureusement quelques îlots ont préservé leur âme. A eux qui ont traversé ce désert en préservant leur spiritualité et valeurs.


  • Ce sujet m’intéresse à cause de l’album : la transitalique. https://www.lefigaro.fr/bd/dans-asterix-le-coronavirus-existait-deja-et-avancait-masque-20200303. Dans l’album, des images subliminales montrent que nous rentrons dans l’ère du verseau,....Album pour initiés....


  • Laconique Laconique 2 juin 18:03

    The Shining : Kubrick’s gold story
    https://youtu.be/IoWZEwedPkc


  • L’argent comme la technique sont froids. La découverte de la planète Uranus (Verseau) correspond à la découverte des Etats-Unis, la révolution française, et le début de l’industrialisation. Il ne s’agissait pas uniquement de tuer le père mais surtout la mère (Marie Antoinette). Si le verseau est indépendant et créateur, c’est au prix d’un double meurtre, celui de ses origines (sa mère) et sa filiation : son père. en se coupant de ceux-ci il se coupe de son âme : robotique, machine-vampires. Uranus est comme Janus. Le meilleur par sa transgression, le pire par son détachement. Eric berut : Uranus est un peu l’enfant magnifique des astrologues. Merveilleux et prometteur comme Ouranos, le Ciel Etoilé qui laisse tomber ses étincelles de lumière sur la Terre-Mère pour l’arracher à sa stérilité et pour lui offrir les joies de l’enfantement. Avec son concours, toute création surgit et tout ce qui est déjà advenu trouve à se renouveler : l’inconcevable peut se concevoir et l’impensable peut être pensé. A mettre en œuvre une telle puissance d’esprit, le Ciel Etoilé tend à oublier qu’il est issu du ventre de la Terre-Mère qui l’a enfanté par la seule force de son désir. Qu’il a été investi d’une position de Fils-Amant dont la beauté dépend de sa faculté à faire sourire la Terre. Que sa valeur relève de sa capacité à la rendre féconde et, autrement dit, à la satisfaire. Derrière les défenses contre la Mère, les déclarations d’indépendance ou les accès disruptifs, se pourrait-il que la peur de l’aliénation au désir de l’Autre se trouve tapie au secret de l’âme uranienne ? Toute venue au monde donne corps à une étincelle de Ciel Etoilé. Chaq­ue nouveau-né donne à voir ce qu’il y a de plus « près-cieux », mais aussi ce qu’il y a de plus fragile. À partir des fondements de la mythologie d’Ouranos, l’auteur se propose ainsi de reconsidérer le regard que l’on porte sur la planète Uranus en prenant en compte la fragilité qui s’apparie à la splendeur du Ciel Etoilé. En s‘inscrivant dans une démarche d’inspiration jungienne, Eric Berrut propose une recherche dont le propre est de rapporter l’astrologie à ses fondements mythologiques et de l’articuler à la psychanalyse. Actuellement dans le signe chaud et maternel du taureau, il est mis à rude épreuve,....confronté au féminicide.....


Réagir