mardi 5 décembre 2023 - par C’est Nabum

Coup de tabac

 

Une ouverture territoriale…

 

Un village, autrefois ...

 

Nous vivons une époque formidable ! Il n'est pas un jour sans que sorte d'un chapeau agrémenté d'une plume de faisan une nouvelle mesure qui s'inscrit dans une logique qui échappe à l'observateur attentif. Qu'importe puisque le persifleur s'en empare comme si la chose relevait de l’appeau afin de le mettre sur la piste.

Qu'il me soit permis ici de tirer à vue sur ces sommités qui pondent des mesures toutes plus abracadabrantes les unes que les autres. Qui va à la chasse perd sa place, c'est donc ce qui arrive la plupart du temps au service public, sommé de déserter le tissu rural pour venir trouver refuge dans les grandes cités.

Cet exode du petit service de proximité pousse le législateur, conscient de sa faute à donner le change en confiant aux buralistes de menus services pour suppléer à l'absence de la Poste par exemple ou du Trésor Public. La logique peut se concevoir puisque la Française des gueux est comptée dans le même paquet pour poursuivre la ponction fiscale sous une autre forme.

Mais à force de pousser les gogos au grattage, le tirage a réclamé son dû. Comme dans les bureaux de tabac, tirer sur sa clope c'est avant tout participer à une ponction fiscale conséquente, il convenait tout en mettant du plomb dans la tête des fumeurs de trouver un nouveau débouché pour nos braves buralistes qui avouons-le gagnent des clopinettes avec toutes ces prestations fort mal rémunérées.

Ils se sont creusé la tête dans les ministères pour trouver une nouvelle source de revenus et dans le même temps d'ennuis pour ces derniers bastions de la civilisation dans les déserts ruraux. Une tempête dans un crâne se fit autour d'une table ronde pour que des idées fusent de toutes parts : un véritable feu d'artifice des artifices, le bouquet final de la poudre aux yeux.

C'est justement en se faisant toutes ces réflexions - comment lui jeter la pierre ? - que l'un de ces hauts fonctionnaires de la pensée discursive eut une révélation qui circula comme une traînée de poudre dans les ministères. Pour un coup d'essai ce fut un coup de maître, un coup direct au porte-monnaie.

L'homme suggéra que les buralistes vendent des cartouches ! Dans un premier temps, pensant que c'était là une bouteille à l'encre, un geste de désespoir pour tenter de sauver l'espèce en voie de disparition, ces collègues ont songé aux cartouches des imprimantes, mesure indispensable s'il en est pour contrebalancer la disparition du papier dans les administrations.

La confusion sémantique conduit cependant nos doctes représentants à examiner cette piste, à la suivre à la trace en se rendant bien vite compte que ce domaine était trop juteux pour en priver la grande industrie de la bureautique. Cette interprétation venait de faire long feu.

L'inventif dignitaire de la Macronie ne voulant pas plomber la réunion, s'empressa alors de dévoiler ses cartouches : « Ce sont des douilles de chasse dont nous confierons la vente aux buralistes. Dans le même temps nous allons caresser dans le sens du poil, deux cibles majeures de notre politique territoriale : les chasseurs en premier lieu et les buralistes ».

JPEG

Ce fut un tonnerre d'applaudissement à l'exception de quelques représentants de la gendarmerie qui émettaient quelques réserves sur cette proposition, porte ouverte à de nouvelles attaques à mains armées de ces petits commerces bien fragiles. La critique fut balayée d'un revers de main, la démagogie ne s'embarrasse jamais de mesures sécuritaires dans un premier temps. Elles viendront ensuite, pour répondre à une émotion de l'opinion publique.

La réunion se poursuit à l'heure où je prends la plume à mes risques et périls pour tirer à vue. Une mesure analogue en faveur des pêcheurs est à l'étude. J'en frétille d'impatience !

Nos villages désormais



29 réactions


  • pasglop 5 décembre 2023 11:16

    Ils tirent leurs dernières cartouches pour aller à la pêche aux voix...


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 décembre 2023 11:33

      @pasglop

      Pas que des cartouches du reste
      Les subventions aux chasseurs ont explosé et plombent les comptes de l’État


    • placide21 5 décembre 2023 16:56

      @C’est Nabum
      Si vous habitiez la campagne vous sauriez que n’ayant plus de prédateurs autre que l’homme le sangliers ravagent les cultures et les chevreuils détruisent les jeunes arbres , les renards dévastent les poulaillers et qu’actuellement la nuit arrivant tôt un sanglier ou un chevreuil peuvent détruire votre voiture quand vous débauchez , donc les chasseurs sont très utiles pour réguler tout ça ,mais leurs nombre diminuant ils ne peuvent pas toujours assurer des battues nécessaires ; les ruraux ont donc besoins d’eux et les soutiennent ,que les citadins se mêlent plutôt de leurs affaires.


  • Clocel Clocel 5 décembre 2023 11:27

    L’engeance nemrod est choyé par la macronnie, c’est un maillon essentiel de la collaboration rurale, l’œil du régime dans les coins les plus obscurs du territoire...

    Ce n’est pas chez cette « élite » que nous trouverons les plus grands résistants, ils sont dépositaires de privilèges* normalement réservés à la noblesse.

    Après, les cartouches dans les établissements ruraux (à côté des asticots pour la pêche) ça ne date pas d’hier.

    * On en trouve des traces dans le Code Napoléon déjà...


  • juluch juluch 5 décembre 2023 12:18

    Je viens de voir.....

    Perso j’achetai de muns à decathlon ou Casino....mais ça c’était avant.


  • sylviadandrieux 5 décembre 2023 16:28

    Si la chance sourit au chasseur avec un ticket de grattage il pourra s’offrir quelques cartouches de plus. 

    Et le conditionnement ? à la pièce ? par dix ? en cartouches de 100 ?

    Les gamins de 10 ans auront-ils le droit d’aller chercher dix cartouches au comptoir car papa est garé en double file ? 

    Un marché noir en perspective ;


    • Clocel Clocel 5 décembre 2023 17:14

      @sylviadandrieux

      Quand j’étais gamin, j’allais acheter les cartouches pour mes frangins, (mon vieux faisaient les siennes dans les douilles Gévelot qui venaient de Manufrance) au troquet du village, on évitait autant que possible la station service, elles étaient trop chères...

      Mais bon, connaissez le dicton, faute de grives, on mange les merles.

      Tout une époque...


    • Clocel Clocel 5 décembre 2023 17:15

      faisait...


    • sylviadandrieux 5 décembre 2023 17:30

      @Clocel
      Je suis une fille de la campagne. Enfant nous entendions au loin dans les champs avoisinants les coups de feu. J’aimais bien ces bruits. Mais la chasse n’est pas mon truc. 
      Il s’’agit ici du commerce des cartouches qui se fera chez les buralistes des villes. 
      Le rat des villes ne pensent pas du tout comme le rat des champs.
      Pognon sera le maître mot. 
      Je suis allée fouiner sur internet car j’ignorais totalement ce fait, certains articles sont très parlants. 
      Je vais tout de même écrire un mot de consolation pour les buralistes : ils ont le droit de gagner leur croûte de pain de campagne.


    • Clocel Clocel 5 décembre 2023 17:41

      @sylviadandrieux

      Ach... A la ville comme à la campagne, le commerçant est avant tout un collecteur d’impôts, donc...


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 décembre 2023 18:23

      @sylviadandrieux

      Marché noir pour balles à blanc

      Un titre d’un polar de série B


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 décembre 2023 18:25

      @sylviadandrieux

      S’il font le boulot de l’État celà mérite rétribution et non pas aumône


    • sylviadandrieux 5 décembre 2023 18:36

      @C’est Nabum
      Vendre de la mort mérite salaire


    • sylviadandrieux 5 décembre 2023 18:38

      @C’est Nabum
      Même à blancs elles sont dangereuses. Restons à distance.


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 décembre 2023 18:40

      @sylviadandrieux

      Ils remplacent la poste pour des clopinettes
      c’est leur destinée me direz-vous


    • sylviadandrieux 5 décembre 2023 18:49

      @C’est Nabum
      Je ne dirai rien de tel.
      L’article porte sur les cartouches vendues chez les buralistes.
      Je trouve cette idée "dérangeante.
      Que les buralistes trouvent des solutions pour survivre est tout à leur honneur.
      Que deviennent les postiers ? 


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 décembre 2023 20:22

      @sylviadandrieux

      Bien sûr mais on leur confie tout et n’importe quoi pour suppléer le service public et ils agissent pour presque rien

      les cartouches c’est un colifichet pour les récompenser, c’est assez odieux comme reconnaissance


    • titi titi 6 décembre 2023 09:33

      @Clocel

      "e commerçant est avant tout un collecteur d’impôts

      "

      Exactement.

      Ce qui tue les commerces, c’est la bancarisation, les caisses enregistreuses qui mouchardent, etc...


  • sylviadandrieux 5 décembre 2023 22:15

    Je ne suis pas d’accord avec votre commentaire.


  • zygzornifle zygzornifle 6 décembre 2023 09:06

    Et bientôt on pourra acheter des joints (a fumer pas de plomberie), des cocktails Mokotow et monter a l’étage pour de faire essorer et goder par la grosse Lulu ..... 


  • zygzornifle zygzornifle 6 décembre 2023 09:08

    En Ukraine c’est déjà le cas, les buralistes vendent des missiles, des drones et des chars .... 


  • armand 6 décembre 2023 16:51

    Bonsoir, cette tentative (vendre des munitions en bar tabac) m’a beaucoup étonné... quelle drôle d’idée. Des magasins déjà ciblés par les holdup vont être encore plus ciblés évidement et comme de nombreuses personnes possèdent une « pétoire » mais n’ont pas les munitions pourront passer à l’acte.

    Cela ressemble à une petite pincée d’huile sur la braise.


Réagir