samedi 2 janvier - par C’est Nabum

Le Mot de l’année 2020

à vous de jouer ...

Vainqueur haut la main, il a pris le virus à contre-pied.

Cédant comme beaucoup aux sirènes du bilan, je me dois de célébrer un MOT qui plus que tous les autres selon moi, illustre à merveille la curieuse année qui vient d’achever de détruire nos dernières illusions. Plus rien ne sera désormais comme avant, c’est du reste à travers nos corps que nous ressentons intimement ce basculement vers l’irrationnel que ce terme, en particulier, illustre à merveille.

Je me dois de vous faire languir, de repousser plus avant, le nom du vainqueur qui l’emporte, en toute logique, haut la main. Ce sera donc à vous d’émettre au fil de ce texte des hypothèses pour la simple gloire de trouver avant que je dévoile ce terme dont les annonces gouvernementales n’ont eu de cesse de vous rebattre les oreilles.

Publicité

De paragraphe en paragraphe, il convient de repousser le moment fatidique de la révélation. Pour ne pas vous mettre trop vite sur la voie, il n’existe pas de liste des nominés comme on aime à le dire dans ce genre de cérémonie. En premier lieu car son évidence saute aux yeux, qu’il ne rencontre guère de postulants susceptibles de relever le gant avec lui. Puis, avouons-le, nombre d’entre vous n’ont cessé de l’avoir dans le nez depuis le mois de mars, il a donc droit à quelques égards.

Ce mot pour anodin qu’il fut jusqu’alors se mit à faire de l’huile dès que les sommités sanitaires comprirent la gravité de la crise sanitaire. Il fut immédiatement mis sur le grill, imposant à tous des contorsions inhabituelles. Se trouvant soudain projeté sous le feu des projecteurs, il prit la main pour ne plus la quitter. Le nombre de ses occurrences dans la presse écrite tout comme sur les autres médias passa de l’insignifiant à la redondance exaspérante. Lui qui n’avait rien demandé à personne en fut fort marri.

D’articulation aisée, de graphie simple et concise, il n’a jamais provoqué de difficultés orthographiques. Nous pouvons supposer que c’est à la fois ce qui justifia son choix par le comité d’experts en communication gouvernementale tout autant que son immense succès dans l’opinion publique. Curieusement, ses racines latines n’en firent pas un de ces nouveaux termes à la mode qui nous viennent d’outre Atlantique. Bien de chez nous, il joua aussi les gros bras face à tous les néologismes issus de la pandémie lexicale.

C’est donc un mot qui est toujours venu nous manger au creux de la main. Il participa du reste à notre apprentissage de l’écriture de manière bien discrète. Cette soudaine popularité lui permet enfin de s’élever dans le panthéon de la langue, lui dont habituellement, quelques personnes mal intentionnées, faisaient des gorges chaudes. Avec lui, pas de demi-mesure, le verre n’est ni à moitié vide, ni à moitié plein, il est bu, un point c’est tout.

Publicité

Longtemps il fut encore sujet d’une traque impitoyable dans les repas familiaux. Il ne pouvait figurer à la sainte table même quand les convives étaient si nombreux qu’il exprimait alors une dérive aviaire. Il évoquait alors une forme de désinvolture qui ne pouvait se concevoir dans ce merveilleux rituel. Il retrouva un peu de son luxe sur les terrains de sport ou dans le monde de l’entreprise, lieux où il symbolisait plus la solidarité que l’irrespect.

Il fut des époques lointaines où il eut son heure de gloire dans la mesure où il se muait en unité. Une mesure royale en Égypte qui le prenait en point de départ pour s’achever à l’extrémité du majeur, le coude, puisque c’est de lui qu'il s’agit resta des milliers d’année une vedette incontestable avant que de sombrer dans l'anonymat. Le Covid lui a redonné ses lettres de gloire, ce qui lui est monté à la tête. Depuis ce nom fort commun ne se mouche pas du nez, il serait temps qu’il retrouve un peu plus de modestie.

Cubitalement sien.



12 réactions


  • troletbuse troletbuse 2 janvier 13:51

    Encore une erreur dans le titre.

    Le mal pluriel les mots

    C’est Geluck qui me l’a dit


  • amiaplacidus amiaplacidus 2 janvier 15:05

    J’ai appris à lire, il y a bien longtemps, dans une classe expérimentale utilisant la méthode globale.

    Avec un avantage indéniable, je lis très rapidement en survolant les lignes, en en extrayant les mots-clé. Comme, durant ma vie professionnelle, je devais lire de nombreux articles, pas toujours pertinents et qu’il fallait trier pour une lecture plus approfondie, j’ai perfectionné cet avantage au cours des années.

    Si bien que le mot de l’année, il ne m’a fallu qu’au maximum 10 secondes pour le trouver.

    .

    Mais, tout avantage a sa contrepartie.

    Mon orthographe est ce qu’elle est, c’est à dire que, souvent, elle n’est pas ce qu’elle devrait être. C’est un premier inconvénient.

    Un autre désavantage, c’est que je lis rapidement, même des textes littéraires et que je ne prends pas le temps d’apprécier ces textes. Souvent je dois revenir de quelques pages pour me griser du plaisir de lire un beau texte.


    • C'est Nabum C’est Nabum 2 janvier 18:02

      @amiaplacidus

      Je fus de la même école et comme vous j’ai la graphie incertaine

      Qu’importe la lecture diagonale est l’apanage des fous 


  • nofutur 2 janvier 17:55

    Personnellement la phrase de l’année 2020 est :

    « merde j’ai oublié le masque ! »

    Sur ce bonne année 2021 si possible...


  • juluch juluch 2 janvier 19:49

    et bè......vous savez vous faire désirer !

    Vous avez les coudées franches dans vos textes....merci à vous !


  • troletbuse troletbuse 4 janvier 07:16

    Heureusement que l’humour est présent sur la toile.

    Parait-il que les hôpitaux sont surchargés. Il y a trop de malades donc promiscuité et contamination. Véran doit donc décider de fermer les hôpitaux.

    Comme le livre de Peronne : Y-a-t-il une connerie qu’il n’ont-ils pas encore faite ?

    Mais ils ont bien fait fermer les cliniques privées lors du premier confinement !

    Allez le Véreux, encore un petit effort. Fermez le public bien que l’idéal serait que vous la fermiez.

    Et aussi :

    Lavez vous les mains

    Pour le cerveau, la télé s’en charge

     smiley


  • troletbuse troletbuse 4 janvier 07:27

    Excellente idée

    Si vous devez organiser un mariage ou même une cérémonie d’enterrement, faîtes cela dans un super-marché et vous aurez droit à être plus de 30 personnes.  smiley


Réagir