mercredi 25 mars - par Paul ORIOL

Monsieur Puce, sa femme et le chien

Le confinement pour cause d’épidémie du coronavirus nécessite des changements dans la vie quotidienne. A côté des images de drames, en information continue, ces adaptations à la situation peuvent aussi donner quelques occasions de sourire.

***

Dans ces jours de confinement, comment les époux Puce vont-ils organiser leur promenade quotidienne ? Autorisée ? Interdite ? Tolérée pour des raisons précises.
Première difficulté se munir d’une attestation de déplacement dérogatoire, datée, signée, en ayant coché les bonnes cases dont le modèle est fourni par l’administration.

Tous deux retraités, sans problème de garde d’enfants, sans besoin, pour le moment, de déplacement pour motif de santé, sauf réapprovisionnement dans quelque temps de médicaments indispensables, ils n’ont, heureusement, pas besoin d’utiliser les cases 1, 3 et 4.

Bien évidemment un basset ne peut se promener seul et a besoin d’un accompagnement, administrativement prévu : ce sera donc Madame Puce. Elle pourra sortir dûment pourvue d’une attestation pour besoins des animaux de compagnie, après avoir coché la case 5.
Cependant, Monsieur Puce, pour cette galanterie, va être assigné à résidence car il serait abusif de prévoir deux accompagnants pour la petite bête chérie. Encore que si Madame tient la laisse, Monsieur pourrait être préposé au ramassage des besoins privés de l’incontinent basset…
Mais pour ne pas irriter la force publique, il préfèrerait utiliser un motif prévu : déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle, par exemple. A condition de courir car un de ses amis a appris, à ses dépens, que la marche n’est pas acceptée comme activité physique individuelle !


Et à 84 ans, il n’est pas question de se remettre à la course à pied. Il n’a même pas la tenue adéquate, notamment des chaussures de sport. Impossible à acheter. Peut-être, la marche rapide, un peu ralentie, mais avec deux bâtons… La case 5 est donc encore exclue.

Reste la case 2 : déplacement pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés. A défaut de brioche, Monsieur Puce ira acheter la quotidienne baguette de pain quand Madame promènera le gentil basset.
Il va donc pouvoir marcher. En compagnie de Madame mais ce ne sera pas une marche matrimoniale. Pour respecter la consigne et donner le bon exemple civique, il devra se tenir, devant ou derrière son épouse, à plus d’un mètre, ou mieux sur le trottoir d’en face.

Cette distanciation réglementaire n’est cependant pas insupportable. Elle n’est heureusement pas obligatoire à l’intérieur du domicile.
 

Monsieur Puce, sa femme et le chien


8 réactions


  • Fergus Fergus 25 mars 09:24

    Bonjour, Paul

    « A condition de courir car un de ses amis a appris, à ses dépens, que la marche n’est pas acceptée comme activité physique individuelle ! »

    C’est évidemment faux. Et si l’« ami » a été verbalisé, c’est qu’il a été victime d’un abus de pouvoir ou qu’il a raconté un bobard pour expliquer la prune.

    La sortie autorisée pour exercice physique par le décret d’hier ne précise rien sur la nature de ladite activité qui peut donc être aussi bien du jogging que de la marche et peut naturellement être pratiquée en famille  autrement dit avec des personnes du même foyer —, le tout dans un rayon de 1 km pour une durée maximale d’une heure par jour.


    • Fergus Fergus 25 mars 09:58

      Le décret emploie même le mot « promenade » !


    • FONTAINE 25 mars 10:45

      @Fergus
      Je n’arrive pas à avoir un avis sur votre commentaire. Plaisantez-vous ? 


    • Fergus Fergus 25 mars 10:50

      Bonjour, FONTAINE

      Et moi, je n’arrive pas à comprendre votre commentaire. Où se situerait la plaisanterie ???

      A toutes fins utiles, la nouvelle attestation officielle : lien.


    • FONTAINE 25 mars 12:00

      @Fergus
      Pardon, je vous prie de m’excuser. J’espérais que c’était de l’ironie.


    • Paul ORIOL 25 mars 17:02

      @Fergus
      Bonjour,
      Je voulais faire une fable avec un peu d’humour, il semble que je n’ai pas réussi. D’autre part, j’ai publié cet article sur mon site le 21, je ne l’ai envoyé à Agoravox que le 24 qui l’a publié le 25 : pas de chance.
      Cette petite aventure m’est arrivée vendredi dernier.

      Je suis allé au marché et j’ai été contrôlé par la police. J’avais mon attestation, mal remplie.
      Je n’avais pas coché la case 2 (achats) mais la case 4 (activités physiques). J’ai fait remarquer que c’était aussi une activité physique, le policier m’a répondu que c’était pour la course à pied non pour la marche. J’ai trouvé ça un peu bizarre. Si j’avais couru, il ne m’aurait rien dit !
      Une policière, un peu énervée, m’a interpelé, disant que je faisais n’importe quoi, que je ne me rendais pas compte de ce qu’il se passait dans les hôpitaux. J’ai seulement répondu que le marché était ouvert, je faisais le marché.

      Avec un peu d’humour (?), je conclurai que la personne qui a fait le modèle d’attestation suivant, auquel vous faites référence et que je viens d’utiliser pour faire le tour du quartier avec mon épouse, a entendu tout cela et a mis dans la nouvelle version, la possibilité de faire une promenade d’une heure avec les membres de la famille qui partagent le logement.
      Ce qui me paraît le bon sens même.
      Et le marché ouvert a été interdit, je suis donc allé hier dans un marché fermé, peut-être moins dangereux. Hier, il y avait peu de monde quand j’y suis allé..


    • foufouille foufouille 25 mars 17:33

      @Paul ORIOL

      je ne suis pas contrôlé et sort tous les jours plusieurs heures, because fauteuil roulant probablement.

      j’ai une attestation avec une date xx et plusieurs dont oubli de médoc vu les WC tous fermés.


    • Fergus Fergus 25 mars 18:56

      @ Paul ORIOL

      Il est vrai que j’ai lu cet article un peu rapidement, et sans doute avec une attention insuffisante. Désolé de n’avoir pas perçu l’humour de votre texte.

      Pour ce qui est de la fermeture des marchés ouverts, elle se fait de manière surprenante. Ainsi dans ma ville, à Dinan, le marché est fermé alors que, délesté des commerces non alimentaires, il occupe sur la voirie une grande place qui permet une distanciation très suffisante des différents étals. A contrario, les supermarchés restent ouverts alors que les clients s’y côtoient dans une proximité à l’évidence plus grande que sur le marché ouvert.

      Bonne soirée.


Réagir