mardi 22 septembre - par Ganimat Zayidov

En Azerbaïdjan, le leader de l’opposition a déclaré une grève de la faim

 

En disant, « la liberté ou la mort », il poursuit sa grève depuis environ 20 jours et en voyant la volonté du peuple, le régime a décidé de l'emprisonner chez lui.

Tofiq Yagublu, membre du Conseil National des forces démocratiques de l'Azerbaïdjan, est un ancien et actuel détenu politique. Arrêté à plusieurs reprises, il a été arrêté une dernière fois pour un accident de voiture. Alors que la voiture de Yagublu était garée sur un emplacement sur la rue, un employé de la société SILKWAY d'une famille dominante s'est approché de sa voiture et l'a heurtée, puis s'est plaint à la police en disant que Yagublu l'avait frappé avec un tournevis. L'enquête a supprimé toutes les images de l'évènement, y compris les épisodes enregistrés par Tofig Yaqublu sur son téléphone. Le tribunal l'a condamné à 4 ans et 3 mois de prison. Protestant contre cela, Tofig Yaqublu poursuit sa grève de la faim :

« Je commence une grève de la faim pour protester contre la pratique consistant à emprisonner des politiciens en Azerbaïdjan sous de faux prétextes, afin qu'ils ne puissent plus accuser personne ».

 

JPEG - 45.8 ko
Tofig Yagublu et sa fille Nargiz Yagublu

Le processus de destruction de l'opposition politique en Azerbaïdjan a commencé après le discours du président Ilham Aliyev le 19 mars. Dans ce discours, Ilham Aliyev a déclaré ouvertement que l'opposition politique radicale en Azerbaïdjan serait éliminée. L'opposition politique, qu'il qualifie de radicale, est une opposition civile qui ne coordonne pas ses slogans et ses actions avec le gouvernement, qui se bat pour la démocratie en Azerbaïdjan et qui exige l'intégration européenne. Parallèlement à ce discours de colère, Aliyev a déclaré avoir entamé un processus de dialogue entre toutes les forces politiques qui ont accepté de se contenter de l'opposition dans le cadre fixé par le gouvernement. Il a qualifié l'opposition « d'ennemi » et de « pire que l'ennemi », affirmant que les conditions de ce dialogue pourraient être les libertés politiques et juridiques, la libération des prisonniers politiques et la fin des arrestations à motivation politique, et a dit qu'il les détruirait. Ilham Aliyev a répété à plusieurs reprises les motifs de son discours à la télévision et à d'autres moments, et semblait donner des instructions aux forces de l'ordre pour « arrêter ». Après ce discours, plus de 40 militants politiques ont été arrêtés en Azerbaïdjan. Ils ont été brutalement torturés. Le but de la torture était de donner un faux témoignage selon lequel ils avaient reçu des instructions du président du Parti du Front populaire d'Azerbaïdjan, Ali Karimli, pour un coup d'État. On ne sait toujours pas où les nombreuses personnes arrêtées dans la vague, y compris l'ancien prisonnier politique Fuad Gahramanli, l'un des dirigeants du Parti du Front Populaire, ont été expulsés de force de leurs maisons il y a trois mois. 

JPEG - 32 ko
Ali Karimli. Leader de l’opposition. Chef du Front populaire d’Azerbaïdjan

Amnesty International et de nombreuses autres organisations internationales ont fait des rapports de la répression, ainsi que des personnalités du département d'État américain et de nombreux autres pays, et des organismes diplomatiques en Azerbaïdjan ont exprimé leurs positions, ils ont appelé le gouvernement azerbaïdjanais à adhérer aux principes de la démocratie et de la liberté d'expression.

Publicité

Tofig Yagublu, l'un des leaders de l'opposition, est une personne d'une grande influence dans la société. Il a été arrêté à plusieurs reprises pour des raisons politiques. Sa fille et son gendre ont également été incarcérés comme prisonniers politiques. Son autre fille, Nargiz, l'une des leaders du mouvement de jeunesse en Azerbaïdjan, est décédée lorsque Tofig Yagublu était en prison. Son fils Rahim Yagublu, qui n'était pas apte au service militaire en raison de sa santé, a été emmené au service pour punir Tofig Yagublu. 

Tofig Yagublu, qui avait été arrêté lors d'une opération de police le 23 mars sur de faux arguments, avait déjà reçu un avertissement. Il a été arrêté sous prétexte de « trouble à l'ordre public » et a été condamné à 30 jours. Tofig Yagublu, qui a été soumis à des tortures intenses lors de cette arrestation, dès sa libération a déclaré dans un communiqué :

« On m'a demandé de quitter le Conseil national, de mettre fin aux activités de l'opposition et de ne pas être aux côtés d'Ali Karimli. Si tu ne respectes pas ces conditions, tu seras emprisonné pendant une longue période, m’ont-ils dit »

Trois mois après cet incident, Tofig Yagublu a été arrêté sur de fausses accusations dans une opération policière planifiée, et le 2 septembre, le tribunal l'a condamné à quatre ans et trois mois de prison. Depuis ce jour, il a commencé une grève de la faim. 

Il est intéressant de noter qu'à partir de ce jour, l'actualité principale des réseaux sociaux en Azerbaïdjan reste la question de Tofig Yagublu. Et il n'y a pas de presse libre en Azerbaïdjan, tous les médias indépendants sont fermés et les sites de médias créés par des journalistes expatriés sont bloqués sur le territoire de l'Azerbaïdjan…
Selon les rapports annuels des Reporters sans frontières, l'Azerbaïdjan occupe la 168e place parmi les 180 pays en termes de liberté de la presse.

Publicité

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev est qualifié de « dictateur » par les principales publications mondiales, et ses conseillers les plus proches sont le président russe Vladimir Poutine et le président turc Tayyip Erdogan. L'épouse d'Ilham Aliyev, Mehriban Aliyev, occupe le poste de première vice-présidente. Par ailleurs, Mehriban Aliyeva a reçu la Légion d'Honneur en France, ce qui surprend beaucoup la société azerbaïdjanaise. 
Selon une liste établie par Leyla Yunus, une autre porteuse de la Légion d'honneur française, directrice de l'Institut de la paix et la démocratie, et une militante des droits de l'homme en exil, il y a 195 prisonniers politiques en Azerbaïdjan.

Ganimat Zahid
Rédacteur en chef du journal Azadlig
Directeur général de Turan TV

 



13 réactions


  • xana 22 septembre 18:16

    Tiens, encore de la propagande...


    • Jeekes Jeekes 22 septembre 19:35

      @xana
       
      C’est la réflexion que je me suis faite.
      On dirait du ’’docteur’’ Salem Ben Salim, ou de sa collègue Raouf j’sais plus quoi, ou encore de son dernier avatar...
       
      J’sais pas pourquoi je suis toujours méfiant quand je lis des trucs comme :
       
      ’’membre du Conseil National des forces démocratiques de l’Azerbaïdjan’’
       
      ’’Amnesty International et de nombreuses autres organisations internationales’’
       
      ’’Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev est qualifié de « dictateur » par les principales publications mondiales’’
       
      Et, cerise sur le pudding :
       
      ’’ses conseillers les plus proches sont le président russe Vladimir Poutine...’’
       
      Etonnant, non ?
       
       


    • xana 23 septembre 09:06

      @Jeekes
      Oui, très étonnant.
      Personnellement je n’aime pas trop dévoiler les critères qui me les font soupçonner car ces gens-là peuvent même apprendre de nous les erreurs à ne plus commettre.
      Ceci dit je ne connais pas grand-chose aux affaires de l’Azerbaidjan. Il se peut que je me trompe. Mais cet article porte la marque de l’Empire : Chercher à attiser le feu des révolutions de couleur partout où cela peut « ennuyer » la Russie ou la Chine ...


    • tonimarus45 23 septembre 10:13

      @xana---Plutot encore qu’un son de cloche et chacun croie que ce qui les arrange de croire


    • JulietFox 23 septembre 10:34

      @Jeekes
      Et moi qui croyais que c’était Mme Néant !


  • vraidrapo 22 septembre 22:26

    Lorsque l’Azerbaïdjan a organisé Eurovision quelques journalistes occidentaux se sont « égarés ». Retrouvés par la police d’Aliyev, ils ont bénéficié de quelques séances de massage au poste.


    • xana 23 septembre 09:13

      @vraidrapo
      So ?


    • arthes arthes 23 septembre 18:14

      @vraidrapo

      Des preuves, des détails du pourquoi du comment ?


    • vraidrapo 23 septembre 18:38

      @arthes
      Quand bien même je te donnerais des preuves qu’est-ce que ça change pour le peuple et l’opposition ?
      Que feras-tu aller manifester devant l’Ambassade ?

      regarde de quoi ils sont capables dans un « ventre mou » comme la France :

      Marlène Mourrier : Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la Loi en France !

      ...

      En effet, trois sbires azéris sont venus en mairie le 25 août dernier pour m’intimer l’ordre de retirer dans l’heure le drapeau de l’Artsakh qui flotte aux cotés des drapeaux de nos villes jumelles avec lesquelles nous entretenons des liens d’amitié.

      Comble de l’ingérence des trois gros bras présents en mairie, aucun ne s’exprime correctement en français et font appeler un quatrième larron se trouvant idéalement à 800 km de Bourg-lès-Valence dans la ville de Laval pour exprimer leur diktat  !

      Cette même personne après avoir argué que ces 3 amis étaient de simples touristes qui passaient par là, à essayer de faire pression sur l’un de mes adjoints qui lui demandait de faire sa réclamation par écrit.

      Quinze minutes plus tard tout doute était levé sur ces touristes par un appel d’un fonctionnaire de l’Ambassade d’Azerbaïdjan à Paris, Monsieur F.S. sur le téléphone portable privé de mon adjoint en essayant de l’intimider afin que le drapeau de l’Artsakh soit retiré sur le champ. Cela est inacceptable 

      ....

      Tu veux des sources  ?...!

      http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=68644



  • arthes arthes 23 septembre 18:12

    « Et qui demande l’intégration europeenne »....Bin oui hein...Les réseaux atlantistes sont toujours très actifs et généreux (les sous les sous) pour les blogueuers autochtones propagandistes afin de déstabiliser les pays au nom de « la liberté d’expression ». sur le modèle de la grande « démocratie libérale » .


    • vraidrapo 28 septembre 06:42

      @generation désenchantée
      Affirmatif !
      Il semblerait que le « grand » et le petit mamamouchis veuillent pour des raisons complémentaires en découdre avec les Arméniens.
      le petit pour conforter son image (de dictateur) et sa position dans le détournement de la manne gazière,
      le « grand » dans sa mégalomanie pantouraniste en finissant le « travail » d’extermination de 1915 du Comité Union et Progrès, Union de quoi, on peut se le demander... ? Des voleurs et des assassins peut-être ?

      le tout grâce aux drones tueurs vendus par Israël d’une efficacité redoutable qui détruisent les postes de défense mais tuent aussi des civils à partir de 10 kms d’altitude.
      Quand le client ne sait pas utiliser ces drones payés au prix fort (1,6 Mds $), le SAV est assuré par des spécialistes missionnés par le fabricant israélien. Mais, c’est en « secret » !


Réagir