easy easy 14 décembre 2011 18:56

Puisque vous comptez développer dans un prochain papier, autant en parler déjà un peu ici.

Vous considérez que le jugement en consommateur responsable est droitiste et que le jugement en Organe responsable est gauchiste. 
Je conviens que cette manière de voir est commune. 

Mais je crois qu’elle est surtout révolutionnaire. Comme nous sommes très majoritairement révolutionnaires, cette manière est très partagée.

Sans ce consensus à fond révolutionnaire où tout se conjugue en pour le roi et en contre le roi, nous verrions mieux une autre dichotomie. Celle qui sépare les « pour le roi+ contre le roi », qui sont tous dans la mouvance catholique où tout passe par le roi et par le pape (en pour ou en contre) de ceux qui sont dans la mouvance où plus rien ne passe par roi ou pape (que ce soit en pour ou en contre).

Ceux qui sont dans cette mouvance qui ne fait plus aucune focalisation sur le roi-pape, ni en pour ni en contre, sont plutôt les augustinistes, les jansénistes, les luthériens, disons les protestants.

Observez comment se passe la vie d’un Albert Schweitzer. Remarquez qu’en aucun moment de ses journées bien remplies, il ne pense au roi-pape ni en tant que pourvoyeur, ni en tant qu’emmerdeur. Il ne pense, quand il n’en peut plus, qu’à se tourner vers dieu.

Bien entendu, bloqué par manque d’argent, il en vient à organiser des quêtes de fonds. Mais en aucun moment il ne fait de reproches au roi-pape (à quelque pouvoir temporel en place) ni ne met de pression sur quelque roi-pape. La pression, il ne la met sur personne et se démerde seul sans élever de plainte envers qui que ce soit.


Ca ne veut pas dire que quand on se lance dans ce genre d’entreprise on ne doit jamais choper par le col quelque Organe de pouvoir, ça ne veut pas dire qu’on ne doit jamais mendier ou sermonner quelque Organe de pouvoir, mais ça veut dire que 99% du travail est à accomplir par soi-même.

Parlez de gauche ou de droite aux personnages que j’ai cités, ils hausseront les épaules.

C’est précisément pour cette raison que j’essaye d’expliciter qu’ils sont devenus et restés des exemples universels (exemples dans la mesure où il serait admis comme valable de se mêler de la misère d’autrui)

Gauche, Droite ?
Cette manière de voir ferait bien rire les Vietnamiens qui, aussi bien sous le régime colonialiste français que sous le régime hyper catho et droitiste de Ngo Dinh Diem que sous le régime communiste actuel, considérent sans aucune réserve qu’Alexandre Yersin a été exemplaire. (Il reste 3 noms de Français dans les rues du Vietnam, alors qu’il y en avait 5000 autrefois : Pasteur, Calmette et Yersin)

Idem en Chine pour Norman Béthune et Gladys Aylward

Sans être tous des protestants ou des évangélistes, ils ont oeuvré dans cet esprit où il s’agit essentiellement d’aider à soulager les autres en puisant dans ses propres forces

Il est certain que l’esprit de démerde disons évangélique, par son humanisme, le rapproche apparemment du communisme, disons de la gauche. Mais il s’agit bien plus d’un esprit scout (Baden-Powel était, lui aussi, un protestant) que d’un esprit soviétique avec pouvoir central fort.


Au fond, l’esprit scout (qui ne geint ni n’accuse et qui va d’abord à se retrousser les manches) se régale du chaos où il se voit plein de choses à faire et n’apprécie aucun système, qu’il soit de gauche ou de droite.


Ca ne veut pas dire que les scouts ne voient aucune utilité à s’organiser en réseau, en YMCA, en Armée du salut, mais il ne s’agit pour eux que de structure favorisant leur logistique culturelle et pratique. Ces réseaux ne leur servent en aucun cas à faire de la politique.


Si l’on admet qu’il a existé des individus très responsables en manières de scout, si l’on admet qu’il en reste encore, on doit admettre que pour ceux-là, les orientations de la télé sont liées à un phénomène en ouroboros où téléspectateurs et producteurs autoalimentent et entretiennent un cercle vicieux de culture Lidl

La télé avait comporté des individus comme Jacques Chancel, comme Michel Polak, comme Armand Jamot, comme Pierre Lagarde qui avaient trouvé bon de proposer des émissions où les téléspectateurs se retrouvaient à devoir faire connaissance avec l’Histoire et à réfléchir sur les articulations philosophiques.

Mais Guy Lux, le foot, le tour de France, la piste aux étoiles ont fait des audiences telles, ont été tellement regardées par les consommateurs sur la tranche horaire 20h 24h où ils voulaient se reposer du métro boulot dodo, que les émission de haute culture ont été remplacées par les émissions de pur divertissement.
Revenus publicitaires obligent


Robert Hossein, lui qui adorait faire réfléchir les gens avec Potemkine et plus encore avec Marie-Antoinette, en est venu à donner dans le pur spectacle avec Ben-Hur.
C’est le public qui, se pressant aux courses de chars, a orienté les choix de ce réalisateur.


Le Souffle au coeur ? Ouille , ça prend trop la tête. Exit Louis Malle.
On préfère Taxi 1, Taxi 2, Taxi 3, Taxi 4, Vive Luc Besson !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe