Diane-Annabelle 31 janvier 2012 18:21

Sur le fond, c’est un excellent article, faisant tout à la fois l’historique et la projection dans l’avenir d’un outil -doit-on s’en féliciter ou le regretter- devenu incontournable.
Je me réserve de le relire à tête reposée et n’en commenterai donc pas davantage la teneur.

Sur la forme, nonobstant la longueur du texte somme toute assez peu fréquente ici (et qui en rebutera vraisemblablement plus d’un), il n’y a rien à redire, l’exercice est d’autant plus remarquable qu’il est long : phrases claires, vocabulaire précis, orthographe impeccable ; on sent le rédacteur et l’érudit !

un petit joyau parmi d’autres, et de fait l’élément déclencheur de mon intervention, je l’avoue :

..Le plus pernicieux dans le Net se trouve être le médium lui-même ..

Enfin quelqu’un qui ne parle pas d’un « media » pour désigner un support mais bien d’un « medium », dont « media » est le pluriel, comme chaque latiniste le sait.
(Le comble du pédantisme involontaire à ce propos étant l’utilisation de l’expression « les medias », marquant ainsi le pluriel d’un pluriel ; travers hélas furieusement répandu et apparemment universellement admis, même par certaines instances académiques !)


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe