asterix asterix 2 juin 2012 14:05

Bonjour Aspic, beste landgenoot.

Je savais que quelque part, nous en viendrions à discuter, comme à chaque fois d’ailleurs. Vous faites partie des Flamands avec qui il est encore possible de discuter, je vous en remercie.
Il est évident qu’un rapport venant d’une telle Autorité qu’une Assemblée Nationale ne va pas employer le terme de « fasciste », laissons cela à Cuba par exemple, Fidel n’a d’ailleurs rien d’autre à dire.
J’ai bonne mémoire, c’est à votre intervention sur le tout premier écrit que j’ai commis dans Agoravox que je dois d’avoir passé une semaine à analyser le phénomène Bart De Wever sur lequel nous n’avons pas le même avis. Désolé mais la N-VA est INCONTESTABLEMENT un parti d’extrême-droite. Son discours, la plupart des membres actifs de son mouvement et le passé de Bart De Wever ( souvenez-vous des photos que je vous avais dégotées et pas rien que celle où il serre la main de LePen ) le prouvent sans ambages. Personnellement, je ne comprends pas pourquoi des gens aussi lucides et informés que vous puissent encore lui apporter leur soutien.
La différence entre le Vlaams Blok ( dont pas mal de membres sont filés à la N-VA pour être placés en ordre utile lors des prochaines élections communales) et la N-VA est simple : le premier est ouvertement anti-immigrés et la seconde n’en parle même pas, tant la profession de foi va de soi. Le racisme sur base de la langue, dit Le Monde.
Je ne crois pas un seul instant qu’il y ait eu un compromis à la belge. Il y a eu compromission du PS, des écolos, du CDH et de la composante la plus réactionnaire du MR qui ont renié leur parole en acceptant la scission de BHV.
Ils l’onf fait pour les plus bas motifs qui soient : le pognon et le pouvoir.
Le pouvoir absolu du PS en Wallonie
Le pouvoir relatif du PS à Bruxelles en la privant volontairement de sa grande couronne qui, depuis toujours vote à droite, disons plutôt centre-droit. Avoir accepté l’inacceptable, c’était d’abord s’assurer la main-mise - pour des siècles et des siècles avant l’intrusion ( vous allez voir ! ) du parti islamiste - sur la capitale de l’Europe.
Pouvez-vous me dire en quoi les francophones en tant qu’entité culturelle y ont gagné quoi que ce soit ?
La réponse est rien, désespérément rien.
Une capitale de l’Europe que - je vais redevenir méchant - vous avez privé de son accès au monde latin pour satisfaire les délires de vos plus extrêmes compatriotes, j’entends par là 90 pour cent des Flamands adeptes du droit du sol ?
Cette vision à court terme va entraîner la catastrophe, surtout lorsque Bruxelles, limité à un territoire étroit composé à 90 pour cent de francophones - je parle là de nationaux - ne pourra plus faire face à l’extension nécessaire à son statut.
Franchement, à part la satisfaction pusillanime d’avoir écrasé ces sales roquets ( vos compatriotes de la N-VA les traitent de rats ) qui s’obstinent à parler français là où vous vous sentez chez vous - ce qui est normal puisqu’ils y sont majoritaires - qu’y avez-vous gagné ?
Rien, sinon un futur champ de ruines et une réputation malodorante à travers l’Europe entière. Même la Comission des droits de l’homme de l’ONU vous traite de demi-cannibales...
Les Flamands et les Wallons intelligents ( disons vous et moi ) auraient dû faire un pas vers l’autre. Vos milices privées si sauvages - entraînées par la Bart company ont empêché ce pas.
Sommes-nous ou pas d’accord pour dire que c’est dommage ? 
Tot genoegen en met open hand, Mijnheer.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe