Sandro Ferretti SANDRO 6 juin 2012 14:47

J’ai déjà signalé sous l’article d’hier tout le bien que je pensais de l’univers de ce Monsieur du stylo.
Non, ce qui m’amène aujourd’hui est d ’un autre ordre.
Cet « article », qui donne largement la parole au dit Voutch, est déjà moinssé à 50% de rouge , alors que le texte de Maam Sabine (j’ai du mal à écrire « l’auteuse » ou « l’auteure ») est très sobre et minimaliste et n’exprime qu’ un jugement feutré, pour ne pas dire contenu.

Est-ce donc que l’on moinsse compulsivement la seule bobine de la femme au parapluie ? ( et sans se mouiller, du reste, en Suisse).
Est-ce à dire qu’ici (et ailleurs aussi, du reste), si on cause aux neurones, qu’on ne parle pas de politicaillerie, d’islam versus judéité, de grosnavions, on s’en fout ?

Le rouge de la jauge devrait vous empourprer le front, moinssuer compulsifs anonymes, éjaculateur précoces de la souris, cliquetant un « tiens, prends ça dans les dents » avant d’aller coller leur oreille au mur du voisin, comme dans le poème d’Apolinaire (« l’oreille de mon voisin est rouge, rouge de se coller au mur pour guetter un matelas qui grince », etc)

Ou alors, c’est la jauge qui ne fonctionne pas, et comme disait l’Indien de la chanson française, il faudrait vérifier l’huile.

Bref, je propose que l’auteuse écrive une lettre contrite à Voutch :
« M’sieur Voutch
Vous me voyez fort déconfite de l’acueil qui vous est réservé sur Agoravox.
Seigneur qui étes audacieux, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ».
Signé : l’auteuse 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe