Caroline Courson Caroline Courson 18 juin 2012 10:52

Merci Sandro !


Il faisait partie de ce qu’on appelle la mémoire collective, et cela même pour les pires des anti-footeux dont je suis.

Avec lui, c’est vraiment, comme vous le dites, toute une époque qui disparaît. Et, même si la nostalgie n’est pas de mise, on a le droit d’être effrayé par avance à la pensée de l’époque qui va suivre et qui ne s’annonce pas, a priori, sous les meilleurs auspices...

(Et je confirme : le chef-pâtissier fait ça par pure méchanceté smiley )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe