Abou Antoun Abou Antoun 8 octobre 2012 12:51

Cet article est rétrograde.
Au temps de Gutenberg il aurait sans doute écrit ’Le livre imprimé ne passera pas par moi !", il aurait été de ceux qui regrette le contact avec le rouleau de parchemin. Il aurait dit qu’on abat deux arbres pour la peau d’un veau, etc.
Bien sûr, il y a ce qu’on perd, le contact avec un objet familier, son toucher son odeur, la plupart d’entre nous avons été élevés dans le culte du livre, mais voilà, le livre est mort, et c’est tant mieux !
Tout d’abord je conteste l’argument écologique avec les kilos de CO2. un livre électronique ce n’est pas un livre c’est 1000 livres c’est 10000 livres. Par ailleurs de plus en plus les gens utilisent des tablettes qui sont en fait des ordinateurs et qui permettent d’annoter un texte (pdf ou autre) avec n’importe quel traitement de texte. Ainsi un texte que vous avez lu et annoté fait partie de votre bibliothèque sur une clé USB ou un disque dur. Vous pouvez le retrouver instantanément et retrouver les passages que vous avez soulignés.
Le livre électronique dématérialise complètement le livre et c’est bien. Finies les bibliothèques poussiéreuses où s’entassent des centaines de volumes dont on ne se souvient même pas l’existence. Finis les départ en vacances avec une valise de bouquins qui pèsent un âne mort.
En outre pour tout ce qui est des classiques vous téléchargez d’un clic plutôt que d’aller vous faire arnaquer à la FNAC du coin.
Ma femme est russe et lit beaucoup. Où voulez-vous qu’elle trouve des livres contemporains dans sa langue ? Elle télécharge simplement sur son e-book depuis les nombreux sites russes de mise en ligne d’ouvrages. Elle le fait à chaque fois qu’elle part en voyage ou en vacances.
Les livres traditionnels sont un désastre écologique par leur fabrication, leur distribution, leur transport. Un livre électronique c’est une grande bibliothèque extensible à l’infini.
Je votre contre cet article.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe