Robert GIL ROBERT GIL 25 octobre 2012 15:34

que se soit l’etranger, l’immigré ou autre pauvre ou meme fonctionnaires, cela permet à la société, et aux hommes politiques, d’éviter de poser les bonnes questions, de rechercher les vraies responsabilités. Le bouc émissaire joue involontairement son rôle de victime expiatoire. Et cela marche d’autant mieux qu’il était déjà perçu négativement et stigmatisé. Cette façon de procéder est l’une des expressions les plus fréquentes du populisme.....

Lire cet article a propos des boucs emissaires designés a l’opinion publique :
http://2ccr.unblog.fr/2012/10/17/du-bon-usage-du-bouc-emissaire/


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe