eugene eugene 10 janvier 2013 21:25

« Il n’est de bon bec qu’à Paris », disait en se moquant Montesquieu je crois, un type qui tentait de faire tomber les masques.
La mode sert à se parer de nouvelles plumes pour paraitre plus malin, et ensuite de les vendre en y ajoutant une plus value, qui peut être considérable, et s’avérer comme l’investissement le plus rentable.

Mais est-ce que parce que les chaines dorées sont à la mode, qu’on doit se faire esclave, ou se faire forgeron ?
La mode, comme phénomène, balance entre vanité, dépendance, et soumission.
C’est pour ça que le sexe n’est pas jamais loin, qui guette, ainsi que le grand loup, qui rode !.

Le compte du roi nu, est sans doute le plus beau raccourci de ces choses, ayant traits à la vanité au pouvoir et à la bêtise.

Reste que la mode repeint parfois joliment la vie, quand elle se fait fraicheur et légèreté, plutôt qu’arrogance et fatuité.
Mais ces choses là s’apprécient bien plus à l’œil, qu’aux pauvres lumières de l’esprit.
Mais je crois pas que le mot mode, d’ordre moutonnier, soit approprié !

Reste qu’il émoustille les amateurs de brebis, ravies de voir les capacités de jugement de celles ci désarmocées par le diktat du jour, et se soumettre au grand maitre qui leur ferait se mettre une plume dans le cul, si d’aventure le cher homme (un génie) l’exigeait.

Et c’est un nouveau plaisir !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe