L’Ankou 6 février 2013 15:35

Chère Eva,

Je ne sais pas trop combien de temps a duré votre hibernation - plusieurs années, peut-être ; une décénie ? deux ? - mais sachez combien je compatis.

J’imagine bien quel peut être votre désarroi à découvrir soudain un monde qui avance quand on le croyait immobile, évoluant quand on le coyait immuable, impermanent où on le pensait stable.

Pour l’esprit encore embrumé des brumes vespérales, nimbé encore des craintes nocturnes ou inquiet des horreurs insaisissables de cauchemars fuyant la mémoire, je veux bien croire que la paranoïa est une solution de repli facile, qui consiste à faire un paquet de toutes les nouveautés et d’en attribuer la paternité à un Grand Vilain Méchant qui ourdirait de longue date quelques complots chafoins. Ah, le confort de trouver une cause unique à tout ce qui fait peur ! On pourrait alors lever une armée, réveiller tous ses semblables, prendre les armes, tuer la peur, tuer la mort, revenir soudain à la raison, à la confiance et à la vie éternelle... Ah, mais qu’il serait bon de nous voir tous ralliés sous la bannière unique de la Lutte contre le Mal, le Nouvel Ordre Mondial, le Grand Satan ou le Grand Complot Judéo-Bolchévico-Pastafariste.

Non mais quelle horreur que ce monde qu’on ne comprend pas, où les vilains croquemitaines vous nous couper les couilles, raboter les seins, faire des enfants avec des machines et fumer des pétards. Jusqu’où va se nicher la fourberie de ses croquemitaines qui vont jusqu’à étaler la semaine scoalire sur neuf demi-journées... On sent bien, confusément, qu’il y a des intentions cachées derrière ! Ah, mais quels salopards, je vous jure.
 
C’en est au point que si une réforme n’apporte que des libertés, que des avantages, ne prive personne de droits et ne coûte quasiment rien au contribuable, c’est tellement suspect qu’on ira jusqu’à remettre en question l’idée même que des députés élus démocratiquement puissent faire des lois ! On convoquera le banc et l’arrière banc des plus conservateurs pour nier que le monde a évolué. On s’inventera un passé aussi idylique que lointain pour situer à partir de quel pêché originel les choses nous ont échappé et ont commencé à mal trourner. Et comme on fera remonter ce passé aussi loin que possible pour retrouver les temps idéaux, alors on remettra en cause tout ce qui aura suivi. On s’en voudra d’avoir défié les Dieux, d’avoir souillé les temples, d’avoir renversé les idoles sacrées, d’avoir oublié les totems, d’avoir osé défier l’autorité, remettre en question le régime de Pharaon ou d’un autre... Et je ne vous parle même pas d’avoir tiré la République d’on ne sait quel délire inspiré par Satan... Où sont-ils les Divins Maîtres Perdus, que nous reconstruisions leurs temples et allions en procession nous y flageller ! Ô, Dieux ! Pardonnez-nous nos outrecuidances ! Vous Seuls êtes Vérité ! La démocratie, le progrès, la science, la laïcité sont des offenses à Vos Saintes Faces. Repentons-nous, fous blasphématoires, hérétiques et laïcards que nous sommes...

Et pour empêcher le présent de se produire, on prédira aussi toutes les apocalypes, toutes les catastrophes, on dépeindra un monde où l’on mange les enfants, où l’on fornique avec les végéteux quand la zoophilie ne suffit plus... Où l’on nie la paternité, où l’hérésie est glorifiée. et où les gens s’habilleront librement dans un style vestimentaire qui ne permettra plus de dire s’ils ont une foufoune ou un service trois pièces dessous. Avec des Frankenstein et des Dr. Mabuse dans des laboratoires souterrains, en train de bidouiller des êtres moitié humains et moitié socio-démocrates... La Fin du Monde ! Le viol, le pillage, le stupre, l’Europe, la fornication, le péché, la gastronomie orientale et la Télé-réalité !

Bon, vous êtes gentille, mais vous deviez hiberner le 21 décembre. La fin du monde, on nous a déjà fait le coup. Plusieurs fois. C’est bon, à force ! Considérez qu’elle a eu lieu. On est dans un nouveau monde, là. Vous y êtes sincèrement la bienvenue si vous laissez vos peurs et vos fantasmes dans l’ancien, avec les fantômes des 99% de zombies conservateurs et de morts-vivants réactionnaires que vous imaginez vous soutenir.

Tout n’est pas à accepter, mais tout n’est pas à jeter non plus., loin de là. On peut avoir besoin de vous pour faire le tri, mais il faudrait que vous retrouviez la faculté de ne pas tout rejeter en bloc. Les smartphones et Internet grace à quoi nous échangeons nos pensées ont leurs avantages aussi, et cela fait partie du progrès. A vouloir nous embrigader tous dans la lutte contre tout et n’importe quoi, vous ne faites que diviser les forces et les énergies qu’on pourrait canaliser contre les vrais dangers. Certains combats n’en vallent pas la peine et on ne peut pas tous les gagner. Vivre, c’est aussi faire des compromis et se concentrer sur les choses essentielles. Bref, s’adapter.

Je vous souhaite donc de retrouver mesure, lucidité et acuité intellectuelle, de cesser de trouver tout moche : ça nous aidera à savoir ce qui est vraiment laid.

L’avenir de nos enfants, dites-vous ? Ne les jetez plus avec l’eau du bain.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe