Dolores 16 février 2013 21:26

Si Spanghero a vendu son nom en même temps que l’entreprise, c’est qu’il y a trouvé un avantage.
 Pourquoi alors vouloir le « sauver » ? Parce qu’il a été en son temps une gloire du rugby ?
Ou parce que dans ce monde pourri il convient d’excuser toutes les malhonnêtetés sous prétexte que les mis en cause sont riches ou célèbres ?
Malheureusement ce sont les ouvriers qui vont faire les frais de cette course au profit à laquelle Spanghero a prêté son nom.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe