Inquiet 15 février 2013 16:08

Moi et mes semblables ne sommes en aucun cas responsables du licenciement de 360 emplois.


Par contre si nous cédons à la compassion ne serait-ce qu’un instant tout sera considéré comme permis à l’avenir.

On ne cède pas à des preneurs d’otages.

Car il s’agit bien de preneurs d’otages :
« si vous n’acceptez pas de mangez de la m.erdre, vous serez responsable de la mise aux chômage de centaines personnes ».

On entend la même chose pour l’écologie :
« si vous n’acceptez pas qu’on pollue .... même punition »

Alors moi je dis : Y’EN A MARRE, STOP

On ne brade pas la vie humaine contre un job.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe