Kookaburra Kookaburra 4 mai 2013 12:58

Ce que le thème de lhomophobie a dinacceptable est lamalgame quil opère entre les délits contre les homos et des affects personnels. Beaucoup dhétérosexuels ne peuvent en effet imaginer sans répulsion deux hommes sembrasser, se caresser et se pénétrer. Est-ce condamnable ? La loi na pas à statuer sur les pensées. Elle ne peut, ni ne doit forcer quelquun à aimer lhomosexualité et les homos en tant que tels. Le concept dhomophobie confond subjectif et objectif, juridique et moral, politique et sentimental, mais pour ceux qui ont assuré son triomphe son avantage réside précisément là. Il va de même avec le terme islamophobie, et dune manière générale avec toutes les nouvelles «  phobies  ».

Alors que sémantiquement « islamophobie » veut dire « peur de l’islam » le terme s’est introduit en Europe dans un sens déformé, notamment « haine des musulmans ». Même le Robert précise : « Forme particulière de racisme dirigé contre l’islam et les musulmans ». Par un jeu de dominos bien connu, une aberration sémantique en induit une autre : désormais islamophobie est « racisme antimusulman ». Il est surprenant que les élites politiques aient entériné sans sourciller en France et en Europe l’usage d’un terme qui a tout d’une machine de guerre idéologique lancée par les ennemis de la tolérance et de la démocratie.

Il faut dénoncer l’usage de ce terme, ou bien en subvertir la fonction en insistant sur son vrai sens sémantique et en proclamant haut et fort le droit à l’islamophobie.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe