Blé 18 mai 2013 13:53

Le constat fait dans cet article n’est pas nouveau. La bourgeoisie après avoir pris le pouvoir avec l’ aide du peuple, essentiellement des ruraux à cette époque, elle les a gentiment renvoyés dans leurs campagnes ou taudis, pour eux la fête était terminée.

La bourgeoisie avait obtenu le pouvoir, elle pouvait donc organiser la société à son avantage, ce qu’elle a fait et continu de faire. Quand l’école est devenue obligatoire il y avait deux cursus, l’un pour la bourgeoisie, lycée, fac et grandes écoles et un cursus pour les enfants du peuple. Avec l’air industriel il était nécessaire que les français parlent le français (surtout pour l’armée) sachent au moins déchiffrer ne serait-ce que leurs papiers d’identité, le livret de famille et de baptême, prendre les transports en commun, lire une fiche de paie ou une quittance de loyer.

 La bourgeoisie souvent possédant les outils de production, envoit ses enfants dans les grandes écoles pour qu’ils puissent reproduire à peu de chose près l’ordre établi. Que ce soit en France ou au niveau européen, cela ne change rien car c’est la même pratique dans tous les pays.

En France, la sélection se fait dès la maternelle, un enfant de bourgeois à 4-5 ans possède un niveau de langage que certains jeunes de 18 ans dans un ghetto ne possède pas. Je suis bien placée pour le savoir puisque je dois leur apprendre le vocabulaire de base du code de la route.

Alors il n’y a rien d’étonnant à ce que les membres de la bourgeoisie puissent passer d’un poste de fonctionnaire à un poste dans le privé, toujours bien rémunéré. Les média dominants appartiennent à la classe possédante, ils ne vont pas informer réellement les français car dans la démocratie dans laquelle nous vivons il n’est pas question de partager quoique ce soit, surtout pas le pouvoir.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe