mrdawson 5 juin 2013 12:13

N’importe quoi... c’est quoi ce gloubi boulga incompréhensible ?
Si ce qui s’entends bien, s’énonce bien, on sent que vous ne maitrisez pas exactement le sujet que vous abordez...

« Je ne reviendrai pas ici sur ce qui a été dit et redit  : les homosexuels n’ont jamais été exclus du mariage pour la bonne raison que la République n‘a pas à connaitre les orientations sexuelles des individus : le mariage n’a pas été fait pour des couples homosexuels. »

Donc si je vous comprends bien, les homosexuels n’ont pas été exclus du mariage, mais le mariage n’était pas fait pour eux ? Non en fait je ne comrpends pas.
De plus, le mariage, était possible pour un homme et une femme, pas 2 hommes ou 2 femmes. Donc de fait la république avait un avis sur nos orientations sexuelles.

« Le mariage est une institution qui ignore les pratiques sexuelles puisque la République n’a à connaitre en la matière et pour sa pérennité, qu’une seule pratique : la génitalité. »
C’est votre opinion que vous assenez avec la force d’une réalité. Si c’était le cas, la république autoriserait les mariages polygames qui assurent aussi sa pérennité. Quand a « génitalité » ce n’est pas une pratique, c’est ce qui a trait aux organes sexuels.

« La génitalité est l’apanage des couples mixtes » : non. Jusqu’à preuve du contraire les homosexuels ont également des organes génitaux.

« La règle n’interdit pas, c’est la loi qui interdit : la déviance concerne la règle, l’interdit concerne la loi. On ne transgresse pas une loi, on la viole ; on ne viole pas une règle, on la transgresse : cela s’appelle une exception. La transgression d’une règle, si elle n’a aucune conséquence néfaste sur autrui ne regarde que le déviant. En revanche, si les conséquences créent un préjudice pour autrui, alors c’est la loi qui dicte le droit.

La règle supporte des exceptions, pas la loi. Le transgresseur d’une loi peut bien ne pas être puni s’il n’est pas pris, mais devoir être puni pour avoir transgressé une loi c’est la règle dans un Etat de droit. »

Tellements d’incohérences et de vacuité dans ce paragraphe que je ne sais pas par où commencer. Et il faudrait savoir, on la viole ou on la transgresse la loi, je vous avoue que je suis perdu ? Non que ça ne fasse quelque différence que ce soit car on ne voit pas bien où vous voulez en venir avec ce paragraphe à la Werber.

« La sexualité est chez l’homme, ce qui remplace l’instinct animal. ».
Ok... la on s’enfonce dans le grand n’importe quoi. Vous pouvez justifier cette phrase ? En prenant en compte que de nombreuses espèces animales ont une sexualité non nécessairement procréative.

« On peut donc soutenir que cette règle qui fait du plaisir un vecteur de la relation génitale s’intègre dans la théorie du darwinisme. »
Non. Juste non. Il n’y a pas de théorie du darwinisme. C’est la théorie de l’évolution. Elle n’a pas a intégrer de relations génitales, car cette théorie décrit un avantage procréatif aux individus les mieux adaptés. La capacité de reproduire son espèce est la théorie de l’évolution....

« Le mariage homosexuel est le ver dans le fruit qui détruira le mariage républicain. Le libéralisme qui entend dégraisser les institutions démocratiques ne peut pas être innocent dans cette affaire : les institutions de Bruxelles verraient certainement d’un très bon œil la suppression du mariage républicain au profit du mariage religieux. »
Bon on passe sur le complot de Bruxelles de réduire les couts de fonctionnement des états en détruisant le mariage (ce qui a à peu près autant de sens que d’envisager de limiter les naissances pour limiter les dépenses sociales), mais quel est le lien avec le reste de l’article ? Avec Darwin est les animaux ? Avec les règles transgressées et les lois violées ?

« A ce propos, il n’est pas inutile de rappeler que les esclaves n’avaient pas accès au mariage. »
Si, c’est inutile. A moins que vous ne sachiez expliquer ce que ça peut bien vouloir dire... Sans mariage on deviendra des esclaves ?

Bref un article incompréhensible se donnant des airs de réflexion profonde mais dépourvu de logique, d’arguments ou mêmes de buts. A part ne souhaiter que les homos ne puissent se marient, on ne sait pas très bien ou veut en venir l’auteur.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe