Zobi Zobi 21 juin 2013 22:57

Je rajouterai même qu’une mémoire uniquement cristalisée sur les fait les plus sombres de notre histoire entretient le ressentiment et ne favorise pas le pardon, puis l’oubli.
Non, ici rien n’est oublié, tout est compté, et reste comme une épée de damoclès au dessus de nos têtes et de celles des enfants qui n’ont évidemment plus aucun rapport avec ce passé que l’on entretient soigneusement, à dessein.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe