jack mandon jack mandon 28 juillet 2013 09:20

Alinea,

Pour l’intuition, je n’en suis pas dépourvu, disons que le caractère
de chacun ne favorise pas une rencontre épistolaire.

J’ai donné à mon papier, volontairement, un chaos surréaliste,
mêlant un côté flottant, irrationnel, lunaire à l’intervention de deux
philosophes, Descartes et Nietzsche qui assurent un contrepoids
matérialiste. Le surréalisme mélange le rêve à la réalité,
l’historique au romanesque. De mon point de vue, ça fait réagir.
Je reconnais, dans un premier temps ça peut décourager.

Il est très important d’exister dans sa différence.

Bon Dimanche.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe